JOL d'Or 2009 : l'exploitant de MMOG de l'année

C’est bien connu, un jeu massivement multijoueur ne peut s’évaluer que sur la durée et pour les développeurs et exploitants de MMO, les choses sérieuses ne commencent (presque) qu’au jour du lancement d’un jeu.
Quels sont donc les exploitants en lesquels les joueurs placent leur confiance ? Lesquels font vivre efficacement leurs univers au fil des mois et des années ? Quelles stratégies et quelles politiques s’avèrent les plus attractives pour les joueurs ?


JOL d'Or 2009 : le studio de l'année

Créé le 29 décembre 2009
Blizzard, ou cinq ans de World of Warcraft
26 %
(239)
CCP, ou la revanche du jeu de niche
29 %
(264)
Cryptic Studios, des héros et au-delà
9 %
(79)
Funcom, ou faire oublier le passé
7 %
(67)
NCsoft, entre blockbusters et mondialisation
24 %
(222)
Sony Online Entertainment, ou la diversité
4 %
(40)
Turbine, vers la gratuité et le MMO sur console
13 %
(118)
919 votants | 99 commentaires

Blizzard Entertainment

logo.jpg

Cinq ans de WoW
Bien que n’ayant lancé aucun titre en 2009, Blizzard reste forcément l’un des acteurs incontournables de la scène MMO mondiale - d’autant plus en 2009 où l’on commémorait les cinq ans d’exploitation de World of Warcraft.
Fidèle à sa stratégie, Blizzard se consacre pleinement à son MMORPG depuis novembre 2004 (le développeur n’a lancé aucun autre jeu que WOW et ses extensions depuis le lancement du MMO). Une politique qui s’avère manifestement payante puisque World of Warcraft est toujours le MMO phare en Occident avec plusieurs millions d’abonnés recensés cette année, de tous profils (du joueur occasionnel au core gamer). Blizzard n'est néanmoins pas exempt de critiques, puisque jusque sur les forums officiels, certains joueurs parmi les plus acharnés regrettent par exemple la trop grande simplification du jeu ou la multiplication des contenus optionnels payants.
Et si le MMORPG reste l’une des priorités de Blizzard (qui développe actuellement un nouveau « MMO Next-Gen » dont on ne sait encore rien), le développeur annonce de nombreux projets pour l’avenir avec le premier tiers de StarCraft II ou plus tard Diablo III... Mais on attend surtout la nouvelle mouture de Battle.Net : Blizzard relance en effet sa plateforme de jeux en ligne et entend en faire un véritable réseau social pour gamers, qui regroupe déjà plusieurs millions de joueurs à travers le monde.

CCP

ccp.jpg

Ou la revanche du jeu de niche
Dans l’industrie du MMO, l’Islandais CCP fait figure d’OVNI. En lançant Eve Online en 2003, son « space opera » riche mais complexe à prendre en main, CCP vise un tout petit marché de niche. Lors du lancement, le jeu séduira 30 000 joueurs. Six ans plus tard, en 2009, le jeu revendique dix fois plus d’abonnés et peut s’enorgueillir d’être l’un des rares MMO à voir sa population croître régulièrement et de plus en plus rapidement.
Un succès commercial et critique qui tend à démontrer qu’il n’est pas besoin de millions de joueurs pour faire vivre et rentabiliser un MMO (chaque année, CCP lance deux extensions gratuites venant enrichir l’univers d’EVE Online) et que le jeu de niche a sa place dans l’industrie du MMO. Un succès qui permet également d’envisager l’avenir : en 2009, CCP dévoile Dust 514, un MMO développé dans ses studios de Shanghai en Chine, qui mêle jeu de tirs et jeu de stratégie, jouable sur console et couplé à Eve Online toujours disponible sur PC. Un projet atypique et ambitieux, donc, mais qui pourrait créer la surprise.
A plus long terme, les studios américains de CCP associés à l’éditeur White Wolf, concoctent également World of Darkness Online, un MMO de Vampires et Loups-garous attendu dans les années à venir.

Cryptic Studios

Logo de Cryptic Studios

Des héros et au-delà...
Après avoir cédé les droits de City of Heroes à NCsoft (en 2007) et abandonné le développement de Marvel Universe Online (en 2008), Cryptic Studios s’est associé l'éditeur de jeux de rôle papier Hero Games pour imaginer Champions Online, un nouveau MMORPG de Super héros lancé en septembre de cette année.
Revendiqué comme un « jeu de niche », Champions Online connaît un succès mitigé auprès des joueurs (quelques dizaines de milliers d’abonnés). Cryptic Studios parvient néanmoins à proposer un jeu d'action relativement stable (tout comme City of Heroes en son temps) et le fait vivre au quotidien en proposant régulièrement des animations et opérations spéciales, des patchs toutes les deux semaines, tout en multipliant les Dev Chats et « States of the Game » signés Bill Roper...
Cryptic est par ailleurs en passe de se renouveler, rompant avec sa tradition de développement de MMO de Super héros pour se consacrer à un MMO à forte licence. Début 2008, le studio a en effet acquis (auprès du studio Perpetual, alors en faillite), la licence de Star Trek Online, le MMO inspiré de la série télévisée du même nom. Après deux ans de (re)développement chez Cryptic, Star Trek Online est attendu dans les bacs en février 2010.

