Critiques et tests RSS

  • 22 févr. 2017
    A mes débuts, j'aurai probablement mis 8 ou 9 dans cette critique mais des années plus tard, il est clair que ce jeu ne vaut plus rien.

    Je n'étais pas un gros joueur, moins de 7000 parties pour un wn8 de +1400 en constante progression, gros amateur de chars français, c'est à leur sortie d'ailleurs que j'ai commencé le jeu - pas la branche la plus facile pour débuter certes mais enfin un jeu qui représente autres choses que les nations habituelles des jeux de guerre.

    Le jeu pouvait se comparer avec la trinité des RPG, les légers, rapides, parfaits pour scout ; les médiums, bons partout sans être parfaits ; les lourds, solides et puissants mais lents ; et enfin l'arti, grosse puissance de feu mais presque sans défense une fois découvert.
    Il y avait déjà des soucis d'équilibrages. Je pense aux canons délirant du premier kv-1s ou de Prokhorovka en mode assaut. J'aurais déjà dû sentir l'arnaque vu qu'ils ont mis près de deux ans à régler le problème.

    Puis les mises à jour se sont succédé avec leur lot de bons et de moins bons, puis le moins bon est devenu mauvais et enfin, c'est devenu n'importe quoi.
    - Multiplication de véhicules aux statistiques délirantes issues de prototypes voire seulement d'une planche à dessin ;
    - Baisse drastique du niveau global des joueurs ;
    - Matchmaking clairement et toujours à la ramasse ;
    - Cartes mal équilibrées et trop peu nombreuses ;
    - Branche russe supérieure aux autres ;
    - Obus premium ;
    - Profusion des mods dont certains remettent clairement en cause l'aspect du jeu ;
    - Trop de blindés implantés à la va vite, qui du coup font...
    - ... un équilibrage bancal  ;
    - La difficulté pour avoir un tier X sans compte premium...

    Pour parer ces soucis d'équilibrage, ils ont trouvé l'arme parfaite : on sort un joli char premium à 40 boules complètement pété et qui rapporte pleins de sousous, puis on le nerf six mois après parce qu'il est trop puissant et six mois plus tard, on sort un nouveau char aussi pété que l'ancien.
    L'aspect financier a pris le devant sur le coté ludique, ce jeu est devenu mauvais.
  • 20 févr. 2017
    Par Avatar de Khatou
    Ce jeu a été pour moi une sorte de révélation. C'est simple, je ne m'en sépare plus, malgré ses défauts, on s'y fait et le fait de pouvoir jouer enfin avec d'autres fans de TES est un plaisir, 1000 fois plus augmenté.

    Le jeu offre une grande liberté de jeu bien qu'on puisse grincher un peu quand on est en HL, concernant la construction de notre build ou pour certaines classes - tout du moins si on souhaite jouer comme on le voudrait. Mais malgré ça, il y a quand même moyen de prendre sont pied. 

    La partie exploration est sympathique même si on n'a pas les mêmes sensations que dans un TES solo. Ce sera une concession à faire. Après, on l'a finalement d'une autre façon quand on veut un set spécifique avec le trait adéquat à notre personnage, tel qu'on a décidé de l’orienter.

    Les donjons et raids sont sympathiques à pratiquer, bien que la difficulté du jeu en haut niveau reste mitigée. Il y a une difficulté supplémentaire qui se nomme "vétéran". Elle est là pour rehausser un petit le manque de challenge, à savoir que la difficulté est assez variable en fonction du donjon
     
    La communauté existe, ce qui fait plaisir. Si on n'a pas l'habitude de la langue de Shakespeare, il y a suffisamment de guildes et de sites pour trouver des informations ou aides de la part d'une communauté francophone. 

    Le housing est enfin arrivé et ça fait du bien d'avoir son propre toit ^^ Je ne peux encore en juger de ce coté là, car je n'en ai pas encore vu suffisamment pour pouvoir donner une critique.

    Question contenu du jeu, il n'y a pas à se plaindre. Le jeu s'améliore beaucoup, offre plus de souplesse et ajoute suffisamment de contenu régulier pour s'occuper. De plus, on a appris l'arrivée d'une extension qui est plus qu'un simple DLC, ce qui peut être rassurant pour se dire que le jeu aura un bon suivi dans l'avenir.
  • 20 févr. 2017
    Par
    Bonjour,

    Après avoir tourné deux ans sur TESO, six mois sur FF XIV, six ans sur WoW, essayé Black Desert Online, Skyforge, Rift, Aion, d'autres dont j'ai rapidement oublié le nom, je suis retourné sur AoC. Lassé des univers cartoons, des univers "mignons" et des univers de  princesses, je suis reparti dans l'univers Lovecraftien et Ewardien d'Age of Conan.

