Critiques et tests RSS

  • Afficher les critiques précédentes
  • 18 mai 2017
    /!\ Cette critique a été rédigée avant la sortie du jeu.
    2 personnes sur 3 ont trouvé cette critique utile.
    Par Avatar de Shain
    Le jeu est actuellement en développement, donc on ne peut pas non plus lui demander le top prévu pour sa sortie.
    Néanmoins, le jeu est vraiment de très bonne qualité. Entre survival et MMORPG, il se classe très bien et remplit son rôle.
    Un univers fidèle à Conan. Le système de construction est bien fait. Vous avez à votre disposition pas mal de contenus pour modéliser votre cabane, maison, château, forteresse, j'en passe et des meilleurs. Tout est possible, cela dépend juste de votre imagination. De plus, il y a régulièrement des améliorations et du nouveau contenu.
    Graphiquement, le jeu est vraiment très beau, avec actuellement une grande map, qui va s'agrandir au fil du développement du jeu.
    Pour le moment, votre personnage est déjà bien modélisé, mais sur ce point, j'attends encore plus de personnalisations possibles, surtout pour les joueurs rôleplay. 

    Idées: 
    1. La possibilité d'avoir un personnage maigre, rond, disproportionné, c'est-à-dire changer la forme physique de son avatar ;
    2. L'ajout de cicatrices, blessures, voire peut-être de membres amputés (toujours pour plus de réalisme rôleplay) ;
    3. L'ajout également de tatouages variés, pour le visage ou le corps ;
    4. Permettre d'avoir une taille de nain ; -)
    5. L'idée est de ne pas se retrouver avec une bande de guerriers piqués aux hormones sans aucun défaut physique :-)
    Pour ce qui est de la modélisation des bâtiments, il y a encore de quoi faire pour permettre plus de personnalisations, mais la base actuelle est déjà vraiment sympa.

    Idées:
    1. Possibilité de construction en bois par exemple, comme le tiers 1 et non le grès, qui deviendrait le tiers 2, etc. Ca serait plus juste, par rapport à la destruction avec des armes de poing ;
    2. Je resterais vraiment sur le bois pour le moment, même un pont en bois et autre seraient sympa. Donc du bois pls :-)
    Il y a encore bien d'autres points qui sont déjà en préparation chez Funcom, donc je m’arrête là pour le moment, j'attends la suite. ; -)

    Le staff de Funcom est apparemment à l'écoute de la communauté, c'est une très bonne chose comparé à pas mal d'autres...
    Il y a encore du travail, mais comme dit ci-dessus, Funcom ne se relâche pas pour le moment. ; -)

    Vu le prix du jeu, il vaut actuellement largement la dépense. :-)

    N'hésitez pas à venir tester, un vrai plaisir !

    Bon jeu à tous !
    2 personnes ont trouvé cette critique utile.
  • 3 mai 2017
    Par Avatar de Weiz'mir
    Joueur occasionnel de MOBA, je joue plus ou moins régulièrement à Heroes of the Storm depuis la bêta. Je connais donc le jeu et ses concurrents, sans pour autant être un pro du secteur, ni un fan de telle ou telle licence. Mes appréciations se feront par rapport aux autres MOBA existant.

    - Graphismes

    Tout le monde s'accorde à dire que Heroes a de meilleurs graphismes que la concurrence. C'est indéniable, mais ce n'est pas forcément un atout de poids. D'abord, quand on joue à un jeu compétitif, sur lequel on va passer des heures jusqu'à connaitre chaque map et chaque héros par cœur, au bout d'un moment, les graphismes, on n'y fait plus gaffe. J'irais même plus loin : je trouve parfois que les fights d'Heroes sont plus confus que dans lol ou dota, notamment à cause de la richesse du décor (et de la taille des perso et des creeps) . L'augmentation récente de la taille des barres de vie à un peu réglé le problème, mais pas totalement.

    - Maps

    Gros critère de différentiation par rapport à la concurrence : dans Heroes, il y a une douzaine de maps différentes, avec des objectifs propres. L'inconvénient est que la courbe d'apprentissage est un peu plus longue que sur un autre MOBA (il faut connaitre chaque map) , mais en contrepartie, je trouve que ça apporte beaucoup de fraicheur et de profondeur. En effet, les héros ne s'apprécient pas seulement les uns par rapport aux autres (un tel est plus op que tel autre) , mais également en fonction des maps (certains héros seront plus op sur telle map plutôt que sur telle autre) . Les objectifs de map donnent également une dimension stratégique supplémentaire par rapport aux autres MOBA : si les team fights ne vous sont pas favorables, jouez les objectifs à fond et vous pourrez tout de même gagner.

