Activision Blizzard fait ses comptes : une « année record » pour la licence Call of Duty

Activision Blizzard enregistre des résultats meilleurs que prévus, notamment grâce à la recette de la franchise Call of Duty (des jeux premium, free-to-play et mobile). Cette recette doit être adaptée aux franchises Diablo et Warcraft. 

Bobby Kotick aime les gros chiffres, et avec la publication de ses comptes du quatrième trimestre 2020, le patron d’Activision Blizzard s’en donne à cœur joie : au cours des trois derniers mois de 2020, le groupe a généré un chiffre d’affaire 2,41 milliards de dollars (à mettre en perspective avec les prévisions du groupe qui tablaient sur un résultat à 2 milliards et les résultats de la même période en 2019 qui plafonnaient à 1,99 milliards de dollars). Et la tendance annuelle est similaire : Activision Blizzard a généré 8,08 milliards de dollars en 2020 (contre seulement 6,49 milliards en 2019).

En terme de recettes nettes, le groupe engrange 3,05 milliards sur le trimestre (contre 2,71 milliards sur la même période un an plus tôt), dont 2,34 milliards uniquement sur les ventes dématérialisées et 1,32 milliards sur les seuls achats in-game (les microtransactions).

Une année record pour la franchise Call of Duty

Activision explique ce résultat par « l’année record » enregistrée par la franchise Call of Duty – le jeu accueille « plus de 100 millions de joueurs actifs chaque mois ». Un chiffre important pour Activision Blizzard, qui cherche à augmenter son « audience » et dont le groupe vante la croissance (après de nombreux trimestres de baisse) : l’ensemble du groupe revendique aujourd’hui plus de 400 millions de joueurs actifs chaque mois et Bobby Kotick vise maintenant le milliard de joueurs actifs.

AGB_WZ_LAUNCH_001.jpg

Pour y parvenir, Bobby Kotick entend s'appuyer sur la recette gagnante de la franchise Call of Duty, développée en trois axes. D’abord le lancement en novembre dernier de Call of Duty: Black Ops Cold War (jeu premium), qui a permis « d’étoffer l’écosystème de la licence sur PC et console » grâce à une hausse de 70% du nombre mensuel de joueurs actifs. Ensuite, en poursuivant l’exploitation de Warzone (en free-to-play) qui n’obère manifestement pas les ventes des opus « premium » de la licence et dont la première saison a permis d’écouler un nombre record de battle passes depuis l’introduction de microtransactions dans les Call of Duty. Et enfin Call of Duty Mobile (sur plateformes mobiles) qui a enregistré son meilleur trimestre à ce jour avec « une progression à deux chiffres des recettes nettes » et des dépenses moyennes par joueur qui « augmentent fortement d’année en année ».

Cette combinaison de jeu premium, jeu free-to-play et jeu mobile est considérée comme une recette gagnante (depuis sa création, la franchise Call of Duty aurait généré 27 milliards de dollars selon le groupe) et sans surprise, elle a vocation à être adaptée aux autres franchises du groupe.

Une recette à décliner sur plusieurs franchises

Au regard des résultats enregistrés par les Call of Duty, Activision Blizzard entend donc appliquer sa recette à ses autres licences, à commencer par la franchise Diablo. On le sait, plusieurs nouveaux opus sont en cours de développement, à commencer Diablo Immortal. Après des tests concluants en décembre et janvier derniers, la sortie du jeu mobile est maintenant prévue cette année – on imagine que la BlizzConline pourrait être l’occasion d’annoncer une date de sortie précise.

diablo-iv-660x371.jpg

Et à plus long terme, on attend également Diablo IVBlizzard vient d’initier une nouvelle campagne de recrutements pour renforcer ses équipes de développement. Le jeu PC ne sera manifestement pas lancé cette année, mais le jeu est déjà très attendu. Et selon Bobby Kotick, la franchise doit « contribuer significativement à la croissance de l’engagement et de l’investissement des joueurs au cours de trimestres et années à venir ».

La franchise Warcraft a aussi vocation à connaitre une croissance similaire : World of Warcraft Classic maintient un niveau d’engagement élevé des joueurs entre deux extensions et Shadowlands a permis de doper les ventes de la licence (Shadowlands est l'extension la mieux vendue depuis dix ans). Le groupe entend lancer « des contenus premium plus fréquemment afin de fidéliser et étendre la communauté de World of Warcraft ». Et de préciser que le groupe travaille aussi sur de « multiples expériences free-to-play mobiles pour Warcraft » qui font « maintenant l’objet d’un développement avancé ». Et ces projets ont notamment vocation à s’adresser « à la fois aux joueurs actuels et aux nouveaux fans qui pourront découvrir l’univers Warcraft d’une façon totalement nouvelle » – sur le modèle de HearthStone par exemple ?
Gageons que là aussi, on en apprendra davantage prochainement, peut-être dans le cadre de la BlizzConline, les 19 et 20 février prochain.

Réactions (2)

Afficher sur le forum