    Je suis un ancien de 2008 après y avoir trainé mes guêtres pendant un an avant de baisser pavillon pour d'autres horizons, me voilà de retour depuis cinq mois et j'y prends, il faut dire, beaucoup de plaisir.

    Age of Conan a pris un coup de vieux : les textures sont parfois baveuses ou floues dans pas mal d'endroits. Cependant, globalement, pour un jeu qui va sur ses neuf ans, ça reste vraiment correct. Des zones (comme le Kitai ou des donjons) sont magnifiques. On tranche dans le vif ici. La direction artistique est bien faite, le son incroyable par la bande son.

    Beaucoup de bugs ont été corrigés, il en subsiste encore, mais il faudrait être d'une mauvaise foi sans bornes pour dire que le jeu est injouable. Certes, le serveurs freezent parfois, mais franchement, ça reste fluide.

    La difficulté d'AoC n'a pas d'égal. Ici, un seul joueur ne peut tout faire... Un élite mérite bien son nom d'élite et vous fera mordre la poussière. Les mobs repopent assez vite, alors malheur à celui qui a mal jugé le temps de sa récupération.

    AoC propose 12 classes, chacune disposant de deux orientations. Il existe quatre ethnies (qui n'apportent rien hormis certaines restrictions de classes et l'aspect de l'avatar) . Ainsi on retrouve :
    - Le Cimmérien (un Nordien)
    - L'Aquilonien (une sorte de Grec)
    - Le Stygien (une sorte d'Egyptien)
    - Le Kithan (une sorte de Chinois)

    Les classes sont :
    Les Soldats :
    - Le Gardien (tank "classique") - une autre branche dps
    - Le Conquérant (tank qui buff avec des bannières et qui a la faculté de faire des rez battle) - une autre branche dps
    - Le Templier Noir (tank magique assez cheat, le plus simple des trois à jouer) - une autre branche dps, peut avoir des pets temporaires

    Les Maraudeurs :
    - L'Assassin (sorte de voleur)
    - Le Barbare (un bourrin ^^) - une branche "arme à deux mains ou deux armes"
    - L'éclaireur (un archer sans pet) - une branche "arc", l'autre "arbalète"

    Les Mages :
    - Le Nécromancien (avec ou sans pets) - une branche avec, une sans
    - Le Démonologue (sorte de mage givre-feu avec un pet) - une branche plutôt feu, l'autre givre
    - Le Hérault de Xotli (un CàC tissu avec une épée à deux main qui fait du feu)

    Les Soigneurs :
    - Le Prêtre de Mitra (assez classique dans l'esprit) - une autre branche dps
    - Le Fléau de Set (pour soigner plus fort et moins cher : il faut dps à distance ! ) - une autre branche dps
    - Le Chaman de l'Ours (un peu comme le fléau mais au Cac ^^) - une autre branche dps

    Chaque classe a ses avantages et ses faiblesses, toutes sont complémentaires. A noter que les SKILLS sont presque indépendants du TEMPLATE (même si les choix du templates peuvent en ajouter quelques-uns) .

    On le voit donc, chaque classe est assez fournie en choix de template, et viennent s'ajouter à cela les Points de Progression Parallèle (PP en français et AA en anglais) .

    Les cartes sont assez grandes pour y passer plusieurs heures, mais chaque carte est instanciée et ce n'est pas un "open world".

    Comme dans les principaux MMO, il y a des "exploits", des objectifs à faire pour avoir des points qui ouvrent la voix à des récompenses en jeu.

    La difficulté est là, les donjons sont sympas, l'ambiance est bien mature. A essayer.
    Publié le 20 févr. 2017 à 15:14, modifié le 20 févr. 2017 à 15:23
  • 20 févr. 2017
    Depuis que je joue à Okord, pas mal de choses ont évolué. Le jeu s'est étoffé. Il s'agissait au départ d'un banal plateau carré et une idée simple mais intelligente d'unifier les forces de plusieurs joueurs dans une seule armée conduite par son chef.

