Critiques d'Aratorn

  • 7 avril 2014
    /!\ Cette critique a été rédigée il y a plus de 5 ans.
    31 personnes sur 44 ont trouvé cette critique utile.
    [... ] Tout d'abord, je précise que j'ai pu jouer au titre en bêta à plusieurs reprises, et concrètement, après ma première bêta, j'étais tout sauf certain d'acheter le jeu.

    Joueur de The Elder Scrolls depuis son premier chapitre (que beaucoup auront oublié et auquel peu auront joué) , à savoir Arena, j'étais assez impatient de retrouver à nouveau le monde de Tamriel, avec tout de même une certaine joie de retrouver le monde sans les cloisonnements géographiques qui sont ceux de TES depuis le second épisode : Daggerfall.

    En terme de monde, on peut être un peu déçu de la taille de celui-ci. Il n'est pas franchement énorme, et on est évidemment très loin d'Arena, et encore plus loin de celui de Daggerfall.
    Le monde étant basé sur le concept du "serveur unique régional", on aurai pu espérer que ce soit l'occasion d'un très vaste univers. Ce n'est pas le cas.
    En fait, le monde est zoné (les zones sont rejointes à travers des écrans de loading) , phasé (les joueurs ne peuvent voir que les joueurs présents dans la même avancée de quête qu'eux) et instanciée (les zones sont recopiées un nombre indéfini de fois, afin de permettre sur un même serveur d'héberger tous les joueurs en même temps).

    Si les débuts du jeux ont donné une véritable impression de MMORPG (des centaines de joueurs dans la zone de départ) , cette impression s'est très vite diluée au cours de l'avancée, et on ne croise plus que quelques joueurs sur les mêmes zones, rarement plus d'une douzaine de joueurs au même endroit.
    Pourquoi ce choix ? Probablement parce que le système qui gère les scripts d'évènements/rencontres ne peut pas être adapté pour des centaines de joueurs en même temps.
    Toutefois, ce système de script n'est actuellement pas idéal, nombre d'évènements ou PNJ ne popent pas ou ne sont pas activables, ce qui bloque les étapes d'un certain nombre de quêtes. Parfois, se déconnecter pour repoper dans une autre instance suffit, parfois pas.
    C'est un des très gros points noirs du titre actuellement, un des points qui doit être réglé dans les plus brefs délais.

    Parlons ensuite de l'aspect graphique : techniquement, c'est joli, agréable (même si les armures manquent un peu de brillant dans leurs effets) , les décors sont réussis, les ambiances et effets visuels de qualité. Mais artistiquement, ce n'est pas totalement ça. Beaucoup de décors extérieurs font beaucoup trop "génériques". Il s'agit de briques collées de zones en zones. A la fin ça se voit un peu trop.
    Étrangement, les zones qui font "WooooW" sont souvent des zones d'instances personnelles ou de donjons. Celles-ci sont plus travaillées et plus intéressantes visuellement.
    Nos personnages sont agréables, assez faciles à personnaliser, même si on peut regretter la rigidité au niveau de la carrure. Mais on arrive peu ou prou à faire un avatar qui plaise.
    L'animation varie entre le bon, et le moyen. Il y a un quelque chose dans le port du personnage qui est un peu rigide. De plus, voir dans les vidéos les amures de plaque se déformer parce-que le PJ a tourné le torse est assez moyen. Regrettons également certains vêtements en tissus et cuir qui sont de simples textures du tronc, et qui rendent très mal visuellement.
    Mais sinon, c'est joli, fluide, et je le redis, les effets visuels sont de toute beauté.

    En ce qui concerne le gameplay, il faut le dire et l'écrire : le jeu est à chier à bas level, et le bas level... c'est long sur TESO. Il faut plusieurs heures pour commencer à avoir un personnage qui peut faire des choses intéressantes, et il faut attendre le level 15 pour commencer à avoir une vraie diversité de gameplay avec le switch d'armes. Et level 15 sur TESO, c'est une bonne dizaine d'heures pour un gros joueurs, et certainement le double ou le triple pour un débutant. Et concrètement, c'est trop.
    En ce qui concerne son personnage, on peut le bâtir à peu près comme on le veut autour de compétences actives et passives. La personnalisation est assez avancée, même si je sais pertinemment qu'on aura des classes optimisées assez rapidement en jeu. Mais on peut se faire plaisir.

