Les équipes de TI8 : TNC Predator

Les présentations des concurrents de The International 2018 se poursuivent avec les Philippins de TNC Predator, deuxième équipe qualifiée pour l'Asie du Sud-Est.

Les Philippins de TnC Predator ne sont plus les petits nouveaux, les jeunes espoirs des années passées : ils accèdent à leur troisième International d'affilée, en restant l'une des meilleures équipes de la scène SEA. Pour faire le point sur ce challenger de TI8, Hugo et v0ja de la FroggedTV seront là pour partager leur avis.

Vous pouvez aussi retrouver ou relire les articles précédents :

  1. Team Liquid, les vainqueurs de 2017 (écrit par Llewela ; invités : Kaoru et Ze_HailD)
  2. Virtus Pro, favoris trop tôt ? (invités : Profchen et YouYou)
  3. PSG.LGD, le nouveau rêve chinois (invités : Xavyeahz et Profchen)
  4. Team Secret, enfin la bonne année ? (écrit par Guiguioh ; invités v0ja et Namax)
  5. Mineski, entre originalité et inconstance (invités : Llewela et v0ja)
  6. Newbee, ombre d'elle-même (invités : Ze_HailD et Shiba)
  7. Vici Gaming, une EG à la chinoise ? (invités : El Ap0c et Hugo)
  8. VGJ.Thunder, invités par défaut (invités : YouYou et Shiba)
  9. VGJ.Storm, les Digital Chaos de 2018 ? (invités : YouYou et Hugo)
  10. Winstrike Team, les nouveaux CIS Rejects (invités Namax et Profchen)
  11. Fnatic, la plus fantasque de toutes (invités : Llewela et YouYou)
  12. Team Serenity, l'inconnue (invités : Profchen et Manorot)
  13. OG, trahie, blessée, debout pourtant (invités : Xavyeahz et Kaoru)
  14. Evil Geniuses, qui ne laisse personne indifférent (invités : Manorot et Luciqno)

 

Une saison bien terne

TnC Pro Team est une équipe philippine qui a émergé progressivement à partir de l'hiver 2015. Les qualifications pour TI6 la placent en lumière pour la première fois, et The International 2016 est une réussite incontestable avec un top 8, suivie cependant d'un reshuffle particulièrement violent. Les débuts de la saison suivante sont particulièrement médiocres, avant que les résultats ne commencent à s'améliorer à partir du début 2017 suite à de multiples changements dans le roster.

Sous la direction du Canadien 1437 arrivé en mai 2017, TnC Pro Team se qualifie dans plusieurs tournois marquants, s'impose comme une force majeure de la scène SEA et récupère sans difficulté un slot à TI7. Cette année-là, TnC débute bien le tournoi avec une quatrième place dans le groupe A qui lui permet de démarrer en Upper Bracket les Playoffs ; cependant deux défaites successives, 0 à 2, face à LFY et OG font échouer l'espoir philippin dans le top 12.

Cet échec relatif n'a pas d'incidence sur la line-up, dont les cinq membres restent ensemble après TI. L'automne est pourtant très poussif : Qualifier après Qualifier, TnC Pro Team ne parvient pas à accéder au moindre tournoi du circuit pro. Ce n'est qu'en novembre que TnC décroche une place au Minor MDL Macao (qui s'avère d'ailleurs très satisfaisant, puisque l'aventure s'achève en finale).

Les Minors suivants, en janvier 2018, sont en revanche bien moins convaincants. Cela entraîne le départ du capitaine 1437 à la fin du mois. Pour le remplacer, TnC fait basculer son joueur mid Kuku à la position de support (il devient également capitaine) et recrute un joueur montant pour la midlane, Armel. La line-up devient alors 100 % Pinoy.

 

Palmarès de la saison

  • MDL Maco : 2ème
  • Dota 2 Asia Championships 2018 : 4ème
  • Total DPC : 495 (17ème)

 

La suite reste cependant dans la continuité de ce début de saison peu enthousiasmant. TnC parvient à accéder à davantage de tournois, en particulier quatre Majors pour le printemps 2018, mais elle n'y brille pas vraiment. Elle atteint généralement le milieu de tableau dans les phases initiales et sort sur un top 8. Seul le DAC 2018 fait exception à la règle : top 1 de son groupe devant LGD ou Team Liquid, TnC remporte deux manches en Lower Bracket (dont une contre Team Liquid) et donne du fil à retordre à Virtus Pro. Le tournoi débouche sur un top 4, malheureusement sans lendemain.