    Depuis, il s'est enrichi d'un background plaçant les joueurs au milieu d'un univers complexe avec des voisins dangereux et des cultes concurrents.
    Un système de blasons permet d'afficher ses armoiries, celles de son suzerain ou le symbole de sa religion.
    Il y a encore pas mal de travail pour donner toute sa puissance à cette idée.
    Mais une chose est sûre, c'est l'approche la plus réaliste de la féodalité qu'il m'a été donné d'expérimenter.
    Le système de gestion, réduit au strict minimum, et le système de classement a permis de hiérarchiser les seigneurs dans une pyramide de titres à la fois stable et fluctuante. Stable car il n'y a jamais qu'un roi, quelques princes, un peu plus de ducs, jusqu'à une majorité de barons. Fluctuante car certains peuvent monter tandis que d'autres descendent. Il n'y a pas d’anciens joueurs irrattrapables car l'économie, avec sa progression logarithmique, tend vers un maximum ce qui permet à de jeunes joueurs à la progression bien plus rapide de réduire l'écart en permanence.
    Cependant, il ne faut pas s'imaginer être compétitif en quelques semaines. Devenir RoI d'Okord peut demander des années quand on persévère.

    Le jeu est basé sur la guerre. Une guerre civile permanente pour la quête d'un trône. Mais si cette guerre se fait avec des troupes, elle se fait aussi dans les cours où se trament les intrigues. Les alliances se font et se défont. Les maisons se groupent autour d'un seigneur puis se délitent ou se scindent au gré des évènements.
    C'est un support idéal pour ceux qui aiment le RP et qui trouvent dans les alliances ou les trahisons tous les ressorts de la tragédie.
    C'est aussi un jeu plaisant pour qui ne conçoit que le GP et s'amuse à taper sur tous ce qui est à sa portée.
    N'en déduisez pas qu'Okord est injouable ou trop dangereux. 
    On ne gagne rien à frapper les faibles, on y perd plutôt, même si cela n'est pas strictement défendu.
    Pour finir, Okord est un jeu passionnant qui mérite d'être mieux expérimenté. 
    Le seul danger qui vous guette, c'est l'addiction.

    Enguerrand
  • 20 févr. 2017
    Par
    Un des gros avantages de Elvenar, c'est que chaque joueur peut y jouer à son rythme, y compris avec très peu de temps de jeu.
    Graphiquement, le jeu est en flash et est réussi.

    COMMERCE :
    Il est fortement préférable d'appartenir à une confrérie (=guilde, sur d'autres jeux) .
    Le jeu encourage en effet fortement le commerce dans la confrérie ou avec ses voisins.
    Il y a au contraire une taxe importante pour commercer avec "les autres".

    COMBATS :
    Il n'y a pas de combats entre joueurs. Les combats sont possibles contre l'ordinateur, qui défend les nouveaux territoires.
    Explorer ces nouveaux territoires (organisés ensuite en provinces) permet d'avoir de nouveaux voisins et parfois d'augmenter ses productions par la découverte de reliques et parfois d'étendre la taille de sa ville (extension de provinces) .
    Si on ne souhaite pas combattre, il y a la possibilité de négocier un territoire contre des ressources.

    VILLE :
    Le but du jeu est de faire évoluer sa ville.
    Les bâtiments sont de différents types (RESIDENCES, ATELIERS, MANUFACTURES, BATIMENTS CULTURELS...) avec chacun, des différents niveaux.
    Un arbre de recherches permet d'accéder à des niveaux de bâtiments plus élevés, produisant plus ou générant plus de culture, parfois aussi il est possible de rechercher à étendre sa ville (extension de recherche) .
    Il y a différentes ressources à gérer, chaque ressource pouvant servir à une construction (de bâtiment) , une amélioration (de bâtiment) ou parfois une exploration (de territoires, voir COMBATS) .

    Dans les moins :
    Une tendance à brider les joueurs trop rapides (beaucoup de temps de jeu) pour s'assurer qu'il y ait pas trop d'écart de vitesse de progression entre l'ensemble des joueurs.
    Publié le 20 févr. 2017 à 11:47, modifié le 20 févr. 2017 à 11:48
  • 19 févr. 2017
    1 personne sur 1 a trouvé cette critique utile.
    De la Chevalerie... Voilà comment se définit Okord.
    Que l'on ait décidé d’être un personnage odieux, sans morale ou bien un preux seigneur véhiculant de hautes valeurs de la chevalerie, chacun est libre de faire évoluer l'aventure au gré du RP qu'il choisira.