    TESO (en tout cas pour le DK que je joue) , c'est chiant et pas dynamique à bas level, et les mobs vous le rendent bien, puisqu'ils sont également chiants et pas dynamiques.

    J'insiste, il faut persévérer, après ça va mieux, on affronte des mobs plus intéressants, des mobs de groupe (on retrouve là la patte de Dark Age of Camelot) , les CC dont on dispose commencent à servir.

    Bref, TESO, c'est long, puis ça devient bon !

    Ce gameplay est au service d'une histoire... heu, comment dire ? BoF. Comme tous les TES, on commence en prison, mais on a un peu de mal à bien s'impliquer dans l'histoire au début. Probablement le fait d'être encore le sauveur du monde (un parmi les ouatmillions qui ont acheté le jeu) , probablement à cause du manque d'impact réel (le grand méchant a le charisme d'un ver).
    Heureusement, Sheogorath vient sauver tout ça !
    Mais globalement les histoires manquent d'épique. On sauve des villages par dizaine, des villageois par centaine, mais il y a peu de quêtes qui font réellement sortir de l'ordinaire d'un héros.

    Il faut noter une chose importante, à mi-chemin entre gameplay et histoire : l'XP est calibrée très juste. Très très juste. Grosso modo, il faut absolument se promener partout et débloquer toutes les quêtes, sous-quêtes et donjons pour ne pas prendre de retard. Ou alors farmer (ca qui va en fait assez vite vu le nombre de levels 50+ qui ont pop au bout de quelques jours). Pour certains, c'est un atout, pour d'autres, c'est une tare. Pour moi, c'est vraiment lourd, car hélas un certain nombre de quêtes sont bloquées par des bugs, et donc empêchent de poursuivre la chaîne, et on se retrouve au final short.
    Le trou le plus marquant est autour du niveau 12-13, là on rame. Ensuite, ça va mieux, et passé le niveau 25-27 on arrive à avancer à un bon rythme. Mais un petit boost d'XP de 20 % et quelques sur les premiers niveaux ne serai pas superflu.


    Je conclurai sur le RvR. J'ai pu faire une petites soirée guilde de RvR, et le fait est qu'on retrouve de bonnes sensations pour ceux qui ont connu DAoC, avec toutefois deux problèmes : c'est le foutoir, et foutredieu, ça lag par moment. Ceci rend l'adoption d'une vraie stratégie difficile, d'autant qu'on ne dispose pas de CC de groupe véritablement.
    La partie tours/forts semble de bonne qualité, avec de bonnes possibilités stratégiques, la partie RvR open est intéressant, reste à voir ce que pourront développer les joueurs en terme de gameplay, ou si comme à GuildWars 2, c'est le plus gros blob qui gagne jusqu'à écoeurer les autres.


    C'est maintenant l'heure de la conclusion.
    Le jeu est-il bon ? Oui, potentiellement. Il manque clairement de dynamisme en PVE, il manque encore de finition en RvR, et le serveur unique localisé aux USA est un vrai tue-l'amour. Mais les bases sont là.
    Mais de bonnes bases ne font pas un bon jeu dans le temps. Ce qui fera de TESO un grand jeu, ce sont les apports, les évolutions, les améliorations, et tout d'abord la correction de bugs que Zenimax/Bethesda mettront en oeuvre dans les jours et les semaines à venir.
    A aujourd'hui, étant un joueur qui a la chance de ne pas subir trop de bugs de personnage ou de quêtes, j'y mettrai un 15/20. Certains joueurs ont subi beaucoup plus d'inconvénients, d'autres beaucoup moins.

