Blizzard réduit les sanctions contre Blitzchung

Voici quelques jours, Blizzard disqualifiait un joueur des GrandMasters d'HearthStone pour des propos tenus en interview. La décision suscite de très nombreuses réactions et Blizzard rétropédale : la sanction est maintenue, mais allégée.

Depuis quelques jours, en marge des GrandMasters 2019 d'HearthStone, Blizzard fait face à une polémique qui prend des proportions quasi-géopolitiques : en début de semaine, Blizzard Taiwan disqualifiait l’un des participants du tournois (Chung "Blitzchung" Ng Wai), parce que le joueur avait profité d’une interview post-match pour soutenir les manifestations actuellement en cours à Hong Kong, contre la domination chinoise sur l’ex-colonie britannique.
Le joueur était donc disqualifié, privé de ses gains et interdit de compétitions pour une période d’un an. La décision du studio était perçue comme une volonté de ne pas froisser les autorités chinoises (la Chine étant un marché majeur pour Blizzard) et suscitait de très nombreuses réactions (critiques) chez les joueurs, mais aussi de la part des salariés de Blizzard, de casters (certains annonçant qu’ils ne souhaitaient plus être associés aux prochains événements du studio), et même de sénateurs américains ou d’autres studios d’exploitants de jeux qui réaffirmaient leur attachement à la liberté d’expression.

Blitzchung

Jusqu’à présent, Blizzard était resté silencieux. Mais face à l’ampleur des réactions, le studio vient de publier un communiqué signé J. Allen Brack : si le président de Blizzard considère que la décision se justifie, il concède une réaction trop hâtive et une sanction trop sévère contre Blitzchung, et il s’en explique.

On en retient notamment que selon J. Allen Brack, les valeurs de Blizzard (« penser mondialement, diriger avec responsabilité et faire en sorte que chaque voix compte ») s’entendent par la volonté d’accueillir tous les joueurs dans les titres du studio, « partout dans le monde et peu importe leur opinion politique ou croyance religieuse, leur origine, leur sexe, ou toute autre considération ». Et qu’à ce titre, les événements organisés par le studio ont vocation à « rester focalisé sur le jeu et n’ont pas vocation à devenir des plateformes encourageant des points de vue sociaux ou politiques clivants ».
Ce serait la raison pour laquelle le joueur aurait été sanctionné (être sorti du cadre du jeu) et le studio assure que ses relations avec la Chine n’y sont pour rien. Dont acte.

Pour autant, J. Allen Brack reconnait aussi des erreurs : le studio aurait pris sa décision trop hâtivement, sans le recul nécessaire. Après quelques jours de réflexion, le studio revient donc sur la sévérité de la sanction infligée à Blitzchung : si J. Allen Brack se dit conscient que la problématique n’est pas financière ici, il confirme néanmoins que le joueur touchera bien ses gains des GrandMasters 2019 d'HearthStone (toujours selon le président de Blizzard, le studio attache une grande importance au fair-play et le joueur a légitimement gagné ses matchs et donc ses gains) et son interdiction de compétitions est réduite de moitié, à une durée de six mois. En d’autres termes, la sanction est maintenue (parce que le joueur a utilisé une interview officielle post-match pour tenir des propos sans lien avec le jeu ou la compétition, alors que ce devait être l’objet de cet échange), mais la sanction est jugée trop lourde au regard de l’écart de conduite.
De même, Blizzard avait annoncé cesser toute collaboration avec les deux commentateurs ayant mené l’interview post-match. Là aussi, le studio revient sur sa décision et réduit sa sanction à une simple suspension de six mois : le studio considère qu’une faute a été commise (ils n’ont pas cadré l’interview sur le jeu), mais ne justifie pas une sanction définitive.

Reste maintenant à déterminer si cette inflexion de la part de Blizzard suffira à apaiser les joueurs et à redorer l’image du studio – qui joue gros ici, puisque la polémique survient à quelques jours seulement du coup d’envoi de la convention commentaire de Blizzard, la BlizzCon 2019 qui se tiendra les 1er et 2 novembre, et que l’événement a précisément vocation à faire oublier les erreurs de communication du studio survenues lors de l’édition 2018 de la convention (où le studio avait déjà présenté aux joueurs occidentaux un jeu considéré comme conçu et pensé pour le marché chinois – Diablo Immortal –, suscitant déjà une certaine grogne chez les joueurs historiques de la marque). 

Réactions (178)


Que pensez-vous de Blizzard Entertainment ?

88 aiment, 72 pas.
Note moyenne : (164 évaluations)
3,1 / 10 - Mauvais