YouTube fait évoluer sa politique de diffusion des jeux violents

Les retransmissions de sessions de jeux violents pouvaient faire l'objet de restrictions sur YouTube (pour éviter la diffusion de contenu violent réel). Dorénavant, la violence des jeux sera traitées comme la violence simulée des films ou de la télévision.

telecharger-call-of-duty-black-ops-fond-decran.jpg

C’est une évidence, aujourd’hui, le jeu vidéo n’est plus seulement une activité personnelle (un joueur qui joue, seul ou avec d’autres), mais de plus en plus aussi une activité sociale et partagée (un joueur qui retransmet ses sessions de jeu et les partages avec des spectateurs sur les réseaux sociaux). Et YouTube entend manifestement s’adapter à ces nouveaux usages.
Les plateformes vidéo sont évidemment vigilantes quant aux contenus dont elles permettent la diffusion (le plus souvent, selon les standards de la société – et de la morale – américaine), mais les algorithmes de ces plateformes peinent parfois à faire la différence entre des contenus réels et de fictions, dont la portée est évidemment très différente – l’actualité a montré que ces plateformes pouvaient être utilisées pour diffuser de la propagande terroriste bien réelle au même titre que des extraits de films, de séries télévisées ou de jeux vidéo, par exemple. Les règles en vigueur sur les plateformes vidéo peuvent ainsi être très strictes et on a vu des streamers dont les comptes ont été suspendus pour avoir joué à des jeux (tout public ou presque) dont les personnages étaient un peu trop dévêtus, ou à des titres laissant place à une violence un peu trop crue.

YouTube annonce néanmoins aujourd’hui assouplir ses règles de modération quant aux contenus violents : dorénavant, « la violence scriptée ou simulée des jeux vidéo sera traitée de la même façon que la violence simulée des autres supports comme le cinéma ou la télévision ». En d’autres termes, les « créateurs de contenu » qui diffusent leurs sessions de jeu devraient avoir davantage de latitudes dans leurs choix de jeu et pourront partager leurs vidéos sans risquer qu’une limite d’âge stricte ne leur soit imposée – même si la plateforme précise que les contenus uniquement articulés autour de contenus gores ou de violence gratuite (« par exemple si la vidéo se concentre uniquement sur les portions les plus violentes d’un jeu ») seront toujours modérés, démonétisés ou soumis à restriction d’âge.
À noter néanmoins que la mesure ne vise sans doute pas uniquement à octroyer davantage de liberté d'expression aux streamers : elle fait suite à de récentes déclarations de la CEO Susan Wojcicki, indiquant son intention de s’adresser aussi à des annonceurs publicitaires plus « musclés ». Il y a un public croissant pour les diffusions de jeux, et manifestement, YouTube entend aussi les monétiser.

Réactions (20)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Google, Inc. ?

7 aiment, 3 pas.
Note moyenne : (11 évaluations)
4,8 / 10 - Moyen