    Mais l'avenir est encore difficile à cerner. Cet avenir dépendra pour beaucoup de la qualité du RvR qui va s'installer, de la possibilité pour les joueurs de mettre en avant leurs compétences plus que leur nombre, de faire la différence, et de peser. C'est ce qui a fait que le RvR de DAoC permettait à de nombreux joueurs de s'investir et de créer une dynamique. C'est ce qu'il faut que TESO fabrique à long terme.
    Je pense personnellement m'investir à minima au cours de la première campagne qui dure 90 jours. Pour la suite, tout est entre les mains de Zenimax/Bethesda.
    Publié le 7 avril 2014 à 17:23, modifié le 7 avril 2014 à 17:26
    31 personnes ont trouvé cette critique utile.
  • 2 sept. 2012
    /!\ Cette critique a été rédigée il y a plus de 7 ans.
    56 personnes sur 81 ont trouvé cette critique utile.
    Ceci est une critique "légère" de Guild Wars 2.
    Il est trop tôt pour faire une critique complète, argumentée et exhaustive du titre, car de trop nombreux pans du titre posent actuellement problème.

    Commençons tout de même par le très positif :
    Voici enfin un MMORPG qui propose un monde, et non pas une succession de maps plus ou moins dissemblables.
    Alors, certes, ce n'est pas un monde totalement "seamless", on passe d'une zone à l'autre par des portails. Je dirai que c'est le prix à payer pour un jeu sans abonnement.
    Le monde est cohérent, les zones de qualité, bien conçues, et très dynamiques.
    Des events sont cachés un peu partout, s'agenouiller devant un temple peut déclencher l'arrivée d'un mort-vivant, et suivre une caravane de passage peut vous embarquer dans des aventures beaucoup plus grandioses.

    Le titre suit une trame principale, qui n'est toutefois pas d'une grande originalité. On y suit les aventures de notre personnage, de troufion à grand général d'armées, dans la guerre contre le Dragon de la Mort et ses armées de Morts Vivants. Oui, ça fait cliché, là encore, le jeu est sans abonnement, et ça se justifie.
    Cette quête est relativement longue (certaines étapes mériteraient d'ailleurs d'être raccourcies) et d'une difficulté très inégale (certains passages sont réellement mal équilibrés).

    Le titre, en ce qui concerne le PvE solo, est très agréable. La plupart des zones sont doublonnées, ce qui fait qu'on ne se retrouve pas dans une zone trop haut level après avoir nettoyé une zone. A noter que le titre adapte dynamiquement le niveau de votre personnage à la zone, ce qui permet de profiter de l'intégralité du contenu avec une "difficulté" qui ne soit pas triviale. Très bon point pour les explorateurs avides de découvrir le monde à 100 % (ce qui est un challenge qui plus est très rémunérateur en XP et récompenses).

    Le PvE "multi" est de deux ordres : le PvE dans les zones ouvertes, où des joueurs se regroupent pour venir à bout d'events (repousser une invasion, attaquer un gros boss en extérieur, collecter des objets pour des personnages... ). Ça, c'est fondamentalement fun, et donc réussi.

    Le second mode de PvE concerne les donjons. Il doit y en avoir une demi douzaine, je n'ai fait que le premier, c'est un échec total.
    La difficulté est très mal dosées à mon avis, mais surtout... on peut respawn en plein event... du coup, il est impossible peu ou prou de rater une rencontre.
    A noter que les trashs mobs sont souvent plus difficiles que les boss...
    Bref, un réel échec, si vous aimez le PvE Raid/Donjon, n'achetez pas ce titre pour ça. Il n'en vaut en l'état pas la peine.


    Après le PvE, parlons PvP :
    Deux grandes activités : le Monde Contre Monde, et le PvP en Battleground.
    Le second est le PvP classique qu'on connait dans de nombreux MMORPG depuis que WoW a popularisé le principe : des arènes, deux équipes, des objectifs. Les cartes ne sont pas désagréables, c'est assez rapide, ça bouge bien. C'est un mini-jeu somme toutes agréable, où tous les joueurs sont en partie à égalité (on apparaît tous 80 avec un équipement identique et des sceaux de base).

    Le second PvP est la composante qui attire les joueurs venant de DAoC (nombreux sur JeuxOnline) : il s'agit d'un RvR qui se fait affronter trois serveurs différents, sur de grandes cartes ouvertes à objectifs variés.
    Prise de forts, défenses de MileGates... on y retrouve beaucoup de ce qui a fait le charme de DAoC, dans un univers visuellement beaucoup plus moderne.

    Reste à voir l'évolution à moyen terme du titre sur ce contenu. Mais de ce que j'en ai fait, c'est bien parti.