    - Héros

    Pour ceux qui sont un minimum familiers de l'univers blizzard, c'est un vrai bonheur. Le plupart des héros sont des personnages connus dont les skills sont quasiment naturels. Pour les autres, ils trouveront un pool de héros un poil moins fourni que chez la concurrence (jeunesse du titre oblige) , mais avec chacun une vraie identité et des caractéristiques propres. Beaucoup de héros très originaux, et donc des expériences de jeu renouvelées à chaque changement de héros. Et puis surtout : les héros sont incroyablement bien équilibrés. Comparé à lol notamment, c'est le jour et la nuit.

    - xp / carry / team

    On arrive au sujet qui fâche ! Est-ce que c'est bien cette histoire d'xp partagée par toute la team ? Pour moi, c'est oui et 1000 fois oui. Alors, certes, ça rend le carry solo bien plus dur, mais en contrepartie, on gagne en plaisir (et parfois en frustration) de jeu. D'abord, ça empêche que de trop gros écarts de lvl se creusent pendant une game, rendant impossible un come back. Avec l'xp partagée par l'équipe, la progression des deux équipes est relativement synchrone (rarement plus de deux ou trois niveaux d'écart) , ce qui rend les come back possibles. Combien de fois j'ai vu des games dans lol ou dota 2 avec des smurfs qui, au bout de 10 minutes de jeu à peine, étaient en god mode ? Impossible dans Heroes, sauf cas exceptionnel. Ensuite, ça oblige à se soucier de ses coéquipiers parce que leur mort pénalise tout le monde (ça rajoute à mon sens à la profondeur du jeu) . Enfin, l'absence de last hit évite les prises de bec sur qui récolte l'or et se stuff. Dans Heroes, encore une fois, tout le monde profite de la progression de la team. Evidemment, tout le monde pâtit aussi du boulet ou du troll. Mais sachez que l'équipe adverse a le même problème que vous.

    - Pas de stuff ni maîtrise ni rune

    Dans Heroes, à chaque game, tous les trois ou quatre niveaux, il faut choisir un talent. Et ce n'est tout. Pas de boutique pour acheter du stuff, ni de mécanismes de runes ou de maitrise. Alors, certains trouvent que le jeu perd en richesse. D'une certaine manière, c'est vrai (même si compensé par d'autres aspects) , mais je trouve que ce n'est pas si grave. Pour deux raisons. D'abord, le stuff est finalement équivalent au mécanisme des talents. Donc pas vraiment d'avantages à ce niveau (je sais que le choix d'objets est bien plus large que le choix de talents, mais comme ce sont toujours les quelques mêmes sets qui sont choisis, ça ne change pas grand-chose au final) . Ensuite, l'absence de runes et de maitrises favorise l'aspect e-sportif puisqu'au début de chaque game, tous les héros sont sur un pied d'égalité.

    - 2.0

    Je trouve que blizzard a fait du très bon boulot avec la 2.0, notamment en revoyant le système de progression qui arrive à stimuler un minimum, même lorsque l'on perd une game. Le nouveau système de coffre est plutôt cool, et met le jeu au niveau de ce que fait la concurrence.

    En conclusion, je dirais que Heroes est peut-être moins valorisant pour les très bons joueurs qui auront beaucoup de mal à carry la game seuls. En revanche, comme chaque victoire est celle de toute l'équipe, le sentiment de satisfaction est partagé par tout le monde, et c'est bien plus sympa. Heroes permet aussi de nombreux rebondissements et - sauf supériorité écrasante de toute une équipe (ce qui arrive rarement) - les games ne sont jamais pliées avant la fin. Les phases de soak, si pénibles dans les MOBA "classiques", sont ici réduites à leur strict minimum, remplacées par les objectifs de map, bien plus fun (puisque générateurs de team fights) .

    En clair, Heroes offre plus de fun et de diversité (des maps et des stratégies) que les autres MOBAs. En contrepartie, les pgm peuvent moins facilement briller (indépendamment de leur team) .
  • 3 mai 2017
    /!\ Cette critique a été rédigée avant la sortie du jeu.
    0 personne sur 2 a trouvé cette critique utile.
    Je viens de passer en revue toutes les infos qu'il était possible d'avoir, vidéos, images, forums, blog des développeurs... On pourrait comparer ce jeu avec un grand nombre de jeux déjà parus... Il regroupe les meilleurs avantages de chacun, il semblerait.

    Sur le papier on pourrait même le présenter comme le blogbuster de l’année.

    Tout serait prévu pour que le jeu évolue avec sa communauté, avec des promesses plus qu’intéressantes.

