Les équipes de The International 2019 : OG

The International 2019 approche et les vainqueurs de l'année précédente, OG, sont en place pour tenter de récupérer leur titre. Hellenouille présente ici cette équipe et revient sur une saison un peu compliquée.

Les articles de présentation des équipes de TI9 se poursuivent avec l'équipe préférée de la communauté française, les champions de l'édition précédente : OG. Pour cet article, j'ai cédé la plume à Hellenouille, fan incontestable, n'apportant que quelques modifications mineures. Manorot et Socks, le coach d'OG en personne, partageront en conclusion leurs points de vue sur ce à quoi l'on peut s'attendre en août.

Bonne lecture,
Darwyn

Retrouvez les articles précédents :

  1. Virtus Pro, vers un nouveau top 6 ? (invités : Llewela et Hugo)
  2. Team Secret, les archi-favoris (invités : Guiguioh et Renard)
  3. Vici Gaming, la jeune génération chinoise en force (invités : YouYou et Whyll)
  4. Team Liquid, en route pour un deuxième Aegis ? (invités : Hugo et Namax)
  5. Evil Geniuses, probable médaille de bronze (invités : Luciqno et Profchen)
  6. PSG.LGD, le désir de revanche (invités : v0ja et Ap0c)
  7. Fnatic, le pari de la dernière chance (invités : YouYou et SalteaJR)
  8. TNC Predator, Philippins inconstants (invités : Hugo et Guiguioh)
  9. Ninjas in Pyjamas, une équipe épuisée (invités : Namax et Elektik)

Grand vainqueur de l’édition 2018, OG est ainsi la première équipe à remporter The International après un Open qualifier. Dans un peu moins d’un mois, la formation défendra son titre à Shanghai. Avant d'embrayer sur l’après TI et la période actuelle, l’épopée d’OG 2018 et son run final méritent qu’on s’attarde quelque peu sur ce qui a rendu cet exploit mémorable. Les avis de Socks et de Manorot sur ce que l'on peut espérer à TI9 concluront l'article.

 

OG, la consécration

En 2018, OG peine à retrouver la fougue de 2016/2017 et les déceptions lors des apparitions majeures s’accumulent. Le top 6 de l’ESL One Birmingham sonne ainsi le glas du duo Fly/N0tail, fondateurs de l’équipe en 2015. A la surprise générale, le lendemain de l’ESL, Fly et s4 partent en direction des Etats-Unis rejoindre la squad d’Evil Geniuses, un départ inattendu pour tous - y compris pour n0tail.

Contraint d’annuler le China Supermajor, faute de joueurs, et à seulement trois semaines des Opens Qualifiers pour The International 2018, OG doit entièrement remanier l’équipe. Le roster nouvellement constitué est formé par ana, Topson, Ceb, JerAx et N0tail. Il prouvera au monde entier qu’avec de l’abnégation, de l’ingéniosité et beaucoup de talent, tout est possible.

En effet, après une année semée d'embûches, l’année Dota Pro Circuit (DPC) 2018 d’OG s’achève ainsi sur le titre à The International au terme d’un parcours exemplaire. OG s’est ainsi vengée de l’affront ressenti par le départ de Fly et s4 à la veille du Supermajor.

Cette victoire restera un souvenir à jamais gravé dans nos mémoires que l’on soit fan inconditionnel de la squad ou non. Pour ceux qui veulent revivre la finale et pourquoi pas pleurer à nouveau, n'hésitez pas à visionner le documentaire “True Sight” retraçant la finale 2018.

 

OG 2019 victoire TI8

 

La course au DPC - Le Lièvre et la Tortue à la OG

Après TI8, l’équipe s’accorde des congés bien mérités tandis que la saison 2018/2019 DPC quant à elle débute rapidement, peut-être trop rapidement pour OG, avec le premier Major qui s’annonce déjà : le Kuala Lumpur Major. Pour l'atteindre, passer par des qualifications est obligatoire. Le Qualifier Europe se déroulant du 19 au 21 septembre, moins d'un mois après TI8, OG renonce à y participer, les joueurs voulant souffler. L'équipe rate donc une opportunité d’engranger des points DPC dans la course à TI9. 