    Parlons des points négatifs :
    En ce qui concerne les services, une semaine après la release, certains ne sont toujours pas disponibles, dont l'hôtel des ventes.
    De plus, de très nombreuses mises à jour entraînent souvent des déconnexions. Le jeu manque de stabilité dans son exploitation commerciale.
    Ensuite, plus grave : d'incessants problèmes d'identifications et de connexions pénalisent le titre depuis la pré-release.

    Parmi les points à problèmes, il y a celui du jeu en groupe. Les serveurs étant limités en place (limite par zone) , quand on est trop nombreux et qu'on se téléporte dans une zone, on peut (et c'est commun) se retrouver en serveur de débordement. Et les joueurs, même groupés, ne sont donc plus forcément ensemble. Ceci est un vrai problème inhérent au gamedesign. Mais j'espère que la population se stabilisant, ce problème sera résolu.

    A l'instar du problème de serveur de débordement, le problème qui, à mon goût, risque le plus de nuire au titre est la capacité des serveurs WvWvW. Ces serveurs sont limités, et quand la limite est atteinte (et en fait, sur de nombreux serveurs, elle est quasi toujours atteinte) , les joueurs sont mis en fil d'attente. Cette attente peut prendre littéralement des heures, sans aucune indication sur la place dans la file d'attente. Ceci est terriblement frustrant, et la raison pour laquelle je ne me suis pas encore réellement investi en WvWvW.


    Pour conclure : le titre est bon, les bases sont bonnes, le monde est bon. Mais des failles techniques, logistiques (problèmes de clé, d'authentification) , et les limites de capacité des serveurs peuvent, si la situation n'évolue pas positivement rapidement, entraîner une réelle désaffection des joueurs.

    Pour ma part, je suis patient. Mais j'avoue, une release aussi pénible, ça fait très longtemps que je n'en ai pas connu.

    Mais le jeu est bon, alors, je m'obstine. Car pour l'instant, le plaisir du jeu est supérieur aux frustrations que j'ai à subir au quotidien.
    56 personnes ont trouvé cette critique utile.
  • 29 avril 2007
    /!\ Cette critique a été rédigée il y a plus de 12 ans.
    1 personne sur 4 a trouvé cette critique utile.
    LotRO est une déception pour moi.
    Non pas que le jeu soit mauvais, loin s'en faut. Il est même plutôt bon.
    Mais il manque quelque chose.

    Les combats sont mous (en tout cas pour les classes de CaC) , et peu dynamiques. La norme est l'attente. L'attente que l'action soit disponible, l'attente qu'une barre se remplisse, l'attente que le coup atterrisse tout seul...

    La réalisation est correcte. Si on devait comparer avec une fille, je dirai que LotRO, c'est cette fille un peu banale, mais qui sait bien se maquiller. Car LotRO, graphiquement, c'est un peu du maquillage. Beaucoup de bloom, d'effets, des textures super fines, mais si on y regarde de plus près, c'est du déjà vu. Bâtiments déjà vus (dans lesquels on ne peut que rarement rentrer, et quand c'est possible, il y a un chargement qui brise l'immersion) , décors déjà vus, personnages déjà vus (et pas franchement bien modélisés) , pièces d'armures déjà vues. Les personnages manque de style, sont quelconques. Les paysages eux sont plutôt corrects, on voit de loin... ou presque.
    En fait, le territoire de jeu est réduit. Les distances courtes brisent un peu l'idée qu'on se faisait de cette vaste Terre du Milieu. Alors qu'il y a des jours de marche entre La Comté et Bree, il ne faut au joueur que quelques minutes pour rejoindre les deux lieux.

    Mais, plus que tout, c'est le choix de la période qui me dérange. LotRO se déroule durant le voyage de la Communauté. En quelque sortes, on joue à un jeu dont on est pas le héros, dont on sait comment l'anneau sera détruit, dont on sait qui va vaincre le RoI Sorcier.

    Plus que des défauts techniques mineurs, plus qu'un enrôbage qui peut ne pas plaire, c'est l'époque même du jeu qui moi me gêne. Croiser 300 Legolas, 750 Grand-Pas, 450 Boromir tout en sachant que la Communauté avance vers sa victoire inexorable me laisse un drôle de goût.