    Le seul souci sera, je pense, son tarif... encore flou, pas de prix de départ annoncé (il semble qu’il sera proposé en téléchargement gratuit avec un abonnement annoncé comme obligatoire) .

    J’ai peur de ce que cache l’abonnement.
    Souvent, il est possible d’acheter en plus des tokens utilisables dans la boutique du jeu pour prendre des items plus ou moins avantageux ou esthétiques. Avec un jeu payable en une fois, à un prix raisonnable, c’est une solution à utiliser peu souvent. Avec un jeu gratuit, on reste maître de son budget et on peut librement acheter ces tokens régulièrement ou non.
    Mais avec un abonnement, ça alourdit considérablement l’affaire. De ce fait, on réfléchira à deux fois avant de vouloir acheter tel ou tel skin, si effectivement il y en a la possibilité.

    Exemples :
    • GW2 : payant en une fois et la possibilité de prendre des gemmes pour acheter en ligne des items esthétiques ;
    • Riders of Icarus : F2P avec la possibilité de prendre des NX pour acheter les items avantageux et des accès prémiums.
    Ces deux exemples de « financement » du jeu sont toutes les deux intéressantes. Dans le deuxième jeu, il y a les accès prémiums qui améliorent le jeu (sorte d’abonnement, si on peut dire, mais quand on veut et si on ne le prend pas, on peut jouer malgré tout) .

    Pour revenir à un abonnement, c’est donc moins clair, et plus difficile de se faire plaisir avec un « extra » de temps en temps. Après, reste à savoir s'il y aura plusieurs niveaux d’abonnement et si on peut facilement passer de l’un à l’autre.

    Pour conclure, je dirai que ce jeu est à première vue un jeu à suivre et à tester absolument, et avec pour le moment, un petit flou sur son financement.
    Publié le 3 mai 2017 à 11:42, modifié le 3 mai 2017 à 11:46
    0 personne a trouvé cette critique utile.
  • 3 mai 2017
    /!\ Cette critique a été rédigée avant la sortie du jeu.
    4 personnes sur 5 ont trouvé cette critique utile.
    Ce nouveau venu de nos amis asiatiques offre un monde ouvert, très joli, malgré un moteur graphique qui date de quelques années. 
    Il nous propose de somptueux paysages, des villes immenses et peuplées, une immersion vraiment agréable pour tous les amateurs de mangas et animation. 
    Le leveling est plutôt rapide et sympathique, avec des quêtes spéciales faites pour enseigner aux joueurs les différentes mécaniques de l'univers. 
    Revelation Online propose un gameplay assez classique, avec une 12aine de compétences par classe, et un système d'esquives basé sur une barre d'endurance, qui même s'il n'a rien de nouveau ni d'exceptionnel, permet de s'amuser avec ses sorts et d'éviter les attaques des monstres et différents boss, avec de belles animations bien travaillées.
    L'histoire fait partie intégrante du jeu, et avec elle son lots de scènes et longs dialogues.
    Si celle-ci peut faire fuir les anglophobes, le scénario est vraiment énorme avec beaucoup de retournements de situations et de surprises, et je n'ai pas peur de le dire, c'est pour moi une des meilleures histoires que j'aie vu dans un MMO, avec SWTOR

    Pour ce qui est du jeu en lui-même, celui-ci est un mélange de PvE, PvP, d'activités quotidiennes, et enfin mais surtout de progression de guilde en commun.
    En effet, les joueurs devront travailler ensemble à l'accomplissement de diverses tâches, au recrutement de main-d'oeuvre pour la fabrication de bâtiments, qu'il faudra ensuite améliorer pour augmenter leurs bonus.
    C'est un des rares jeux où la guilde apporte beaucoup d'avantages directs au joueur, que celui-ci choisira à sa guise et selon ses contributions fournies à celle-ci. C'est donnant-donnant en somme, tout comme pour les relations entre joueurs.

    Le jeu dispose également d'un système de mentorat, qui permet de prendre un apprenti sous son aile afin de l'aiguiller dans sa progression. 
    Ce mentorat donnera des bonus d'xp et différents objets aidant à la progression au novice, et récompensera également son tuteur avec des objets à acheter et une réputation associée. Plus les deux joueront ensemble, plus ils auront de cadeaux, ce qui favorise l'entraide.
    En outre, si vous êtes dans les plus hauts niveaux, et que vous accomplissez des donjons avec des joueurs plus bas que vous, vous obtiendrez des points de mérite, qui seront indispensables à l'achat de certains composants du jeu. Cela oblige donc les joueurs à continuer à aider les nouveaux quoiqu'il arrive, tout en leur apportant à chacun satisfaction, ce qui pour moi est une très bonne chose.