Les semaines passent et les streams de Ceb et N0tail s'enchaînent. OG semble avoir pris un faux départ. En novembre 2018, à une vingtaine de jours des Qualifiers pour le deuxième grand rendez-vous de l’année (The Chongqing Major), ana se détache de la formation, par manque de motivation pour poursuivre la compétition. L’organisation se sépare de son carry bien malgré elle. Il reste cependant joueur remplaçant officiel et ne quitte en aucun cas la team. Les fans ne sont pas dupes et prédisent son retour pour la course à TI9. La suite leur donnera raison...

 

A l’orée de ce nouveau chapitre, trouver un joueur libre de l'acabit d’Ana est un casse-tête. Pajkatt endosse alors la difficile tâche de le remplacer en qualité de position 1 afin d’obtenir la précieuse qualification au Chongqing Major. Au terme d’une série de défaites cuisantes et très décevantes dans le Qualifier, OG n’arrive pas à se défaire d’Alliance deux fois d’affilée et finit top 6 du qualifier Europe, loin de l’objectif fixé. L’équipe rate sa qualification. La magie n’opère pas.

Pajkatt ne semble pas s’intégrer au jeu d’OG malgré son excellent niveau d'exécution, l’alchimie ne prend pas. Le 4 janvier 2019, iLTW un jeune joueur russe, vient le remplacer. Plus agressif en jeu, pouvant  correspondre au style d’OG, il débute le jour même de son intégration dans le tournoi WePlay! Dota 2 Winter Madness. OG échoue en finale contre Gambit malgré un iLTW convaincant qui empoche le prix du Most Valuable Player du tournoi. Cet échec n’est que partie remise, OG peut encore prétendre participer au Chongqing Major en décrochant la première place au Bucharest Minor de la mi-janvier. 

Nouveau coup d’arrêt à Bucarest : OG bute une nouvelle fois sur l’équipe CIS Gambit en Upper Bracket puis sur NiP en Lower Bracket. OG ne participe donc pas non plus au deuxième Major de l’année.

 

125508-640.pngEn février, les joueurs d’OG ont encore matière à relancer la course aux points DPC et arracher une des trois places qualificatives de la zone Europe au Stockholm Major - DreamLeague Season 11. Mais de nouveau, l’équipe échoue à deux reprises et ne franchit pas les phases de groupe du Qualifier. NiP, Team Secret et Team Liquid s’approprient les trois places, excluant la participation d’OG au troisième Major de l’année.

L'alternative d'accéder au Stockholm Major par la petite porte est encore réalisable en décrochant la première place du StarLadder ImbaTV Dota 2 Minor Season 1. OG se qualifie sans heurts pour ce tournoi Minor mais ne parvient pas à le remporter, malgré un niveau moins relevé qu'au précédent.

C’est à l’ESL One Katowice, fin février 2019, que la revanche est prise sur NiP. Gambit reste toutefois la marche infranchissable de ces dernières semaines. L’excellent top 3 obtenu ne remet pas OG en selle pour TI9 car aucun point Dota Pro Circuit n’est attribué à l’issue de ce tournoi.

A ce stade, avec seulement 48 points DPC à son actif acquis lors des deux Minors disputés, le temps presse pour OG. A titre de comparaison, Team Secret a accumulé 9300 points sur la même période. Acculée, l’équipe d’OG ne semble pas retrouver son panache d’antan. Et irrémédiablement, cette énième déception pousse iLTW vers la sortie.

 

Vers The International 2019

Plusieurs événements notables viennent ensuite marquer cette saison, d’une part, l’annonce officielle de l’arrivée de Sockshka qui opérait déjà en qualité de coach depuis plusieurs semaines le deuxième Français de la team apporte un oeil nouveau sur le jeu. D’autre part, en mars, le retour d’ana tant attendu par les fans, le carry prodige de TI8.

Un regain de confiance se fait ainsi ressentir tandis que s'ouvre une période de renouveau et de réadaptation. Plusieurs stratégies innovantes en naissent. Des tactiques gravitant autour du support Abbadon, qu’OG démocratise à haut niveau. Et d’autres stratégies remises au goût du jour se révèlent aussi décisives que dévastatrices face aux meilleures formations mondiales, comme le Magnus en association avec PA ou Troll Warlord, respectivement joués par Ceb et ana.

