Des oasis au coeur des enjeux compétitifs et coopératifs de Last Oasis

Le gameplay de Last Oasis repose notamment sur la prise de contrôle des oasis de l'univers de jeu, ces rares zones produisant des ressources au milieu du désert. On se les dispute, mais on y coopère aussi. 

On connait le principe de Last Oasis : l’univers de jeu n’est vivable que dans une zone restreinte qui évolue au gré de la révolution de la Terre – hors des zone vivable, le climat est tantôt trop chaud ou trop froid, obligeant les joueurs à se déplacer constamment pour ne pas périr prématurément.
Dans ce contexte, l’univers de jeu est majoritairement désertique, mais néanmoins ponctué d’oasis où l’on trouvera de la vie et des ressources (la faune et la flore réapparaissent progressivement dans les « oasis vivables », avant disparaitre au prochain cycle de destruction). Il en résulte notamment que les ressources sont rares et que leur récolte est soumise à une pression temporelle permanente. On comprend que ces ressources sont donc particulièrement prisées, et assez classiquement, les joueurs seront enclins à tenter de se les approprier – d'autant que les joueurs qui possèdent un oasis peuvent prélever un impôt sur les ressources qu'on y trouve et qu'on s'y échangent.

ss_e2dde1ba25ce965dab5d624b3e0a363207014816.1920x1080.jpg

Dans un nouveau journal de développement vidéo, le développeur précise certaines des mécaniques de jeu du MMO. On en retient notamment que pour s’approprier un oasis, les joueurs devront le revendiquer (avec la construction d’un « walker » spécifique, ces structures mobiles construites par les joueurs). Une fois érigé, en une petite heure, le « walker » concède la région de l’oasis à la guilde de joueurs qui en est à l’origine. Cette faction dispose alors de 24 heures pour préparer ses défenses, avant que d’éventuelles autres guildes ne tentent de contester leur territoire – en détruisant le walker, pour construire le sein à la place. Ces zones de contrôle sont donc au coeur des enjeux territoriaux du MMO, et devraient être sources de conflits entre les guildes. 

Mais dans Last Oasis, le temps est compté et les joueurs devront aussi oeuvrer de concert s'ils veulent survivre. Les structures les plus ambitieuses imposent la coopération de plusieurs joueurs et il faudra mettre à profit ces courtes périodes de contrôle d’une zone pour récolter ou produire des ressources, assurer ses défenses, voire pour commercer avec d’autres joueurs. Car chaque oasis produit des ressources spécifiques et certaines constructions nécessitent des matériaux qu’on ne trouve pas sur place. Les joueurs devront alors avoir recours au commerces, dans des structures dédiées (aux allures d'hôtels des ventes), facilitant les échanges entre joueurs.
De quoi encourager aussi un peu de coopération dans un monde plutôt hostile qui attise les compétitions.


Que pensez-vous de Last Oasis ?

6 aiment, 2 pas.
Note moyenne : (9 évaluations | 0 critique)
5,9 / 10 - Prometteur