    Le monde de Nuanor ne se limite bien sûr pas à cela, il y à également des évènements dynamiques qui ne sont disponibles qu'à certaines heures du jour ou de la nuit, des world boss disséminés aux quatre coins du monde, ainsi que des évènements ponctuels liés à certaines factions. 


    Côté PvP, il y à également de quoi faire avec des habituels champs de bataille 10v10, 20v20, 30v30, mais également des évènements qui ne sont disponibles que certains jours, allant du match à mort au combat pour des ressources, pour finir par des guerres de guildes. 
    Certains de ces évènements mêlent PvE et PvP, et il sera possible aux joueurs de s'entretuer afin de récupérer des objets de quêtes par exemple.


    Tout cela fait de RO un jeu très complet, vaste et agréable, mélangeant culture asiatique, humour et extravagance parfois, qui saura plaire à de nombreuses personnes.
    De plus, le jeu n'en est encore qu'en bêta, et ne dispose que d'une maigre portion de tout le contenu dont il dispose, et le jeu ayant déjà vécu plus d'un an en Chine. Cela nous garantit des ajouts constants et réguliers de contenu ainsi que de patchs correctifs, sans devoir attendre 6 mois pour voir quelque chose de nouveau.
    4 personnes ont trouvé cette critique utile.
  • 2 mai 2017
    0 personne sur 2 a trouvé cette critique utile.
    Sorti il y a maintenant un an, Black Desert Online avait fait couler beaucoup d'encre. Une version coréenne modifiée des objectifs initiaux a fait craindre le pire quant à la sortie ailleurs dans le monde. De plus, que Daum (Kakao Games) décide d'éditer le jeu chez nous ne laissait pas forcément présager du meilleur... Et pourtant.

    Bien sûr, BDO a des défauts, mais force est de constater qu'il a aussi nombre de qualités qui le rendent vraiment unique.

    Points positifs :
    - Graphismes sublimes (malgré le clipping) , esthétique crédible et cohérente. Un univers riche et plaisant à découvrir ;
    - Gameplay action parfait, un exemple à suivre pour le genre ;
    - Une durée de vie astronomique tant le contenu est gigantesque et chronophage (craft, récolte, pêche, chasse, farm, commerce, contribution et j'en passe) ;
    - Un système d'optimisation complexe, qui, bien que basé sur la chance et le random, reste un moyen efficace de booster la durée de vie du jeu ;
    - Des animations de personnages et de combats stylisées, fluides, rapides, et de toute beauté ;
    - Un cash shop moins intrusif que beaucoup de F2P ;
    - Le jeu n'est pas un P2W (contrairement aux rumeurs et à la réputation du jeu, on est très loin d'un P2W) . Acheter des objets contre des euros et les revendre contre la monnaie in-game est possible, mais pas rentable du tout : pour exemple, 30€ (prix d'un costume) se vendent pour 25 millions, soit moins d'une journée de farm. A titre de comparaison, 20€ sur WoW se revendent des dizaine de milliers de golds, soit bien plus d'une journée de farm ;
    - La possibilité de farmer afk (pêche) ;
    - Le système économique, intéressant et complexe ;
    - Un mélange entre hack & slash et MMO vraiment bien fichu ;
    - Un open world éblouissant, notamment grâce à certains filtres in-game inclus de toute beauté, mais surtout VIVANT !
    - Un système de quêtes rafraichissant et innovant qui ne les rend pas uniquement utile pour une progression en XP ;
    - Les bonus journaliers ;
    - Le prix du jeu et le rapport prix/durée de vie inégalé.

    Points négatifs : 
    - Gender lock sur la création de personnages ;
    - Une stabilité de serveur discutable ;
    - La mentalité de certains joueurs/groupe de joueurs ;
    - Un jeu élitiste et chronophage  ;
    - Une traduction FR approximative.

    Je n'irai pas par quatre chemins, pour moi, BDO est une petite pépite dans l'univers des MMO. Gameplay jouissif et technique, un contenu gigantesque, un univers bluffant et sublime sont autant d'atouts qui rendent le jeu prenant. Si vous êtes joueurs de hack & slash et aimez l'optimisation et le farm, alors ce jeu est fait pour vous !
    Si néanmoins vous recherchez un MMO classique avec des donjons en groupe et autres, passez votre chemin. Le jeu est complexe, le tutoriel peu explicatif et on découvre le contenu très progressivement tant il manque d'explication (ce n'est pas une critique, cela pousse à la recherche ! ) . Pour autant, c'est un vrai plaisir que de se balader dans ce monde immense, vivant, et tellement cohérent. Une vraie bouffée d'air frais dans cette vague de MMO qui se ressemblent tous tant...
    0 personne a trouvé cette critique utile.
  • 1 mai 2017
    /!\ Cette critique a été rédigée avant la sortie du jeu.
    3 personnes sur 4 ont trouvé cette critique utile.
    Pour commencer, l'interface du jeu est en anglais (et les scènes en chinois : ? ) et il n'y a aucun serveur FR dédié (héhé, on ne te l'a pas dit sur Youtube ? ) .