L’alchimie semble revenue, une aubaine à l’aube des qualifications MDL Disneyland® Paris Major, premier Major Dota 2 en France (donc presque à domicile pour OG), se déroulant en mai. Les joueurs d’OG n’ont d’autre choix que de réussir ce Major, sans quoi la course aux invitations directes de TI9 sera fortement compromise.

C’est à ce moment qu’OG renoue enfin avec la régularité qui leur manquait et s’extirpe avec brio des phases qualificatives européennes du troisième Major de la saison - pas loin d'un sans faute, en accrochant Team Liquid. Les phases de groupe d’OG du MDL Disneyland® Paris Major ne sont entachées que par la défaite contre les frères ennemis, Evil Geniuses. OG débute le Main Event en Upper Bracket.

Virtus Pro, premiers concurrents des playoffs, seront les premiers surpris par la combativité d’OG. La solide squad CIS se heurte à un mur. OG prouve ainsi son niveau face aux meilleurs équipes du monde et se permet même de finir ses deux matches en environ 20 minutes.  Malgré le soutien de la foule française, les adversaires Team Secret et Team Liquid semblent être encore au-dessus du niveau d’OG qui se classera top 6 et glanera 900 points DPC providentiels.

 

OG 2019 visuel

 

A ce stade de la course, il ne reste que quatre places disponibles pour une invitation directe à TI9. Les organisations avec le plus de points sont respectivement Keen Gaming (1140 points), OG (948 points), TNC Predator (696 points) et EHOME (589,6 points). Tout va donc se jouer lors du dernier grand rendez-vous du calendrier, l’Epicenter Major Moscou.

L’équipe confirme sa bonne forme du moment en se qualifiant directement au Major, en ne perdant que 4 matchs sur la totalité du Qualifier. Avant le Major, OG décroche un décevant top 8 à l’ESL One Birmingham après avoir raté les phases de groupe puis en perdant au premier tour du Lower Bracket contre Team Secret, sûrement la meilleure team du monde à l’heure actuelle.

Pour le dernier Major, OG doit composer avec un nouveau rebondissement, problématique alors que la team doit valider sa qualification pour TI9 et cumuler les derniers points manquants : N0tail, malade, ne peut jouer. Le coach Sockshka le remplace - mais il n’a pas joué sur la scène professionnelle depuis 2015.

C’est pourtant de ses déconvenues qu’OG semble tirer sa force. Après une phase de groupe peu réussie, l’équipe se défait en Playoffs de deux des meilleures équipes mondiales, Evil Geniuses et Team Secret. OG valide ainsi définitivement son précieux sésame pour The International 2019 Shanghai avec 1218 points cumulés. OG finit top 8 de l’Epicenter Major en échouant contre PSG.LGD - in fine un parcours et une réussite exceptionnels qui ne sont pas sans rappeler le parcours de The International 2018.

 

Rien ne sert de courir, il faut partir à point ? Mais cette fois, le lièvre qui s'est reposé en début de saison gagne la course en décrochant son ticket pour TI9. L’équipe d’OG a démontré qu’elle sait rivaliser avec les meilleures équipes de la scène professionnelle considérées comme imbattables : Team Secret, Virtus Pro... Cependant, réussira-t-elle à confirmer cette excellente fin de parcours et à conserver sa place de numéro 1 à TI ?

 

Les joueurs d'OG

OG 2019 Anaana

Pays : Australie
Age : 19

Ancien remplaçant de la squad Invictus Gaming, ana est un jeune joueur de génie qui s'est fait connaître chez OG après avoir remporté deux majors en tant que midlaner, vivement critiqué à l’époque sur sa supposée faiblesse sur la phase de laning. Il confirmera sa place chez OG mais cette fois en tant que carry sur la safelane où il semble bien plus à l’aise. Il sera le vecteur de la victoire d’OG de l’événement le plus marquant de l’année, The International 2018. Il s’est montré parfaitement solide, capable de prendre le relais à partir du midgame. Après TI8, il prend du recul par rapport à la compétition. Remplaçant officiel de l’équipe, OG le rappellera dans le but de qualifier la team au MDL Disneyland® Paris Major et se relancer dans la course aux points DPC.