    Développer ses fiefs seul ou au sein d'une faction, le joueur gravira les échelons des titres pour se retrouver parmi les grands du royaume et, qui sait, monter sur le trône. Les guerres, les alliances voire les trahisons, c'est en Okord que se révèlera le seigneur qui sommeille en vous.

    Le jeu dispose d'une aide claire afin de mettre le joueur débutant dans les meilleures conditions, mais la communauté qui compose les grandes maisons est toujours là pour prodiguer aide et conseils.
    Il est également à noter qu'un forum est dédié a Okord. Forum qui regroupe des sections comme "La Forge" qui regroupe les idées, améliorations à apporter en concertation avec les joueurs ; "Le Château d'Okord", zone RP ou chacun peut publier des récits relatifs ou non à son personnage et "La Taverne" zone non RP où l'on se retrouve dans des délires en tous genres (gazette humoristique) ...

    Jeu à conseiller. ; )
    1 personne a trouvé cette critique utile.
  • 13 févr. 2017
    Voici un MMO free to play remarquable.

    Si Icarus Online est très classique sur la forme avec ses classes vues et archi-revues (mage, berseker, paladin etc.) , c'est bien sur le fond qu'il se démarque.
    En fait, j'ai envie de dire que l'ensemble est cohérent et propre, que ce soit les graphismes, les animations ou la musique. Il n’y a rien d’exceptionnel, mais un ensemble bien maîtrisé. C'est cohérent, suffisamment bien réalisé pour immerger le joueur.

    C'est bien entendu le coté "chasse aux monstres" qui est vraiment intéressant, on se laisse volontiers prendre au jeu et on passe rapidement plusieurs heures à essayer de compléter son bestiaire, d'autant que chaque animal capturé peut au choix vous servir de monture, de compagnon ou être transformé en ressources qui vous permettront d’améliorer votre équipement ! Sur ce point, je me risquerais même a dire que Icarus online est vraiment novateur et original !

    Coté boutique, on retrouve les traditionnelles tenues cosmétiques et quelques buffs supplémentaires vous permettant d'aller plus vite mais je n'ai rien vu de "pay to win". C'est donc un VRAI F2P.

    Honnêtement, ce jeu gagne à être connu, pour un F2P, il est vraiment bon. Dommage que la communication ne soit pas au rendez vous car Icarus online mérite d'être connu et essayé !
  • 12 févr. 2017
    3 personnes sur 4 ont trouvé cette critique utile.
    Par
    Nostalgique de la guerre froide ? En thèse sur l'autocratie ? Ou simplement fan de George Orwell ? Inutile de chercher plus loin, le bonheur (perpétuel et obligatoire) vous attend ici !

    Un bref aperçu de ce qui vous allez découvrir de l'autre côté du rideau de fer :

    Graphismes: dignes de la glorieuse architecture soviétique
    Là dessus, tout le monde s'accorde, dès les premiers instants dans le jeu, on se croirait revenu aux années 80. Les animations sont raides et peu variées et les "effets spéciaux" aussi impressionnants que le feu d'artifice lorsque vous gagnez au Mah-jong sur Windows. Tout cela n'empêche évidemment pas le jeu de ramer sur certaines configurations. Toutefois l'imagination aidant, on arrive assez vite à reconnaitre ici un castor, là un gobelin et à s'immerger dans ce bain de (gros) polygones. Seule petite ombre au tableau, les couleurs criardes ne parviennent pas à restituer la beauté du camaïeu de gris d'un ciel moscovite mais qu'importe, ce qui compte ça n'est pas l'esthétique, c'est le fonctionnel ! Passons donc au gameplay.