    Globalement, le jeu est beau, complet (tant PvP que PvE, y comprit à haut niveau) , le pex est "globalement" rapide avec des scènes presque pour chaque quête, bref c'est assez réussi et le tout est free-to-play. Respirons.

    Précisons que les scénarios des quêtes et les scènes peuvent être passées, pour les plus rapides d'entre vous, vous vous retrouvez à spammer les quêtes (qui ne consistent globalement qu'à parler à des PNJ) et à vous rendre d'un point à l'autre. La pertinence est déjà contestable...

    Petit à petit, vous vous rendrez compte de cette évidence : la magie ne prend pas. On se fait chier et on se surprend à pex, à farmer comme sur tant d'autres MMO, pour ne rien faire, un peu perdu et on se décide du jour au lendemain à "delete" sans crier gare.

    Le jeu n'a pas à rougir de ses confrères F2P, mais à quoi bon faire la promotion d'une absence d'émotions  ?

    Certains, toutefois, trouveront peut-être leur bonheur dans son contenu HL.

    Have fun
    Publié le 1 mai 2017 à 22:45, modifié le 1 mai 2017 à 22:47
    3 personnes ont trouvé cette critique utile.
  • 30 avril 2017
    Bonjour,

    Le gros point positif pour ce FPS est l'absence pure et simple de cheaters, c'est vraiment génial !
    Tu payes le jeu 35 euros (sur un site tiers) facilement et après les skins, emotes, etc. s'obtiennent en jouant (il est possible de payer pour en avoir plus vite, mais ce n'est vraiment pas nécessaire) .

    En trois ou quatre jours de jeu, j'ai obtenu le niveau requis pour ranked : le Elo allant de 1 000 à 4500 environ (bronze étant 1000, silver 1500, gold 2000, platine 2500, diamant 3000, master 3500, 4000 grandmaster) .
    J'ai obtenu le gold sans difficulté et j'ai enchainé les défaites jusqu'en bronze (mauvais système de placement) , après 30h de jeu, j'ai trouvé un perso à tryhard en favori... Je suis monté gold rapidement (et j'ai rencontré beaucoup de joueurs en match de placement, réduisant ma progression) . 
    Une fois "platine", j'ai du mettre une semaine à peine à monter master (à partir du diamant, 10h par jours) .

    C'est complétement minable. La communauté est infecte à partir de 3 000 de Elo, les diamants sont majoritairement des trolls et des flamers. Les reports ne changent rien à priori, les gens s'insultent dès que le match n'est pas une victoire facile et ça plombe vraiment tout. Aucunement l'envie de jouer avec ce type de personnes. Mon Elo baisse seul, ne jouant plus.

    Quand blizzard sera capable de bannir ou de kick les flamers et les trolls comme Riot Games le fait pour LoL, pourquoi pas un retour. En attendant, c'est pathétique.
  • 28 avril 2017
    /!\ Cette critique a été rédigée avant la sortie du jeu.
    Après 16 heures de jeu et les deux premiers bosses battus, je pense pouvoir rendre un verdict plutôt objectif.

    J'ai également pris le DLC avec les voix, ce qui ajoute un gros côté RP au jeu, mais dans le même temps, te laisse sentir qui est important dans l'histoire et qui ne l'est pas, vue que le doublage est assez inégal mais honnêtement entendre toutes ces sonorités, ça transporte vraiment dans l'univers (on sent tout de même bien les influences japonaises) .

    Vis à vis du jeu en lui-même, et bien je vais expédier très vite le seul défaut que je vois : le problème de caméra lors des combats. C'est dommage mais ça reste CLAIREMENT anecdotique.

    Vis à vis de tout le reste ? C'est un sans-faute pour moi !
    Le monde est magnifique et féerique. Franchement, j'adore, et ça me rappelle les centaines d'heures que j'ai pu passer sur Jak 2 et Rachet & Clanj 2 sur ma PS2. La fibre nostalgique marche parfaitement sur ce coup là.
    Les énigmes sont intelligentes et se complexifient rapidement, en demandant d'utiliser les capacités de tous les personnages de l'équipe.