A surveiller : Ember Spirit, Troll Warlord, Slark

 

OG 2019 TopsonTopson

Pays : Finlande
Age : 21

Avant OG, Topson avait fait quelques tentatives pour intégrer des équipes pro, sans succès. Il confirme également sa place chez OG et remporte The International alors qu’il n’avait jamais participé à un tournoi majeur de la scène DotA 2 professionnelle. Joueur de mid comme beaucoup de pubstars qui basculent en compétition, Topson est capable de prendre des héros qui ont généralement un fort potentiel de snowball dès la fin de la phase de ligne et qui peuvent souvent transiter vers le lategame de manière très honorable. On notera ses performances au Shadow Demon ou au Pangolier mid et son aptitude à créer un espace considérable pour son équipe.

A surveiller : Invoker, Monkey King, Tiny


 
OG 2019 CebCeb/ 7ckngMad

Pays : France
Age: 27

Ceb anciennement 7ckngMad (prononcer "fucking Mad"), est à nouveau le seul joueur français qui jouera The International. Il a débuté sa carrière dès les débuts de Dota 2 et a participé à la deuxième édition de The International et a raté de peu TI3 en perdant avec son équipe, Quantic Gaming, le Wildcard Match. L'année suivante, il a lancé le projet de création de l'équipe Sigma, qui a disparu avec le départ inattendu de deux coéquipiers (dont Fata) ; il ne participa pas à TI4. En 2014-2015, il a d'abord fait partie du projet d'équipe française Denial eSports, et a ensuite rejoints quelques stacks occidentaux avant de rejoindre Alliance (il était le premier non-Suédois à intégrer cette équipe). En dépit de résultats encourageants, Alliance ne se qualifie pas pour TI5 et sa collaboration avec l’équipe se termine. La saison d'après, il passe quelques mois chez Kaipi, puis quelques mois sans team et finit par devenir coach d'OG peu après l'échec du Major de Shanghai. Il accompagne cette équipe dans l'ombre à travers quasiment deux excellentes saisons. Lorsque OG se sépare de Resolut1on, il prend la place du mid, faisant office de standin. Il devient joueur titulaire après le départ de s4 et Fly.

Ceb a joué à peu près tous les rôles au cours de sa carrière. Lorsqu'il était un joueur particulièrement actif (2012-2015), il était en général support. Il a opéré une transition vers un rôle de core par la suite, avec l'ambition affirmée de revenir sur la scène un jour. Avec OG, il a joué mid avant de prendre désormais la place d'offlaner, un rôle qu'il a brillamment joué. Il a surtout pris des initiateurs solides, et des héros à forte présence globale sur la carte.
Peut-être aura-t-il l'occasion à TI 9  de ressortir certains de ses héros signatures.

A surveiller : Treant Protector, AxE, Magnus

 

OG 2019 JerAxJerAx

Pays : Finlande
Age : 27

Autre joueur finlandais de l'équipe, JerAx a joué à HoN avant de basculer sur Dota 2 en 2012. Il a longtemps écumé les équipes T2 européennes, a fait une pause en 2014. A son retour, il a intégré des équipes plus importantes (comme la Team Tinker), puis est parti s'expatrier en Corée jouer avec MVP Hot6ix, ce qui le conduit à son premier International. Il rentre en Europe après TI5 pour passer une saison avec Team Liquid, et rejoint OG après TI6.

Connu pour son Earth Spirit et son Earthshaker incroyables, JerAx a longtemps joué position 4 roamer. C'est ainsi qu'il appréhendait le jeu encore la saison passée. Mais les évolutions de la méta ont fait qu'il a basculé en dual lane, comme la plupart des positions 4. Coup de chance, ses deux héros emblématiques peuvent être utilisés ainsi. Lors du TI 8, il prouvera qu’il est capable jouer un nombre non négligeable de héros (tels que Winter Wyvern ou Oracle) et faire la différence.