    Jouabilité: la dure vie de fils du prolétariat
    A défaut d'un système de quêtes classiques permettant de progresser, l'évolution de votre laborieux avatar se fait principalement par la répétition d'actions simples (cliquer sur un bouton) . Celles-ci vous confèrent l'expérience nécessaire pour passer au stade suivant, c'est-à-dire accomplir de nouvelles actions simples (toujours le même bouton) requérant un niveau plus élevé.
    Deux voies s'offrent à vous : le combat ou l'artisanat.
    Le combat consiste à cliquer sur des créatures ennemies, le jeu calculant ensuite l'issue du duel en fonction des stats de chacun. Une fois une quantité suffisante d'opposants au Peuple éliminés, on devient assez fort pour passer à la racaille suivante. Ne vous attendez pas pour autant à tailler de l'orc capitaliste dès les premières (dizaines d') heures de jeu. Vos premiers adversaires seront de taille nettement plus raisonnable, comprenez des lapins et des rats.
    Véritable coeur du gameplay, l'artisanat se subdivise lui-même en deux sous catégories : la faucille et le marteau.
    La faucille tout d'abord. Le jeu vous place ici dans la position d'un honnête moujik arrachant sa subsistance à la terre de la mère patrie. Commencez d'abord par ramasser des légumes (les fameux rutabagas) , jusqu'à devenir suffisamment fort pour travailler dans les mines de charbon. Le principal avantage de cette voie est que l'on peut récolter ou miner tout en étant afk, ce qui permet de faire des choses réellement utiles simultanément, comme, par exemple, jouer à Candy Crush.
    Le marteau maintenant. Découvrez ici les joies et les bienfaits de la révolution industrielle. Dans une approche tayloriste, prenez part à une chaine de montage en assemblant des quantités toujours plus grandes du même objet, lequel sera ensuite utilisé afin de créer un autre objet, puis un autre et encore un autre, jusqu'au produit fini... Que vous n'aurez probablement pas les moyens de vous payer, à moins d'être un authentique stakhanoviste du clic (le jeu en est rempli) .

    Roleplay: rejoignez la grande épopée nationale
    Le point fort du jeu. Malheureusement la perte de vitesse et le manque d'effectifs (cf les autres critiques) en ont fait une chose d'un autre temps. Il s'agit, aujourd'hui, plutôt d'évoquer les grands héros du passé que de forger de nouvelles gloires. Peu de choses à dire donc, même si le jeu avait un réel potentiel à ce niveau là.

    Communauté et animation: adhésion au parti non optionnelle
    La première chose qui saute aux yeux est la faible fréquentation du jeu : une moyenne d'une vingtaine de joueurs. A ce titre, Landes Eternelles est à peu près aussi "massivement multijoueur" qu'un match de foot ou un repas de famille. Mais qu'importe la quantité tant que l'on a la qualité, pas vrai ?
    Ici la principale chose à retenir est la très grande place de l'équipe d'administration dans le fonctionnement du jeu. Véritables apparatchiks, ils règnent d'une main de fer sur une population dont la principale qualité est la docilité. Et pour cause, les dissidents sont sévèrement réprimés, que ce soit par l'envoi au goulag (une zone où il est impossible au personnage d'intéragir de quelque façon que ce soit) ou une bonne vieille "exécution administrative" (un ban pur et simple) .
    Bien entendu, il est également possible de se concilier les bonnes grâces du parti, par exemple en participant aux opérations de propagande du jeu (vous avez remarqué à quel point les critiques positives sont proches dans le temps les unes des autres ? Coïncidence ? ) .
    Pour le reste, préparez-vous à vous frotter à une bureaucratie que n'aurait pas renié Kafka. Pour exemple, les propositions d'améliorations du jeu doivent d'abord passer par une proposition sur le forum, avant d'être soumise à un panel de joueurs "experts" puis à un membre de l'équipe en charge des suggestions, qui transmet, le cas échéant, au membre de l'équipe en charge du développement, qui transmet à son tour aux développeurs. Bref, la moindre correction dans l'équilibrage du gameplay prend en moyenne plusieurs mois avant d'être réalisée. Il en va de même pour les propositions d'évenements RP.

    Malgré tout, le jeu conserve sa poignée de militants fidèles, prêts à défendre l'indéfendable et à jouer à l'injouable. Au delà des critiques, je ne peux que conseiller au joueur occidental de tenter l'expérience, il n'en appréciera que plus, en contraste, les douceurs vidéoludiques du "monde libre".
    3 personnes ont trouvé cette critique utile.
  • 12 févr. 2017
    Par
    Il n'y a rien de naturel dans ce jeu. Vous perdrez si Wargaming l'a décidé et inversement. Les artilleries s'acharnent sur vous s'ils ont décidé que vous perdiez. Elle tire quatre fois de suite alors que leur CD est énorme si vous les jouez (15s) . Après plus de 50 matchs perdus, mon taux de moyen de victoire est... remonté ! De toutes façons, vous vous tiendrez toujours entre 45 et 50 pour cent de victoires si vous jouez, c'est programmé, c'est comme ça. Un jeu poubelle, prenant, mais complètement bidonné par Wargaming donc au final, il ne vaut rien. 