    D'ailleurs, les personnages sont super intéressants. En à peine huit heures de jeu, l'histoire a déjà réussi à m'émouvoir (pas aux larmes, tout de même) . Les histoires sont belles et tristes et ça permet vraiment à tout le monde de se développer et d'être super intéressant.

    Concernant le système de combat, et bien je suis fan des jeux de combats et voir un mix entre les Naruto Ultimate Ninja Storm et Dragon Ball Xenoverse, ça donne juste des combats rapides et nerveux (vraiment, j'ai pris un pied monstre face au premier boss ! ) .

    Pour résumer, je pense que c'est une perle. Il y a des petits défauts techniques mais ils sont clairement gommés par l'avalanche de qualités. Et le fait qu'il soit fait par des développeurs indé et français, ça rajoute encore plus au fait que j'aime ce jeu. Franchement une superbe surprise.
  • 20 avril 2017
    /!\ Cette critique a été rédigée avant la sortie du jeu.
    J'ai testé ce jeu suite a un faux-clic sur une pub Facebook (comme quoi) .
    Et je dois dire que j'ai été agréablement surpris.

    D'abord, je tiens a relativiser. Ce jeu n'est pas un MMO au sens classique du terme.
    Les interactions sociales sont somme toute limitées, pas du tout essentielles pour avancer, et le jeu est clairement orienté casual avec de nombreuses quêtes en mode AFK, et un mode de combat auto efficace, même trop, puisqu'il n'y a au final pas besoin de connaitre quoi que ce soit aux compétences pour avancer.

    Mais il offre quand même une expérience très riche, presque trop parfois, pour qui se laisse tenter à avancer un peu.
    En effet, si de prime abord la gestion de ses personnages est assez basiques, toute une palettes de fonctions d'amélioration vient s'ajouter au fil de l'aventure.
    Ainsi, au-delà de l’éternel leveling des perso et de l'équipement, vous vous retrouverez à monter indépendamment le niveau de votre monture, de votre costume, de vos ailes, de votre familier, et même d'un petit esprit qui vous suivra partout.
    L'effet retors de la chose, c'est qu'on a des objets à profusion, souvent en quantité très limité quand il en faudrait massivement, ou en quantité énorme là où quelques-uns suffisent.
    Mais on retrouve ce travers dans la majorité des jeux, ce n'est donc pas inhabituel pour un habitué du genre, qui aura vite fait de vite faire le tri quand la place viendra à manquer.

    Le système de combat est très basique, quelque peu rédhibitoire puisque ne laissant que très peu de contrôle, voire inintéressant à cause de son système automatisé, qui permettra de gagner aussi surement qu'en jouant à la main.
    Très peu de PvE dans ce jeu, qui offre une très grande place au PvP, dans divers modes de jeu qui, il faut bien le dire, sont très variés.

    Un PvP qui est donc une quasi obligation pour espéré progresser, et qui fait donc également le principal défaut du jeu.
    Là aussi il faut relativiser, le système est assez bien géré et permet de laisser une chance aux (pas trop) petits, même face aux (pas trop) gros.
    Il n'est donc pas rare, en ayant atteint un certain niveau, de se casser les dents contre un autre joueur qui devrait virtuellement être très facilement battu.
    MAIS.
    Il sera quasi impossible pour un joueur gratuit de rivaliser face à un autre qui aura acheter de l'équipement en boutique.
    Et c'est donc là le principal défaut du jeu, et non le moindre.
    Il est clairement ce que certains qualifient de "Pay to Win". C'est-à-dire que si vous souhaitez gagner vos combats PvP, vous devrez obligatoirement en passer par la boutique.

    Cependant, malgré ce défaut qui le rendra au mieux inintéressant pour les rois de la compétition, pour le petit casual qui dispose de peu de temps, et n'a pas pour prétention de devenir le premier du serveur, il est un choix sympathique qui a au moins le mérite de proposer de vraies bonnes choses réunies dans un seul et même jeu.
  • 2 avril 2017
    /!\ Cette critique a été rédigée avant la sortie du jeu.
    Par
    Un jeu de survie très différent de ceux qu'on a pu connaître. Un mélange d'un jeu type bac à sable qui reprend beaucoup des principes qui ont fait la force de Minecraft : dans ce jeu, tout est destructible, vous êtes libre de construire absolument tout ce que vous voulez et c'est une première pour un jeu de survie où les zombies sont omniprésents.

