Zoom sur la version occidentale du MMO d'arts martiaux Blade & Soul Revolution

Après avoir été lancé en Asie fin 2018, Blade & Soul Revolution s'annonce maintenant en version occidentale. Tour d'horizon du MMO mobile d'arts martiaux, qui mise à la fois sur la narration et les affrontements PvP. 

a9249a6153887e858296a37865b63465.jpg

En 2012 en Corée du Sud, le groupe NCsoft lançait la première mouture de Blade and Soul sur PC. On découvrait un MMO d’arts martiaux immergeant les joueurs dans un univers de fantasy orientale à l’identité graphique très forte – le chara-design très singulier de la licence était signé par l’emblématique dessinateur Hyung Tae-Kim. Le gameplay aussi affichait une vraie originalité au regard des canons du genre massivement multijoueur d’alors, en misant sur les arts martiaux et des mécaniques du jeu à la fois rapides et dynamiques.
Et notamment grâce à ces originalités, le premier Blade and Soul a rencontré un vrai succès populaire auprès des joueurs, d’abord en Asie puis en Occident, en séduisant une nouvelle population de joueurs (notamment plus féminine).

Au milieu des années 2010, la Corée du Sud a connu une explosion du marché mobile et bon nombre de studios de développement de MMO PC se sont attachés à adapter leurs licences sur plateformes mobiles... mais pas NCsoft. Le groupe sud-coréen accusait un solide retard en la matière, au point de susciter l’ire de ses actionnaires – notamment le groupe Nexon, premier actionnaire de NCsoft à l’époque, et qui lui reprochait d’avoir raté le coche du jeu mobile sur un marché évoluant très vite. Nexon revendiquait alors une prise de contrôle opérationnel de NCsoft et pour y échapper, un peu contraint et forcé et dans l’urgence, NCsoft a dû trouver d’autres partenaires. C’est à cette époque que le géant coréen s’est tourné vers Netmarble, jeune spécialiste du jeu mobile en pleine croissance – dont NCsoft était l’un des actionnaires.
Le partenariat de NCsoft et Netmarble reposait alors sur une base simple : les licences du premier seraient déclinées sur plateformes mobiles par le second.

C’est à cette époque que Netmarble a initié sa série des « Revolution » – à commencer en 2016 par le MMO mobile Lineage 2 Revolution, adapté du MMORPG PC Lineage 2 de NCsoft. Le jeu mobile a connu un succès retentissant en Corée et la marque est devenue une franchise. Fin 2018 en Corée, puis en mai 2020 dans le reste de l’Asie, Netmarble a ainsi réitéré l’expérience avec Blade & Soul Revolution, avec succès – et il sera suivi prochainement de Seven Knights: Revolution (la suite du premier Seven Knights) et de Marvel Future Revolution, adapté des éditions Marvel, manifestement pour commencer à s’affranchir des licences de NCsoft. 
Et aujourd’hui, Blade & Soul Revolution s’apprête à partir à l’assaut des marchés occidentaux – Netmarble prépare une sortie au cours de ce premier trimestre 2021 (prévue pour mi-mars).

Blade & Soul Revolution, dans la droite ligne de Blade and Soul

De prime abord, on constate que ce Blade & Soul Revolution sur plateformes mobiles se révèle très similaire à son aîné lancé sur PC quelques années plus tôt. Le joueur incarne de nouveau le « petit scarabée » de l’école Hongmoon, prêt à apprendre les arcanes d’arts martiaux.
Le tutoriel du jeu nous aide à nous familiariser avec les principaux mécanismes du jeu : les déplacements (plutôt fluides dans un monde entièrement en 3D et accompagnés par une caméra gérée efficacement quand bien même on est parfois enclin à la malmener en entrant et sortant de bâtiments ou en courant à droite ou à gauche entre les PNJ qui nous expliquent le contexte narratif du jeu) ; puis les bases du combat et du système de combos en affrontant vaillamment de redoutables mannequins ou encore les mécanismes de Qing-Gong (Marchevent) permettant de s’affranchir des lourdeurs de la pesanteur, pour bondir sur de grandes distances – et qui, dans le jeu mobile, peut aussi être utilisé au combat.