Funcom

logo.jpg

Faire oublier le passé
Funcom (Anarchy Online, Age of Conan ou prochainement The Secret World) suscite toujours des réactions mitigées auprès des joueurs. Les uns tiennent rancœur au développeur norvégien d’avoir lancé Age of Conan manifestement trop tôt en mai 2008 (le jeu a connu des premières semaines difficiles et on a rapidement constaté une « hémorragie » de joueurs quittant le sanglant MMO de barbares). Pour les autres, Funcom reste l’un des rares développeurs de MMO d’envergure en Europe qui assure une gestion de ses jeux sur la durée et s’avère surtout prompt à innover avec des produits complexes, aux thématiques et gameplay originaux.
Chacun choisira son camp, mais force est de constater qu’après huit ans d’exploitation d’Anarchy Online, Funcom propose cette année une refonte du moteur graphique de son MMOG de science-fiction, continue de faire évoluer Age of Conan au gré de mises à jour (parfois controversées) et d’une extension, Rise of the Godslayer, particulièrement attendue (Funcom veut faire oublier le mauvais lancement du jeu) et suscite la curiosité avec The Secret World, MMO à l’univers contemporain s’appuyant sur des légendes urbaines très actuelles (faites de vampires, de magie vaudou et autres sociétés secrètes)...
En 2009, Funcom innove également en se lançant dans l’exploitation de « jeux occasionnels » (comme Pets vs Monsters), parallèlement au développement de MMORPG traditionnels au travers de sa filiale SweetRobot.

NCsoft

logo blanc

Blockbusters et mondialisation
Sans conteste, 2009 a été une année forte pour NCsoft avec le lancement d’Aion en Occident (une petite année après le lancement du MMORPG en Asie). On gardera sans doute en mémoire les longues files d’attente (parfois de plusieurs heures) imposées aux premiers joueurs souhaitant se connecter aux serveurs du jeu lors du lancement et à l’omniprésence de bots les premières semaines. En corollaire, on retiendra aussi l’engouement suscité par le MMORPG, du moins pendant les premières semaines suivant sa sortie (en septembre, le jeu se classe parmi les meilleures ventes en Occident et revendique jusqu’à 800 000 abonnés l’espace de quelques mois lors de la sortie - auxquels il faut néanmoins soustraire plusieurs dizaines de milliers de comptes suspendus pour triche).
Fort de l’expérience d’Aion (jeu à gros budget, pensé dès l’origine pour être exploité partout dans le monde), NCsoft entend récidiver dans les années à venir avec Guild Wars 2 et Blade and Soul. En attendant, les joueurs pourront patienter avec les jeux occasionnels gratuits du Coréen : Metal Black Alternative (hack and slash futuriste) et Steel Dog (jeu de courses). NCsoft entend proposer une offre diversifiée et complémentaire.

Sony Online Entertainment

Logo

Le maître mot : diversité !
Généralement considéré comme le « développeur que les joueurs adorent détester » (notamment pour ses pratiques commerciales), Sony Online Entertainment a sans doute l’avantage de souvent se montrer précurseur. Après avoir été le développeur du « grand père des MMO » (EverQuest ou l’archétype du MMORPG traditionnel), Sony a manifestement su faire évoluer son catalogue.
Pour le développeur, en plus de diverses extensions payantes pour EQ et EQ2, l’année 2009 aura surtout été marquée par le lancement de FreeRealms. Un jeu très accessible (jouable depuis un navigateur Web), disponible gratuitement (en « free to play ») et s’ouvrant à un public largement délaissé jusque là : la famille (FreeRealms s’adresse aux joueurs les plus jeunes, mais doit aussi séduire parents et grands-parents). Et force est de constater que la recette fonctionne, FreeRealms revendique la création de plus de cinq millions de comptes en quelques mois, depuis son lancement fin avril 2009.
SOE va plus loin dans la diversité en étant le premier développeur de MMO historique à s’intéresser réellement aux jeux massivement multijoueurs sur console. Outre le lancement de Home, la plateforme communautaire de la PS3 qui accueille des « mini MMO » (et revendique 10 millions de comptes), SOE annonce quatre titres sur consoles dans les mois à venir.

Turbine

turbine.jpg

Vers la gratuité et le MMO sur console
Le studio de développement Turbine est traditionnellement un exploitant discret. Ce qui n’empêche pas la société de Westwood d’être l’une des pionnières de l’industrie du MMO aux Etats-Unis (avec Asheron's Call), de se développer (dans des locaux plus vastes) et de rester vigilante aux évolutions du secteur.
En plus de son titre phare (The Lord of the Rings Online, qui accueillait cette année une seconde extension avec Le siège de la Forêt Noire), en 2009, Turbine a cherché à diversifier ses activités. D’abord en revoyant totalement le modèle économique de Dungeons and Dragons Online : initialement distribué sur un modèle payant (abonnement mensuel), le jeu profite maintenant d’une seconde jeunesse aux Etats-Unis en « free to play ». DDO: Unlimited, c’est le nom de cette nouvelle version, attirerait plus de joueurs dépensant plus que le montant de l’abonnement de la version « payante ». Manifestement, le « free to play » n’est pas saturé partout.
Ensuite et à plus long terme, Turbine voit l’avenir du MMO sur console. On ne connaît pas les détails de ses projets, mais le développeur aurait levé des fonds pour des projets massivement multijoueurs pour les consoles de salon. Stratégie payante également ?

Précédent
JOL d'Or 2009 : les espoirs 2010

Réactions (99)