Au DAC : Tims, Raven, Sam_H, Armel et KuKu

TnC Pro Team se renomme en mars TnC Predator, après le lancement d'une nouvelle line-up TnC sous la direction de 1437, TnC Tigers. Elle apparaît avant le Qualifier SEA pour The International comme l'un des prétendants les plus sérieux, après Fnatic, ce que confirme la suite : TnC Predator domine le round Robin (6 victoires pour une défaite), concède la première place pour TI8 à Fnatic puis l'emporte, non sans mal d'ailleurs, face à TnC Tigers.

C'est donc une équipe très stable qui accède à The International 2018 : par rapport à l'an dernier, quatre joueurs sont toujours là et il n'y a eu qu'un unique changement au cours de la saison. Cela ne signifie pas pour autant que l'équipe n'a pas évolué, comme l'explique Hugo :

En trois mots, comment définirais-tu le jeu de TNC Predator ?
Agressif, teamfight, rapide.

Quel est leur principal point fort ?
Les teamfights : ils trouvent les bonnes initiations, définissent les focus et les respectent.

Et leur principal point faible ?
Le splitpush et l'occupation de la carte. Il leur faut forcer des teamfights pour pouvoir tenir tête à des équipes comme Team Liquid ou Team Secret.

Dans quelle phase de jeu sont-ils les plus forts ?
En sortie de phase de ligne et en midgame.

Si tu devais citer trois héros emblématiques ?
Je me concentre sur la méta actuelle : le Gyrocopter de Raven, c'est un carry de teamfight ; le Lycan de Raven, avec lequel il est très actif ; la Naga Siren de Tims qui contrôle totalement les teamfights.

Qui est le joueur clef de la line-up ?
Tims. C'est le métronome de l'équipe et l'un des rares joueurs capables d'adapter son style de jeu à la partie. Il crée les conditions pour que ses coéquipiers excellent et c'est lui qui débloque les situations impossibles.

Par rapport aux deux années précédentes, comment juges-tu le niveau actuel de TNC ?
L'équipe a choisi clairement son style de jeu et l'a peaufiné. Ils sont plus forts et plus expérimentés mais, en contrepartie, de plus en plus prévisibles, ce qui leur fait perdre en efficacité. Ils n'ont plus l'avantage d'être peu connus, qui leur avait permis de déstabiliser des adversaires auparavant.

Remporter TI8, ce serait...
Un énorme concours de circonstances. L'équipe n'en est pas incapable, mais il leur faudrait être en confiance, avoir un pool de héros peut-être plus varié aussi, pour tenir sur la durée, enfin trouver les clefs de la version pour aller avec leur style de jeu agressif.

 

Les joueurs

Raven

Après avoir débuté en 2014 dans l'équipe Click N'Search, Raven passe chez TnC Pro Team pendant l'été 2015. Il a passé l'essentiel des trois dernières saisons sous la bannière TnC, malgré un bref et peu concluant épisode chez Fnatic après TI6.

  • The International 2016 : TnC Pro Team, 7-8ème
  • The International 2017 : TnC Pro Team, 9-12ème

Raven reste en théorie le carry de TnC Predator, mais avec une orientation très différente de l'an dernier où il prenait surtout des héros de fin de partie. Il est désormais plus sur des héros offensifs dès le midgame, avec beaucoup de Lycan ou de Gyrocopter dernièrement, ce qui le conduit régulièrement sur la ligne mid. Des tentatives pour élargir son panel ont été menées récemment mais n'ont pas été très concluantes : il y a un risque pour qu'il soit facile à contrer dès la phase de draft.

A surveiller : Lycan, Lifestealer

 

Armel

Armel est le seul nouveau joueur de la line-up par rapport à l'année dernière. Ce joueur plutôt jeune (il n'a que dix-huit ans) évolue en compétition depuis le début 2016. Il a d'abord appartenu à Acion Arena, qui n'a jamais réussi grand chose, puis a passé l'année 2017 chez Clutch Gamers qui a eu davantage de succès, avec quelques apparitions dans des tournois internationaux, mais qui n'est pas allée jusqu'à TI7. En janvier 2018, il passe dans la Team Admiral montée par DeMoN... et la quitte deux semaines plus tard pour rejoindre TnC.

  • Première participation à The International

Armel est un joueur mid qui peut être considéré comme l'une des étoiles montantes à ce poste sur la scène asiatique. Même s'il n'est pas stricto sensu le carry, il est souvent le véritable position 1, là où son prédécesseur Kuku était plus effacé derrière Raven. Il n'a pas une immense diversité de cordes à son arc, puisqu'il tourne principalement sur une dizaine de héros - les grands classiques de la midlane, OD, SF et Invoker en tête. Il y a cependant des ajouts récents très prometteurs et il se retrouve régulièrement sur la safelane. Il a sans doute un rôle clef à jouer à TI8, qui sera son baptême du feu.