    Mais le jeu ne s'arrête pas là puisque le côté survie est très présent : vous devrez faire attention aux classiques barres de soif et de faim mais également faire extrêmement attention aux zombies (sa change d'un DayZ...) car ils seront votre principale préoccupation. Si les zombies sont en effet assez calmes en plein jours, ils gagnent en vitesse et en férocité à partir de 22h jusqu'au petit matin. Inutile donc de vous dire que si vous vous promenez en ville vers 22h, je ne donne pas cher de votre peau.
    Le survivant ne devra également pas se contenter de survivre la nuit : tous les sept jours, une horde de zombies fera son apparition et vous attaquera, l'objectif implicite pour le survivant est donc de se débrouiller pour se retrouver dans un endroit sécurisé tous les sept jours (donc J7, J14, J21, etc.) !

    La coopération prendra tout son sens dans ce jeu puisque vous devez gérer les zombies et parfois les joueurs. Néanmoins, je préfère prévenir : 7 Days to Die est un jeu PvEvP, le PvP sera beaucoup moins présent que dans un Rust par exemple.

    Les graphismes peuvent rebuter, même si des améliorations sont à noter depuis les premières versions. On reste loin d'autres jeux de survie, néanmoins, le jeu est assez bien optimisé et le sacrifice graphique est nécessaire pour pouvoir profiter d'un monde entièrement sandbox et destructible.

    En résumé : je vous conseille fortement ce jeu si vous voulez plus de PvE que dans certains jeux comme Rust, et que l'aspect "survie" du jeu vous attire plus que le PvP. Du contenu est ajouté assez régulièrement. Seul point négatif à mon avis : les amateurs de PvP resteront un peu sur leur faim et préfèreront se tourner vers du Rustlike.
  • 31 mars 2017
    /!\ Cette critique a été rédigée avant la sortie du jeu.
    3 personnes sur 4 ont trouvé cette critique utile.
    Par Avatar de Angel-in-
    Life is Feudal, aka LiF, est un triptyque de jeux ayant un univers et un moteur graphique commun. Composé d’un survival appelé «  Your Own  » , d’un jeu de gestion/city builder baptisé «  Forest Village  » et d’un MMORPG dont l’appellation n’est pas encore connue, et qui pour le moment s’appellera donc simplement «  MMO  »

    Cette licence et ces jeux sont développés par, ou avec, un petit studio indépendant russo-ukrainien : Bitbox Ltd.

    On parlera ici plus particulièrement du MMO mais à peu près tout ce qui sera dit est aussi valable pour le survival de 64 joueurs.

    Life si Feudal est un MMORPG basé sur une approche ultra-réaliste de ce qu'était la vie au Moyen Age. L’histoire se passe dans une contrée fictive aux alentours de l’an 1000. Jadis, un personnage appelé l’Empereur a réussi à unifier les différentes tribus, mais les anciens dieux ne tardèrent pas à revenir et même la nature semble alors se liguer contre les hommes.
    Le joueur incarne un personnage ayant fui un continent ravagé par la famine, la guerre et les maladies, suivant les traces d’autres aventuriers, qu’on appelait jadis «  les fous  » traversant l’océan vers une terre promise de légendes.

    Évidemment, le voyage ne se passe pas vraiment comme prévu, et notre avatar se retrouve donc seul, naufragé sur une plage, avec pour seules possessions des guenilles et quelques cookies...

    A la faveur du Dormeur (le dieu de ce jeu) , vous devez trouver votre place dans ce nouveau monde.

    Le décor étant planté, parlons du jeu en lui-même.

    Rare sont les jeux qui méritent réellement le terme de «  Sandbox  » qui, au fil des années, est devenu une appellation fourre-tout dans laquelle on classe des jeux ayant vaguement une économie libre et pas ou peu de quêtes...

    LiF, lui, au contraire, mérite clairement ce titre. L’économie du jeu est entièrement basée sur les joueurs, il n’y a aucune sorte de PnJ, les seuls êtres vivants qui ne sont pas des joueurs sont des animaux sauvages qui servent bien sûr de matière première.

    Le monde ouvert n’est pas un leurre, jamais aucun jeu de ce type n’a permis une telle liberté, tout est modelable, du terrain qu’on peut monter, descendre, aplanir, creuser en galeries, aux arbres en passant par tout un tas d’autres éléments, pratiquement toutes les fantaisies sont possibles. Du village de huttes en bois à l’immense citadelle de pierres de granite tentaculaire, absolument tout est faisable. C’est une question de temps, de nombre et de volonté.

    De l’ermite, chasseur solitaire qui troque ses prises contre des biens, au RoI qui règne sur des terres sans fin et d’immenses armées, vous êtes l’architecte de votre destinée.