    Après le tiers 6, en jouant gratuit, cela devient impossible. Vu que les défaites sont programmées. Il vous faudra jouer avec un tiers 5 ou 6 pour gagner de l'or, puis vous le perdrez en jouant les tiers supérieurs. Il est loin le temps ou l'on jouait pour débloquer des personnages. Maintenant, tout s'achète, même la victoire. Les MMO ont su détruire le moyen d'évasion que représentait le jeu vidéo, pour se changer les idées après avoir entendu parler "pognon" toute la journée.

    S'il y a des gogos prêts à payer pour une impression de victoires contre des bots Wargaming, ça les regarde. Mettez plutôt des bots sur des comptes gratuit, ça sera surement plus rentable.
  • 10 févr. 2017
    Par
    Jeu sans évolution réelle, où l'on pousse les gens à acheter des tokens. De plus, les admin font constamment de l'ingérence dans le jeu, pire que cela, ils jouent au jeu avec leur statut d'admin.
    Jeu un peu triste qui a complètement oublié le RP, au profit d'une évolution vers la 3D qui n'apporte absolument rien.

    Le multi-compte est autorisé mais uniquement si vos personnages ne sont pas en contact.
    On ne peut pas spéculer, ni changer la géographie de la carte sous peine de bannissement.
    Obligation d'avoir un numéro de téléphone et de le communiquer ainsi que d'autres informations personnelles.
    Utilisation de cookies et de programmes espion sur votre ordinateur.
    Certains joueurs qui ont des affinités avec les administrateurs sont constamment privilégiés lors de désaccords sur le jeu.
    Beaucoup de bugs non corrigés vous font perdre des objets, de l'or et des achats de tokens.
    Il n'y a pas de communication possible avec le staff des admin, la réponse la plus fréquente est "c'est comme cela et pas autrement".
    Il est possible d'utiliser des programmes tiers pour évoluer dans le jeu et les admin ne font absolument rien contre cela.

    Jeu à jouer si vous aimez perdre du temps et éventuellement de l'argent.
    Triste monde.
    Publié le 10 févr. 2017 à 15:53, modifié le 10 févr. 2017 à 15:54
  • 9 févr. 2017
    1 personne sur 1 a trouvé cette critique utile.
    Par
    World of Tanks est un jeu de simulation aux graphismes incroyables et à l'attrait indiscutable. Par contre, après 8000 parties, force est de constater que ce jeu a "quelque-chose qui cloche".

    En premier lieu, je dirais que deux serveurs EU ne permettent plus de gérer tant de joueurs. A certaines heures et visiblement l'après midi, la surcharge est telle que les lags sont fréquents et que des pertes de ping sont régulières, ce qui explique les chars fantômes et autres bizarreries de ce type. Par exemple, votre tir à bout portant qui rate sa cible, passe au dessus ou fait 0 dégât sur des tiers inférieurs, y compris des chenilles visées, tirées et intactes.

    Mais ce n'est pas tout. Il y a aussi la rentabilité financière du jeu.

    Bon joueur ou mauvais joueur, il y a des situations non explicables sans un contrôle au serveur... pour faire perdre.
    Des bots ? Sans aucun doute. Pour le savoir, faites un test régulier en posant un message court du type : please 4+2 ?
    Là, les humains répondent par des points d'interrogations, des sarcasmes, bref agissent. 30 secondes, ça laisse le temps et la langue n'a rien à faire pour expliquer le silence. Et bien, vous verrez que vous aurez des parties sans aucun message ! Et repérez les pseudos car vous verrez qu'il y en a qui ne postent jamais dans une aucune partie où vous les croiserez.

    Nous connaissons tous le temps nécessaire pour traverser une map avec un tank précis vers un lieu précis.  Or, régulièrement il y a déjà un tank voire plusieurs, très en avance qui vous shootent sans erreur.