A surveiller : Bloodseeker, Slark

Sam_H

Sam_H est un joueur dont la carrière se résume à peu de choses : il a débuté chez TnC Pro Team en janvier 2015 et ne l'a jamais quittée. Sa longévité au sein de cette équipe a peu d'équivalents.

  • The International 2016 : TnC Pro Team, 7-8ème
  • The International 2017 : TnC Pro Team, 9-12ème

Comme les années précédentes, Sam_H reste l'offlaner de TnC, le seul et l'unique. Il adapte ses héros en fonction des besoins et des évolutions de la méta, et peut jouer des choses très diversifiées - avantage d'une longue expérience du même poste. Il est généralement sur des héros à double rôle, à la fois initiateurs de combats et utilitaires, de type Tidehunter, Dark Seer ou Beastmaster. Du très classique en somme.

A surveiller : Night Stalker, Tidehunter

Tims

Tims a débuté en compétition en 2015 au sein de diverses équipes philippines de second rang. En mars 2016, il intègre Execration avec laquelle il parvient aux portes de The International. Lors du shuffle post-TI6, il rejoint Rave, avant de partir chez TnC en décembre 2016. Il y est resté depuis.

  • The International 2017 : TnC Pro Team, 9-12ème.

Tims est un support position 4 affirmé : l'an dernier, il était soit roamer soit, déjà, en dual lane (soit avec son mid, soit avec Sam_H). Il n'a donc eu aucun souci à s'adapter à la méta des duals qui domine actuellement, même si cela le conduit à délaisser Earth Spirit, son principal héros signature. Il joue surtout des héros mêlée et force, solides et capables de débloquer des kills en début de partie. Il lui arrive encore de débuter comme roamer.

A surveiller : Pudge, Lion

Kuku

Kuku est lui aussi issu d'une génération de joueurs philippins ayant fait leurs classes en 2015. Il faisait partie à ce moment de Mineski, avec laquelle il participe au Major de Francfort. Après un an avec cette équipe, il passe en mars 2016 chez TnC Pro Team et n'en a plus bougé.

  • The International 2016 : TnC Pro Team, 7-8ème
  • The International 2017 : TnC Pro Team, 9-12ème

Jusqu'en janvier 2018, Kuku était le mid de TnC ; un playmaker qui laissait le premier rôle à Raven. Après le départ de 1437 et le recrutement d'Armel, il a basculé au poste de support position 5 (et capitaine), un changement d'ampleur. Il se retrouve le plus souvent sur des héros qui ont besoin de gagner des niveaux assez rapidement et disposant de forts dégâts magiques, bien adaptés aux dual lanes.

A surveiller : Leshrac, Night Stalker

 

Conclusion

TnC a été l'une des révélations de The International 2016 puis l'une des déceptions de The International 2017. En 2018, elle aborde le tournoi sans avoir procédé à d'immenses changements par rapport à l'an dernier, sans avoir non plus réussi grand chose tout au long de la saison. Difficile de la voir comme l'un des favoris, difficile peut-être également de regarder comme un prétendant sérieux une équipe restée dans l'ombre de Mineski et de Fnatic tout au long de la l'année.

Pour autant, faut-il l'enterrer à l'avance ? Le Dota philippin recèle toujours des atouts inattendus, dont une importante plasticité sur la répartition des joueurs pendant la phase de laning. Jusqu'où peut aller TnC Predator à The International 2018 ? Cette question a été adressée à v0ja, qui propose son analyse :

TNC.Predator restera toujours, à mes yeux, une équipe terriblement dangereuse. C'est difficile de leur attribuer un adjectif qualificatif précis puisqu'ils sont quelque part entre l'instabilité et la régularité. C'est, selon moi, une force lors de cette entrée dans The International 8. Le tournoi se veut homogène et terriblement disputé cette année, pas d'énorme favori qui ira écraser tout le monde mais, surtout, pas d'équipe qui a déjà tout montré et qu'on sent sur les rotules.

En partant de ce postulat, une équipe qui possède un style de jeu difficile à lire et un côté très explosif dans son gameplay est profondément redoutable. A l'image d'un TI6 relativement réussi pour la squad, je pense que TNC.Predator peut prétendre au Top 8. Avec le vent dans le dos, pourquoi pas dans les six premiers, ce qui serait un net progrès face à leur Top 12 de 2017.


Cette actualité provient de notre univers Dota 2.

Réactions (207)


Que pensez-vous de Dota 2 ?

75 aiment, 20 pas.
Note moyenne : (97 évaluations | 4 critiques)
6,0 / 10 - Assez bien

209 joliens y jouent, 288 y ont joué.