A surveiller : Earth Spirit, Earthshaker, Winter Wyvern

 

OG 2019 N0tailN0tail

Pays : Danemark
Age : 25

Il a aussi joué à HoN avant de basculer sur Dota 2, en compagnie de ses anciens coéquipiers de Fnatic. Il est resté au sein de cette équipe jusqu'à la fin de The International 2014, puis est parti former la première Team Secret (sous le nom BigDaddy, à ce moment). Cependant il n'y a pas terminé la saison, puisqu'il a fini par rejoindre Cloud 9. Après TI5, il a été l'un des fondateurs de Monkey Business, qui a muté en OG deux mois plus tard. Il a remporté quatre Majors Valve, ce qui n'est pas rien.
N0tail est connu pour former un duo inséparable avec Fly : ils jouaient ensemble chez Fnatic sur HoN puis sur Dota 2, ils ont débuté ensemble chez Team Secret, ils ont fondé ensemble OG et y sont restés ensemble depuis le début. Pendant des années, ils ont constitué un duo de supports ultra soudé, jusqu'à ce que n0tail repasse core (mais Fly et lui étaient souvent sur la même ligne). C'est donc peu dire que le départ de Fly chez EG en 2018 a été surprenant et douloureux.

Support position 4 à l'époque Fnatic, carry/mid chez OG pendant longtemps, n0tail joue désormais en tant que support, mais position 5. Il est également devenu le drafteur et le capitaine de l'équipe, à la place de Fly. Drafteur innovant et n’hésitant pas à faire bouger les codes de la scène professionnelle, il joue des héros inhabituels tels que Batrider ou Abbadon et prouve à son équipe son utilité.

A surveiller : Abbadon, Warlock, Silencer

 

OG 2019 SocksSocks

Longtemps connu comme Sockshka, Socks est un ancien joueur professionnel français. Il débute sur DotA, participe aux parties privées les plus prestigieuses de la scène française et intègre des équipes capables de tenir la dragée haute aux meilleurs dans les débuts de Dota 2. Généralement en compagnie de Ceb, alors connu comme FuckingMad, il participe aux deux premiers Internationaux. Lors des deux saisons suivantes, il fait partie d'équipes promises à un bel avenir mais un cochon sauvage empêche Quantic Gaming de passer le Wildcard Match pour jouer TI3 et Sigma éclate brutalement quelques mois avant TI4. Une dernière tentative de lancer une équipe française, Denial eSports, tourne rapidement court.

A partir de là, les chemins de Socks et de Mad divergent. Socks intègre des équipes Tier 2 de la scène européenne, sans réels résultats, et finit par se retirer de la compétition à la fin de l'année 2015. Il ne revient dans le monde compétitif qu'en 2019, lorsque OG fait appel à lui en tant que coach - et obtient son meilleur résultat comme joueur lorsqu'il remplace N0tail à l'Epicenter Major pour atteindre le top 8...

 

Les mots de la fin

Aucune équipe, aucun joueur n'a encore remporté deux fois The International. Sortant d'une saison difficile, OG n'est pas, à première vue, l'équipe la mieux placée pour réaliser cet exploit, et ce bien que le roster de l'an dernier ait été reconstitué, avec en sus l'addition de Socks. Attachante, surprenante, détonante, cette line-up a-t-elle ses chances à TI9 ? Manorot et Socks confrontent leurs points de vue à ce sujet :

Socks : La saison n'a évidemment pas été une réussite pour nous, mais l'équipe est clairement montée en puissance durant celle-ci. J'irais même plus loin : c'était la meilleure route à prendre (même si ce n'était pas le plan de base). Dominer une saison n'a jamais marché sur Dota pour gagner TI, mais il faut quand même rester proche du haut niveau pour ne pas perdre le fil de la méta. C'est ce qu'OG a fait cette saison. On finit même sur deux Majors corrects, qui nous donnent beaucoup de confiance sans pour autant nous mettre en position de favoris. La malchance qu'on a eu à l'Epicenter sera finalement une bonne chose : si Johan avait pu jouer, on aurait surement fait un trop bon résultat dans l'approche du TI.

Manorot : Pour moi OG a perdu trop de temps cette saison, en étant trop dissipée jusqu'au retour d'ana vu comme le sauveur de la line-up. OG peut facilement faire un top 18 car elle est trop irrégulière - je vois Topson comme l'un des joueurs les plus irréguliers de la scène par exemple. J'aurais tendance à les appeler l'équipe de forceurs car ils ne laissent jamais leurs adversaires souffler. Cela peut être une force mais aussi leur plus gros point faible.


Cette actualité provient de notre univers Dota 2.

Réactions (76)


Que pensez-vous de Dota 2 ?

77 aiment, 19 pas.
Note moyenne : (98 évaluations | 4 critiques)
6,1 / 10 - Assez bien

207 joliens y jouent, 290 y ont joué.