    Contrôlez également les pelotons ennemis. Absents, vous avez toutefois une coordination de plusieurs chars qui frise la perfection ! Vous êtes spoté sans voir par qui, admettons que c'est tout à fait possible, par contre les quatre obus qui arrivent dans la même 1/2 seconde et qui transpercent le blindage de votre char, c'est inconcevable hors peloton et communication. Jamais réussi à faire ça avec d'autres joueurs, moi !
    De plus, un tir dévoile la position, la vôtre oui, mais les quatre chars synchronisés, que nenni. Même vos coéquipiers en portée radio ne les voient pas.

    Bref, entre la latence des serveurs surchargés et un contrôle en amont des équipes, le jeu est un formidable money maker pour WG, bien mieux que les chars premium d'ailleurs. 
    Bref, sans parler de complot, ce jeu est ajusté au fur et à mesure du temps pour être plus rentable pour ses concepteurs. Et cela se voit de plus en plus.
    1 personne a trouvé cette critique utile.
  • 31 janv. 2017
    1 personne sur 1 a trouvé cette critique utile.
    Par
    Okord est un jeu formidable. Les débuts sont difficiles mais les anciens joueurs vous tendent la main dès votre arrivée et malgré l'immense historique du jeu, ils vous en résument les grandes lignes. Ils vous aident aussi à progresser et vous conseillent.
    L'équipe de développeur est à l'écoute de sa communauté et des mises à jours sont régulièrement faites en tenant compte des critiques des joueurs. Des évènements sont aussi créés (un tous les six mois environ) et ils mettent les joueurs en relation et les poussent à coopérer ou à se diviser.

    Montez des armées immenses pour envahir vos ennemis ou au contraire, construisez de grandes forteresses afin de vous protéger. Dans Okord, beaucoup de choses sont possibles. Vous pouvez aussi vous lancer dans un récit, la communauté n'hésitera pas à vous partager son avis et certains voudront même, à l'avenir, en construire d'autres avec vous.
    Mais ils ne faut pas oublier que c'est avant tout un jeu de stratégie où règne l'équilibre et la polyvalence mais aussi les déplacements et surtout, la guerre !
    1 personne a trouvé cette critique utile.
  • 25 janv. 2017
    /!\ Cette critique a été rédigée avant la sortie du jeu.
    1 personne sur 1 a trouvé cette critique utile.
    Par
    Comme pour un jeu de rôle conventionnel, on rentre dans la peau de son personnage et on oublie que l'on est au 21e siècle. Graphiquement, le jeu est très beau mais non optimisé du fait qu'il est encore en 32 bits, mais il va bientôt passer en 64 et là, il pourra montrer tout son potentiel sans avoir de problème mémoire.
    On attend avec impatience la version MMO qui va pouvoir nous rassembler sur une carte gigantesque à savoir 49 fois plus grande que celle du jeu version "Your Own".

    Ce jeu est une vraie simulation et cela se ressent déjà sur le plaisir de travailler pour avoir de quoi se battre ; cela change des jeux où tu es le roi du monde à peine trois heures après avoir débuter le jeu. Cela prend forme grâce à un système de craft bien sympa, qui vous met dans la peau d'un "spécialiste" (surtout dans le MMO car sur "Your Own", on peut aller sur des serveurs où l'on peut faire tous les métiers) , à savoir menuisier, forgeron, forestier, arctier, ingénieur de siège, etc., sans compter la spécialité de combat dans laquelle on peut aussi s'orienter à savoir, combat à pied ou à cheval, armes à une main et bouclier ou armes à deux mains, contact ou distance, etc.
    Le système des items se base sur de la qualité comprise de 1 à 100 et la recherche de l'excellence, comme par exemple forger une épée de chevalier qualité 100, est un système qui donne un but à chaque artisan. Ce système fait rentrer en compte le matériau utilisé pour fabriquer l'objet désiré mais aussi les outils de fabrication comme la forge et le marteau de forgeron dans notre exemple, sans oublier le niveau de votre compétence dans l'artisanat en question.
    Le combat est très réaliste et demande de la maîtrise par le joueur et non par l'avatar comme dans d'autres jeux.
    Il y aurait tant à dire sur ce jeu tellement il est génial.

    En tout cas pour les joueurs qui aiment travailler et avoir une reconnaissance de leur travail et donc en retirer une satisfaction, ce jeu est fait pour vous. Pour les joueurs qui aiment la coopération et le travail en équipe, ce jeu est aussi fait pour vous. Pour les joueurs qui veulent se plonger dans la période médiévale et en découdre avec les ennemis du royaume, alors vous aussi, n'hésitez pas à jouer à Life is Feudal.
    1 personne a trouvé cette critique utile.
  • 23 janv. 2017
    /!\ Cette critique a été rédigée avant la sortie du jeu.
    5 personnes sur 6 ont trouvé cette critique utile.
    Par
    J'ai joué de 2015 à ce jours, en 2017...

