Activision Blizzard : des comptes en berne, mais « pour poser les bases de l'avenir »

Pour le premier trimestre 2019, Activision Blizzard affiche des comptes en baisse : c'était attendu, alors que le groupe entend poser les bases de sa croissance future, articulée autour de ses licences phares, de l'esport, du free-to-play et du jeu mobile.

acti-bli-q1-2019.png

On se souvient qu’au trimestre dernier, Activision Blizzard clôturait un exercice 2018 record mais marqué par une vaste « restructuration » impliquant le licenciement de 8% de ses effectifs. Le groupe américain vient de publier les comptes de son premier trimestre 2019 et s’ils sont « meilleurs qu'attendu » (la formule consacrée quand un groupe annonce des chiffres en baisse), ils marquent néanmoins une réduction d'activité du groupe – c’était attendu, Activision Blizzard annonce un exercice de « transition ».
Concrètement et en termes chiffrés, le géant américain annonce un chiffre d’affaires de 1,83 milliards de dollars enregistrés entre janvier et mars dernier (contre 1,97 milliards à la même période en 2018), pour un résultat net de 447 millions de dollars (contre 500 millions un an plus tôt). On sait Activision Blizzard très sensible aussi à « l’engagement des joueurs » : le groupe dénombre 345 millions de joueurs actifs par mois au cours du premier trimestre 2019, et là aussi, le chiffre baisse – notamment parce que les joueurs de Destiny ne sont plus comptabilisés (Bungie a repris l’exploitation de son jeu), malgré les bons résultats de Sekiro : Shadows Die Twice et du fait d’une baisse du nombre de joueurs des titres de Blizzard (ayant connu une période avec peu de mises à jour). A contrario, King voit son nombre de joueurs progresser de 2% sur plateformes mobiles, grâce à la licence Candy Crush.

Mais selon Robert Kotick, le groupe se restructure pour « poser les bases d’un futur solide » et « mieux s’adapter aux nouveaux usages ». Concrètement, le président fait le constat que les joueurs jouent à moins de jeux mais plus longtemps, et que créer de nouvelles licences est de plus en plus difficiles. En conséquence, Activision Blizzard entend capitaliser sur ses principales franchises : Candy Crush (500 millions de joueurs inscrits), Call of Duty (300 millions de ventes cumulées), Warcraft (qui fête ses 25 ans), Overwatch et Diablo.

Et manifestement, le groupe explore plusieurs « options de croissance, en termes d’engagement et monétisation », passant notamment par « une optimisation des modèles économiques, incluant le free-to-play » – l’ADN du groupe repose et reste articulé autour du développement de jeux « AAA » (payants), mais les équipes du studio entendent aussi réfléchir à de « nouvelles opportunités » et notamment le jeu free-to-play qui doit permettre de se positionner sur le segment des jeux de Battle Royale distribués gratuitement.
L’esport et les ligues compétitives apparaissent également comme des leviers de croissance importants pour l'avenir d'Activision Blizzard : le groupe mise sur la ligue Overwatch (qui va initier sa deuxième saison) et la création de la ligue Call of Duty. Selon Bobby Kotick, elles ont déjà rapporté plus 500 millions de dollars uniquement via la vente de franchises (20 pour l’Overwatch League, cinq pour la ligue Call of Duty à ce jour) et s’y ajoutent les retombées de la vente des droits de diffusion, les sponsors et les produits dérivés. Selon le CEO, les retombées économiques des ligues d’esport sont plus élevées et surtout bien plus rapides que celles du sport traditionnel. Reste néanmoins à déterminer si elles seront aussi pérennes.
Enfin, le groupe entend miser sur le jeu mobile (qui représente sur le trimestre 29% de l'ensemble des activités du groupe Activision Blizzard, ou 535 millions de dollars, et qui incarne la seule branche du groupe à afficher des résultats stables quand ils déclinent sur PC et consoles, respectivement de 5% et 17%). Si les équipes d’Activision Blizzard ne détaillent pas leurs projets, on comprend que peu ou prou, toutes les licences du groupe ont vocation à être adaptées sur plateformes mobiles, que ce soit dans le cadre de développements internes ou au travers de partenariats. Le groupe mentionne Call of Duty Mobile et ses 10 millions de pré-inscriptions – mais curieusement, Diablo Immortal n’a pas été évoqué lors de cette présentation de comptes (tout juste retient-on que Blizzard mène actuellement « plusieurs initiatives sur mobiles » mais qu’elles doivent atteindre « le niveau d’excellence » que le studio s’est toujours fixé).

Réactions (93)


Que pensez-vous de Activision Blizzard ?

41 aiment, 129 pas.
Note moyenne : (174 évaluations)
2,6 / 10 - Mauvais