Survarium étend ses théâtres d'affrontements au « Pic-vert russe »

Le shooter post-apocalyptique Survarium continue d'être ponctuellement mis à jour et ouvre un nouveau terrain d'affrontements, la station radar soviétique de Duga, que l'Occident surnommait le « Pic-vert russe » pendant la Guerre froide.

Duga Radar Station

On connait le principe du shooter Survarium : orchestrer des affrontements entre joueurs dans un monde librement inspiré de l’ex-Union Soviétique (notamment aux abords de Tchernobyl), et surtout ponctué « d’anomalies », des événements dangereux pouvant survenir à tout moyen pour pimenter des combats – des arcs électriques, des fuites radioactives, voire pires.

Survarium est jouable depuis avril 2015 dans le cadre d’un accès anticipé, et est toujours ponctuellement mis à jour. L’équipe de développement sur studio Vostok Games vient ainsi de déployer une nouvelle carte, baptisée Duga Radar Station et qui s’impose comme la plus grande du jeu à ce jour.
Elle s’inspire de la station radar Duga (bien réelle), surnommée le « Pic-vert russe » en raison des signaux radioélectriques frénétiques qu’elle envoyait à intervalles réguliers dans l’optique d’une veille lointaine des anti-missiles balistiques.
Dans l’univers de jeu, la carte compte de nombreuses installations permettant des embuscades, mais est aussi parcourue par des anomalies électriques qui ont vocation à gagner en intensité dans les prochains patchs du jeu.

Pour mémoire, Survarium est distribué en free-to-play sur Steam. La mise à jour peut également être téléchargée gratuitement. Le jeu fait par ailleurs actuellement l’objet d’animations pour les fêtes de fin d'année, octroyant divers bonus aux joueurs qui s’y investissent.

Réactions (3)

Afficher sur le forum

Que pensez-vous de Survarium ?

9 aiment, 1 pas.
Note moyenne : (10 évaluations | 0 critique)
5,5 / 10 - Assez bien

4 joliens y jouent, 4 y ont joué.