Extension Fortuna : un monde toujours plus ouvert pour Warframe

Ce weekend, le studio Digital Extremes profitait de la TennoCon 2018 pour esquisser l'avenir de Warframe et notamment sa prochaine extension, Fortuna, conduisant les joueurs au coeur d'une très vaste nouvelle zone ouverte sur Venus.

Ce week-end, le studio Digital Extremes accueillait les joueurs de Warframe dans le cadre de la TennoCon 2018, la convention communautaire du développeur, et comme de coutume, l'événement était l'occasion d'en apprendre davantage sur l'avenir du shooter free-to-play. Et le point d'orgue de la présentation portait sur la prochaine mise à jour majeure de Warframe, Fortuna, qui continue d'étendre toujours davantage l'univers du jeu, cette fois sur Venus.

Extension Fortuna : un monde toujours plus ouvert pour Warframe

On se souvient qu'en fin d'année dernière, Digital Extremes avait déjà marqué les esprits avec les Plaines d'Eidolon, une première zone ouverte particulièrement vaste pour Warframe, et la mise à jour attirait un nombre record de joueurs. Assez logiquement, le développeur poursuit donc dans cette voie, mais cette fois avec une zone ouverte plus ambitieuse et encore plus vaste -- quatre à cinq fois plus étendue qu'Eidolon, nous dit-on, qui s'étendait déjà sur 5 km².
Avec la mise à jour Fortuna, le joueur s'aventure donc sur Venus, d'abord dans la Colonie de Fortuna, une cité usine souterraine (dont l'esthétique est délibérément inspirée de celle de Blade Runner), peuplée de cyborgs ouvriers, mi-robots, mi-humains, tellement endettés qu'ils doivent hypothéquer les membres mécaniques qui les composent partiellement -- entonnant un chant d'esclaves lorsqu'ils travaillent. Cette nouvelle faction, Solaris United, est par ailleurs encline à se révolter contre le Corpus qui les asservit, pour gagner sa liberté. Comme dans les plaines d'Eidolon, cette zone intermédiaire fait notamment office de zone marchande et d'artisanat où l'on trouvera du matériel inédit ou encore des quêtes et missions -- les joueurs auront notamment vocation à libérer progressivement les différentes bases de Venus.

Warframe: Fortuna

Mais les choses sérieuses débutent néanmoins en surface, sur le sol de Venus -- à elle seule, la première zone Orb Vallis est aussi vaste que les Plaines d'Eidolon. Venus est un territoire gelé et bien plus accidenté que les Plaines, planté d'une gigantesque végétation fongique, avec son lot de quêtes et de missions. Autre nouveauté, si Venus compte évidemment nombre d'adversaires parfois de grande envergure (des insectes robots particulièrement hostiles et parfois imposants), elle compte aussi des animaux qu'on pourra pister (notamment via les traces qu'ils laissent dans la neige) et tenter d'attirer en imitant leur cri -- le mécanisme prend la forme d'un mini-jeu, invitant à « communiquer » avec les animaux pour via l'interface, afin de les capturer pour les relâcher dans des zones plus sûres -- une façon pour le développeur de ne pas limiter le gameplay au fait de tuer tout ce qui passe à portée de tir.
Par ailleurs, qui dit zone plus vaste, dit aussi nouveau moyen de transport plus rapide. Des Hoverboards sont donc disponibles comme nouveau moyen de transport.

Par ailleurs, on se souvient que Warframe relançait récemment ses quêtes cinématiques (des missions narratives), afin de poursuivre le scénario du jeu après deux ans d'interruption. Le développeur n'entend manifestement pas en rester là, puisque d'autres missions narratives s'annoncent, à commencer par New WAR. Pour l'instant, le développeur n'en dit rien ou presque, mais New War fait l'objet d'un bref teaser vidéo.

La première partie de la mise à jour Fortuna s'annonce particulièrement riche et est attendue avant la fin de l'année. Elle a vocation à être distribuée gratuitement, comme le reste du jeu.


Que pensez-vous de Warframe ?

64 aiment, 11 pas.
Note moyenne : (77 évaluations | 1 critique)
7,0 / 10 - Bien

79 joliens y jouent, 120 y ont joué.