Comme dans le jeu PC, l’histoire de Blade & Soul Revolution débute par l’attaque de l’école Hongmoon par l’infâme Soyun pour dérober la Lame du crépuscule. Le joueur assiste impuissant à la mort de son maître (suite à la traîtrise de l’un de ses disciples) et est laissé pour mort après avoir chuté des Terres célestes. Ainsi débute notre quête de vengeance et de puissance, qui se déroulera tout au long d’une trame narrative divisée en actes et en saisons – régulièrement mise à jour et complétée.
Les joueurs du jeu sur PC retrouveront (avec nostalgie ?) les différents épisodes de la trame originale dans la version mobile, avec les mêmes personnages et lignes de quêtes principales et secondaires. 

Quatre races et cinq classes jouables

Création de personnage

Blade & Soul Revolution reprend les classes et races de base du MMO original : quatre races de personnages (les Jins, Yuns, les imposants Gon et mignons Lyns) qui déterminent l’apparence de notre héros et les classes auxquelles il a accès. Cinq classes jouables sont annoncées (d’autres suivront au gré des mises à jour) et elles affichent chacune un style et un gameplay bien spécifique.

  • Le Maître des lames, qui mise sur la vitesse (pour atteindre sa cible), capable de bloquer les assauts ennemis ou de contrôler les déplacements de ses adversaires ;
  • Le Maître du kung-fu, particulièrement efficace pour contrattaquer (pour encaisser des attaques sans dommage, puis infliger de lourds dégâts en retour), soutenu par des compétences de crowd control ;
  • Le Maître des éléments, particulièrement efficace contre les groupes adverses grâce à ses compétences reposant sur une énergie sombre pour frapper des cibles multiples à distance, complétées par une capacité d’invincibilité temporaire pour se protéger.
  • L’invocateur qui maîtrise les forces de la nature et peut compter sur un familier qui combat à ses côtés, mais aussi sur des compétences assez redoutables comme des capacités de résurrection de ses alliés ou d’invisibilité bien utile en PvP ;
  • Et le Destructeur, un tank utilisant une hache imposante et capable de renverser et projeter ses adversaires, même les plus inébranlables.
Arbre de compétences

Chaque classe dispose de ses propres compétences à débloquer dans un arbre de compétences, mais aussi à personnaliser. Selon les choix et options retenues par le joueur, l’orientation d’une même classe pourra être très différente (très offensive ou plus défensive par exemple), le personnage pourra bénéficier de capacités sous certaines conditions et disposera de plusieurs façons différentes de faire progresser son personnage – gagner des niveaux et débloquer des compétences mais aussi au travers de sa réputation par exemple.
Des options existent pour guider les joueurs néophytes et leur recommander les combinaisons les plus cohérentes à adopter, mais les amateurs de theory crafting devraient largement y trouver leur compte.

Un gameplay dynamique – et pas très automatique

Comme sur la version PC, Blade & Soul Revolution fait la part belle aux combos (parfois très longues) : en respectant le timing approprié, les joueurs enchainent les attaques de plus en plus dévastatrices (parfois sept ou huit), qui nécessiteront de l'entrainement. Et curieusement pour une version mobile, la sensation de puissance et d’impact est au rendez-vous – mais pas toujours très lisible pour un joueur aux réflexes vieillissants. Le dynamisme des combats passe aussi par la mobilité et le positionnement du personnage – les compétences peuvent être activées en se déplaçant mais il faudra faire face à son adversaire pour le toucher, même si le jeu intègre une aide à la visée. Il faudra aussi compter sur sa capacité à esquiver les coups adverses en bondissant loin de l’ennemi, devant ou derrière lui pour mieux contrattaquer.

Comme la quasi-totalité des MMO mobiles, Blade & Soul Revolution intègre également un système d’auto-play (qui joue à la place du joueur). Mais à l’usage, il s’avère plutôt limité : on peut certes le configurer et définir l’ordre des compétences à exécuter, mais l’auto-play joue finalement assez mal et il faut s’attendre à mourir régulièrement dès lors qu’on lui fait trop confiance. Ensuite, il faudra jouer réellement face aux bosses et évidemment en PvP si on veut avoir la moindre chance face à un adversaire humain.
Manifestement, l’auto-play s’adresse principalement aux joueurs qui souhaiteraient découvrir l’histoire de B&S:Revolution au travers de la quête principale du jeu.

Divers modes de jeu PvE et PvP

Mais surtout, le gameplay de Blade & Soul Revolution mise essentiellement sur le PvP. La trame narrative est soignée et se suit avec plaisir via les quêtes PvE, le jeu propose des donjons (certains à faire en solo et d’autres en groupe de quatre joueurs, affichant un certain niveau de difficulté) et des raids de boss pour des groupes de 16 joueurs. Mais le end-game proposé par Netmarble est manifestement articulé autour des guerres de factions PvP – le système de combat très dynamique et reposant sur les capacités des joueurs se prêtent particulièrement aux affrontements entre joueurs.