    Quand à l'évolution du jeu dans le futur, elle est difficile à prévoir. Le territoire, trop petit, sera certainement agrandi. Mais à quel rythme ? Le rythme d'AC2, l'une des réalisations précédentes de Turbine, avec des rajouts mineurs tous les mois qui tiennent le joueur en haleine au plus deux heures ?
    La question de "que faire une fois le niveau maximum atteint" (ce qui est rapide) se pose également.

    Le jeu a de bonnes bases. De bonnes quêtes, un moteur 3D pas forcément extraordinaire, mais qui tourne bien, un background colossal (mais pour moi une période mal choisie) , un Player vs Monster qui peut être intéressant, mais qui en l'état me semble difficilement se suffir à lui même.
    Mais le futur du jeu est également une grande inconnue. En l'état, il propose deux bons mois d'amusement. Reste à savoir si Turbine réussira à fédérer les joueurs sur le plus long terme, en leur offrant un contenu qu'ils n'avaient pas su offrir dans Asheron's Call 2.
    Publié le 29 avril 2007 à 10:56, modifié le 29 avril 2007 à 11:11
    1 personne a trouvé cette critique utile.
  • 2 févr. 2007
    /!\ Cette critique a été rédigée il y a plus de 13 ans.
    4 personnes sur 6 ont trouvé cette critique utile.
    DnL est un échec, en tout point.

    Ce qui aurai pu être LE MMORPG, dans sa définition la plus flamboyante, s'avère être l'Echec, avec un grand E, dans toute sa splendeur.

    Comment décrire une telle catastrophe ? Simple.
    Imaginez un gameplay et un gamedesign de qualité, un monde réaliste et immersif, des personnages flamboyants, des batailles épiques. Vous visualisez ? Bha, DnL, c'est tout l'opposé.
    Le Gameplay est aux fraises, incohérent, le gamedesign en lui même est on ne peu plus basique, en deçà même de ce qu'offrent des MMORPGs gratuits coréens.
    Techniquement, ce qui en 2003 offrait des perspectives visuelles exceptionnelles a été saccagé au cours du développement, le monde n'est plus qu'un paysage pseudo-réaliste, dans lequel des playmobiles et leurs hideuses petites maisons semblent déposés au petit bonheur la chance.
    Quand aux grandes batailles, il y en eu quelques ersatz à la sortie... quelques poignées de joueurs contre d'autres poignées de joueurs, mais las, l'équilibre catastrophique du jeu n'a pas aidé.

    Mais le pire vient directement de l'éditeur et du développeur. Après avoir promis monts et merveilles, une fois le produit sorti, c'est le plus grand des mutismes.
    La "prévente" plusieurs mois avant la sortie du jeu, accompagnée d'un NDA restrictif dont ne suitaient que des commentaires dythirambiques, et hallucinés de bêta testeurs douteux, a permis de vendre pas mal de clé d'un jeu qui ne correspondait, hélas, en rien avec l'espérance des gens.
    La pratique est déjà douteuse, la suite n'est pas moins glorieuse. Des gens ayant annulé leur abonnement, où ayant même réussi à se faire rembourser se sont, par dizaines, vus débiter de plusieurs dizaines d'Euros, et à plusieurs reprises.
    Face à ces errements, seuls les gestionnaires de communauté, Alchemic Dream (qui ont tenté de faire un boulot assez intéressant en jeu, tentant de faire vivre un monde que les développeurs peinaient à faire remplir) a du se résigner à répondre " nous ne savons pas, nous avons contacté l'éditeur"...

    Bref, ce jeu est mauvais. Après avoir fait miroiter monts-et-merveilles, les développeurs NPCube, et l'éditeur Farlan ont accouché, simplement, de ce qui est l'un des plus mauvais MMORPG jamais parus.

    Heureusement, le qualificatif de MMORPG n'est plus entâché par ce jeu, puisqu'avec à peine quelques dizaines de joueurs restants sur un serveur désert, Dark and Light ne peut même plus concourir en tant que jeu "Massivement Multi Joueur". Souhaitons lui une fin rapide, tant ce projet méritait mieux que ce dont NPcube a accouché.
    Publié le 2 févr. 2007 à 17:48, modifié le 2 févr. 2007 à 18:17
    4 personnes ont trouvé cette critique utile.
  • Plus d'autres critiques