    Ce jeu est une merveille, simple et complexe, beau mais accessible, sportif mais relax, ce jeu est un des titres les plus paradoxaux que j'ai pu rencontrer et c'est ce qui le rend si unique !

    - Ses graphismes pouvant être vraiment très jolis tout comme rester accessible à des PC plus que raisonnables...
    - Une complexité de craft pourtant tellement simpliste : le forgeron forge, et c'est en forgent qu'il devient forgeron !
    Chaque métier est amélioré en réalisant des actions qui y sont liées, ces dernières permettront à d’autres professions de progresser à leur tour, comme les clous du forgeron aideront le charpentier qui pourra à son tour aider le constructeur, etc., etc.
    - Ce jeu pourra être abordé sous un angle sportif mais également relax ! Libre à vous de passer un petit moment tranquille à couper quelques arbres, à rapporter quelques buches, ou bien à vous donner comme objectif de finir l'enceinte en palissade de la ville avant demain ou même d'aller combattre les vilains du coin en 1 contre 4 parce que vous pensez avoir une meilleure maitrise de votre personnage que vos adversaires...
    - d'ailleurs, parlons-en du combat : ici, ce n'est pas votre super marteau légendaire +9999999999 force -10 intelligence +999999999999dps qui va vous faire gagner, c'est votre skill personnel. Oui, à vous derrière le PC. C'est ça qui va faire 80 % du résultat, l'équipement ne sera là que pour sublimer votre maitrise du combat. Le retour de bâton, c'est que si vous êtes nul même bien équipé, vous resterez nul. Mais rien n'est perdu !
    - MMO et politique sont de rigueur ! Il y a plein de monde partout et... les gens sont tous différents, il y a toujours quelqu'un qui apprécie nos forces, et peut combler nos faiblesses. ; -)
    Ainsi, si vous adorez farmer et êtes nul au combat, vous pourrez trouver des alliés nuls pour farmer et bon pour combattre...  Ce jeu donne une réelle dimension diplomatique et encourage le joueur à jouer toutes ses cartes, pas seulement PvE ou PvP, pas seulement farmer ou combattre... mais aussi faire de la diplomatie, du commerce, du relationnel...
    Lorsque ton voisin exploite une mine entre vos deux villages, si tu le laisses faire, tu risques de ne pas en trouver pour toi, si tu l'en empêches, il risque de se fâcher et de t'attaquer, si tu partages, vous risquez de ne pas en avoir assez... Tout est à débattre et discuter. Les ressources du sol, tout le monde les convoite mais il faut les partager ou les conquérir.

    Bref, ce jeu est une expérience vraiment intéressante qui de part sa vitesse "normale" sort des standards ultra-dynamiques qui altèrent l'ambiance dans le jeu.

    Tout dans Life is Feudal m'a conquis. Après, comme on dit, les goût et les couleurs. ^^

    Le seul avertissement que j'ai à donner si vous comptez jouer à ce jeu, c'est de vous poser quelques questions simples :

    - Suis-je capable de jouer à un jeu full PvP, full loot ou ai-je une volonté trop faible pour ne pas me démoraliser à chaque fois que je meurs ou perds quelque-chose ?
    - Suis-je capable de postuler et de collaborer avec d'autres joueurs, de rejoindre une structure capable de me faire profiter d'une bonne expérience de jeu ou suis-je juste un nombriliste  incapable de prendre deux minutes pour postuler dans un clan ?
    - Suis-je certain de vouloir jouer à ce jeu, ou suis-je juste en train de chercher un moyen de me distraire...

    Je recommande ce jeu à tous les joueurs qui cherchent un VRAI jeu sur lequel se fixer, tout comme les casuals qui cherchent un bon moment détente. Après, je recommande surtout au gens de trouver leur manière d'appréhender le jeu par rapport à leurs objectifs et leur temps de jeu, car ce jeu permet beaucoup de choses pour qui se donne le mal de le connaitre. ; -)
    5 personnes ont trouvé cette critique utile.
  • Afficher les critiques suivantes