Activision Blizzard renouvelle significativement son premier cercle

Dans un contexte houleux, Activision Blizzard nomme trois nouveaux présidents : Rob Kostich à la tête d'Activision, Humam Sakhnini chez King, et Dennis Durkin pour chapeauter les activités émergentes du groupe. J. Allen Brack est confirmé à la tête de Blizzard. 

Si Activision Blizzard est évidemment l’un des géants américains de l’industrie du jeu, le groupe fait actuellement figure de colosse aux pieds d’argile et les observateurs du secteur s’interrogent sur sa capacité à rebondir – le contexte actuel est houleux, marqué notamment par une politique d’économies agressive et des interrogations sur la capacité du studio à renouveler ses principales licences, mais aussi du fait de plusieurs départs significatifs (et licenciements) au sein des différentes branches du groupe depuis quelques semaines. Un climat morose reflété par un cours de bourse en chute depuis plusieurs mois.
Et comme pour envoyer un signal fort aux investisseurs, Activision Blizzard annonce aujourd’hui un renouvellement drastique (et un renforcement ?) de son premier cercle.

Dennis Durkin
Dennis Durkin

Ainsi, si l’emblématique Bobby Kotick conserve son poste de PDG du groupe, Rob Kostich est nommé président de la branche Activision, après avoir consacrés quinze ans à développer la licence Call of Duty au sein du studio. Le groupe vante évidemment les résultats économiques de ladite licence (qui aurait rapporté davantage que l’ensemble des films Marvel), mais on comprend aussi qu’à la tête d’Activision, Rob Kostich devra surtout réussir à renouveler les Call of Duty après un dernier opus qui a déçu, dans le cadre d’une licence qui se cherche à l'heure où il ne suffit plus de sortir un nouvel opus tous les ans pour rassasier les joueurs.
Parallèlement, Humam Sakhnini est nommé président de King Entertainment, racheté par Activision Blizzard à grands frais il y a quelques années et qui voit sa base de joueurs s’étioler de trimestre en trimestre (le studio mobile comptait plus de 500 millions de joueurs actifs en 2016 lors du rachat, ils sont 345 millions aujourd’hui), alors même que King devait être le porte-étendard de la stratégie mobile du groupe (un secteur pourtant en plein essor). Riccardo Zacconi, le CEO historique de King, reste en poste mais sera donc secondé par Humam Sakhnini... avec son profil d'ancien directeur financier et directeur stratégique du studio.
Sans doute tout aussi significatif, Dennis Durkin est promu président en charge des « modèles d'affaires émergents » d’Activision Blizzard – avec la mission de développer la dimension économique des ligues d’esport du groupe, des produits dérivés ou encore des adaptations de licences au cinéma et à la télévision. Dans le cadre de cette mission « transversale », il aura donc vocation à travailler avec l’ensemble des équipes du groupe (chez Activision, Blizzard et King), manifestement pour y développer des synergies autour des activités d'avenir du studio. Pour mémoire, le même Dennis Durkin était (re)nommé directeur financier il y a quelques jours à la suite du licenciement de Spencer Neumann – une nomination qui lui avait valu au passage un bonus exceptionnel de 15 millions de dollars, s’ajoutant à son salaire de 900 000 dollars et à son bonus de 1,35 millions dépendant de ses objectifs.
Enfin, J. Allen Brack est confirmé dans son rôle de (nouveau) président de Blizzard Entertainment, suite à sa nomination en octobre dernier après le départ de Mike Morhaime, le président historique de Blizzard.

À ce stade, difficile d’évaluer l’impact concret de ces trois nominations sur l’ensemble du groupe. On y verra néanmoins sans doute une volonté d'envoyer un message de « renforcement » du groupe qu’on dit aujourd'hui affaibli, afin de rassurer les investisseurs (trois nouveaux présidents issus du même moule, et animés par les mêmes objectifs communs). On retiendra sans doute aussi qu’Activision Blizzard (re)prend manifestement la main sur les différentes branches du groupe, que ce soit au travers des (nouveaux) présidents de King et Blizzard, mais aussi en nommant un président « transverse » devant unifier les activités d’avenir du groupe. Depuis quelques semaines, des indiscrétions font état d’une influence accrue d’Activision sur ses différentes divisions. Cette volonté d’influence semble ici se matérialiser concrètement.

Réactions (45)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Activision Blizzard ?

40 aiment, 129 pas.
Note moyenne : (173 évaluations)
2,6 / 10 - Mauvais