En matière de PvP, Blade & Soul Revolution intègre notamment des arènes 1vs1 (duel) et 2vs2 (le second joueur d'une équipe entre dans l'arène dès que le premier est tombé), permettant aux joueurs de s’affronter dans des matchs classés ou amicaux – en Corée, Netmarble organise très régulièrement des tournois d'esport dans les arènes du MMO. B&S:Revolution y ajoute aussi des guerres de territoires (4vs4) et des guerres de factions plus ouvertes, reposant sur des alliances de clans – le joueur choisit sa faction et devra éliminer sans distinction les joueurs de la faction adverse dans le cadre de vastes champs de bataille ouverts à tous.

***

unnamed.jpg

En Asie comme en Occident, Blade & Soul Revolution est distribué selon un modèle free-to-play, financé par une boutique d’objets. On le sait, il est toujours délicat d’évaluer les conséquences du contenu d’une boutique sur le gameplay d’un jeu nouvellement lancé et qui a vocation à évoluer – pour déterminer si les objets auront des conséquences sur la vitesse de progression (déjà significativement accélérée dans Blade & Soul Revolution par rapport à la version originale du MMO d’arts martiaux sur PC) ou sur le rapport de force entre les personnages. En Corée et comme c’est souvent le cas en Asie, la boutique est relativement intrusive et permet d’améliorer les capacités de son personnage.
On jugera la boutique occidentale sur la durée. On retiendra néanmoins d'ores et déjà qu’il est manifestement parfaitement possible de progresser et de s’amuser durablement en jouant gratuitement – le end-game et ses mécaniques PvP soulèveront peut-être davantage d’interrogations.

On s’interroge aussi sur le positionnement de Blade & Soul Revolution. Le jeu est finalement relativement similaire à son équivalent sur PC et les amateurs de la version originale se retrouveront en terrain connu – les nostalgiques apprécieront et les joueurs souhaitant s’y investir y trouveront largement de quoi s’occuper durablement. Blade & Soul Revolution permettra sans doute aussi aux nouveaux joueurs de (re)découvrir la licence confortablement presque une dizaine d’années après le lancement de la version PC : les guides et aides en jeu sont suffisamment nombreux pour accompagner le joueur. Et inversement, pour les vétérans, Blade & Soul Revolution affiche la même richesse et profondeur de contenu que la plupart des titres de Netmarble.
Mais parallèlement, on sait aussi que Blade & Soul 2 (l’adaptation de la licence par NCsoft et non pas Netmarble) doit être lancé prochainement en Corée du Sud et ce deuxième opus promet à la fois une nouvelle trame narrative, des mécaniques de gameplay inédites et de vraies innovations technologiques. Blade & Soul 2 ne sera sans doute pas disponible en Occident avant un moment, mais on imagine que quand ces deux versions mobiles de Blade & Soul auront vocation à cohabiter sur un même marché, il y en aura sans doute une de trop. Et on imagine que si Netmarble lance Blade & Soul Revolution maintenant en Occident, c’est peut-être parce que le studio redoute les effets de la sortie prochaine de Blade & Soul 2 en Corée sur sa propre version locale du jeu.

Quoi qu’il en soit, Blade & Soul Revolution est donc attendu prochainement sur plateformes Android et iOS, distribué en free-to-play et en version occidentale, avec des voix en anglais et des textes en français – manifestement d’ici mi-mars prochain. D’ici là, les préinscriptions sont ouvertes sur le site officiel, avec des bonus pour les préinscrits.

Réactions (6)

Afficher sur le forum


Plateformes Android, Mobile, iOS
Genres Action, asiatique

Bêta fermée Mars 2020 (Asie du Sud-Est) (Mobile)
Bêta ouverte 6 décembre 2018 (République de Corée) (Mobile)
Sortie 6 décembre 2018 (République de Corée) (Mobile)
14 mai 2020 (Asie du Sud-Est) (Mobile)
4 mars 2021 (Amérique du Nord) (Mobile)
4 mars 2021 (Europe) (Mobile)

Que pensez-vous de Blade & Soul Revolution ?

1 aime, 7 pas.
Note moyenne : (8 évaluations | 0 critique)
3,6 / 10 - Médiocre

1 jolien y joue, 1 y a joué.