Apple s'ouvre au cloud gaming – en théorie

Jusqu'à présent, Apple bloquait les applications de cloud gaming sur iOS (comme Stadia ou xCloud). La marque fait évoluer ses conditions d'utilisation pour les autoriser, mais à des conditions très restrictives. 

Le conflit qui oppose actuellement Epic Games à Apple a mis en lumière (s’il était besoin) les restrictions d'accès à l’environnement iOS : on le sait, Apple entend contrôler l’ensemble des applications distribué sur ses plateformes et y impose l’utilisation de ses propres solutions de paiements (impliquant le prélèvement d’une commission de 30% sur les transactions réalisées depuis les 1,4 milliards d’appareils iOS en circulation dans le monde).

Dans ce contexte, Apple se montre particulièrement réservé à l’égard du cloud gaming – cette solution qui exploite la puissance de calcul de serveurs dans le cloud pour faire fonctionner même des jeux particulièrement gourmands, et permettant donc de jouer depuis n’importe quel écran connecté, incluant un smartphone. Le cloud gamng est prometteur et connait un certain essor actuellement, mais les services GeForce Now (Nvidia), Stadia (Google) ou xCloud (Microsoft) ne sont pas distribués sur iOS – parce que les services de cloud sont bloqués par Apple (officiellement pour des raisons de licence et la volonté de la marque de préserver la qualité des applications distribuées sur ses appareils).

apple-glass-logo-big.jpg

Apple vient néanmoins de faire évoluer ses conditions d’utilisation pour entrouvrir la porte aux offres de cloud gaming sur les appareils iOS et qui devrait permettre à GeForce Now, Stadia ou xCloud de s'y installer. L’évolution se révèle néanmoins un brin théorique au regard de conditions d’Apple. Le groupe impose en effet que tous les jeux proposés dans le service de cloud gaming soient aussi soumis comme des applications individuelles dans l’AppStore, liées à une « page produit » dans la boutique d’Apple et utilisent donc les solutions de paiements de la plateforme. En d’autres termes, le joueur devrait acheter et télécharger chaque jeu individuellement, avant de pouvoir y jouer via son service de cloud gaming. Les services de cloud gaming devraient par ailleurs laisser les utilisateurs se connecter avec leur identifiant Apple et payer leur abonnement via l’application (soumise à la commission de 30% d’Apple).

Au regard de ces contraintes techniques et financières, il n’est pas sûr que les services de cloud gaming se montrent très enclins à migrer sur iOS (par voie de communiqué rapporté par Polygon, Microsoft estime qu’il s’agit là « d’une mauvaise expérience pour le consommateur », dans la mesure où le cloud gaming a précisément vocation à faire tomber les barrières pour permettre de jouer immédiatement depuis une unique application).

Mais pour certains observateurs, cette évolution de conditions d’utilisation d’Apple n’aurait pas vocation à accueillir des services de cloud gaming concurrents sur ses infrastructures mais préparerait au contraire le lancement d’un service de cloud gaming spécifique à iOS, signé par Apple (la marque a déposé des brevets en ce sens en début d'année). Pour d’autres, il s’agirait d’une ouverture de pure forme, pour des raisons juridiques. Outre le litige opposant Epic à Apple pour des motifs similaires, la Commission européenne a aussi initié plusieurs enquêtes anti-trust contre Apple, et certaines portent précisément sur les règles d’accès à l’AppStore, jugées restrictives ou aléatoires. Avec l’évolution de ses conditions d’utilisation, Apple ouvre ses infrastructures aux services de cloud gaming, au moins en théorie.

Réactions (12)

Afficher sur le forum

  • En chargement...

Activités concepteur de produits électroniques, constructeur informatique, développeur de logiciels
Création 1 avril 1976 (États-Unis d'Amérique)
Pays d'origine États-Unis d'Amérique
Plus d'informations sur Apple

Que pensez-vous de Apple ?

2 aiment, 9 pas.
Note moyenne : (11 évaluations)
3,6 / 10 - Médiocre