    Le jeu bénéficie d’une logique pratiquement sans faille, absolument tout ce qui est réalisable dans ce jeu, l’est d’une manière pratiquement naturelle et la réponse logique à la question existentielle récurrente  « comment on fait pour... » , trouvera souvent une réponse tout aussi logique et naturelle que «  comme tu ferais en vrai  » ...

    LiF est de ces jeux où évaluer ses ambitions est primordial, il est ouvert à tous et à tous les types de joueurs, mais pas pour y faire tout et n’importe quoi. Dans LiF, faire des choix implique, à la manière de EVE, qu'une fois une carrière lancée, changer prendra du temps.
     
    Les combats jouissent du même souci de réalisme au point qu’ils peuvent, parfois, en duel paraitre lents, mais passer en format «  bataille  » , cette sensation s’évanouie complément, et le plaisir de se battre «  à l’ancienne  » reprend vite le dessus. Là encore, les choix de carrières sont nombreux et à peu près tout l’arsenal médiéval est présent.

    Dans LiF, il n'y a aucune forme de magie, toujours par souci de réalisme, la seule concession qui sera faite au background sera un téléporteur de retour automatique à sa maison, basé sur l'alignement spirituel auprès du Dormeur. Un être classé "bon" aura plus de facilité à en obtenir les faveurs... 

    On finira par parler des décors, et des jeux de lumières absolument somptueux. On sera moins emballés par les personnages, et leur manque de personnalisation, bien qu’ils demeurent tout à fait corrects.

    Si on devait retenir quelques points négatifs, je dirais que l’interface date d’un autre âge, que l’immense liberté du terrain peut également créer des «  glitches  » parfois pénibles. On ajoutera aussi que le côté «  ultra-hardcore  » du jeu peut parfois vous donner envie de passer le premier objet préhensible à portée, à travers l’écran du PC... (une mort égale la perte totale de tout ce qu'on a sur soi, plus des perte de compétences, parfois chèrement acquises...) et de nombreux bugs parfois assez étranges (mais le jeu est toujours en alpha) . Les animations des personnages sont parfois assez rigides, mais les développeurs ont déjà prévenu que ces animations seraient sans doute améliorées dans un futur plus ou moins proche.

    En conclusion, LiF fait partie de ces expériences de jeu qui laissent des traces, parfois douloureuses. Il n’est donc pas étonnant à l’instar d’autres jeux comme Eve Online que les gens qui s’y sont trouvés une place ne puissent pas le quitter. On comprendra aussi que des joueurs moins investis, moins acharnés, soient partis en courant... tout le monde aura un avis sur LiF, mais personne ne sera indifférent.
    3 personnes ont trouvé cette critique utile.
  • 26 mars 2017
    4 personnes sur 4 ont trouvé cette critique utile.
    Par
    Après presque 13 mois de jeu, je me suis dis que je pouvais bien venir parler de mon expérience de jeu sur Okord.

    J'ai joué à Ogame, Travian et autres grands jeux développés par des sociétés. L'expérience fut bonne un temps, mais la rentabilité financière de ces jeux tue totalement le plaisir de jouer.

    Okord, c'est un fondateur - développeur qui s'associe avec un graphiste pour créer un jeu par navigateur basé sur le Moyen-Age. On est alors plongé dans un monde qui rappelle Braveheart et autres films de grosses bastons légendaires ! Le tout avec un développement clairement orienté POUR le joueur et non pas pour le porte-feuille du propriétaire.

    Le but et le fonctionnement restent relativement simple. Le joueur incarne un Seigneur (ou une Dame pour ces demoiselles) dans le Royaume d'Okord. Son seul but est de devenir RoI ou Reine ! Pour cela, faire croitre son domaine en développant plusieurs fiefs (villages) à travers le royaume, conquérir une Province et capturer sa forteresse, forger des alliances, recruter des vassaux, réunir l'Ost le plus puissant du jeu... Bref, beaucoup d'étapes sur une échelle de progression qui ne fait que se développer !

    En bonus, on a du RP qui tisse un joli background sur un monde en pleine expansion ! Les voisins belliqueux, les religieux qui se tapent entre eux, des alliances et les traitrises qui vont avec, embuscades, sièges...

    En somme, on a un jeu simple à prendre en main, avec une communauté fort sympathique et des possibilités de jeu assez infinies !
    Les graphismes sont simples mais raffinés, l'ambiance est excellente, le développement rapide est principalement axé sur les désirs des joueurs. Belles diversités au niveau des unités. 

    Problème persistant sur tous les jeux par navigateurs, il faut parfois jouer beaucoup pour concurrencer le très haut niveau. Mais dans l'ensemble, chaque joueur peut s'y retrouver.
    Pour ma part, j'oscille entre 10 mins et 2h / jour.

    Je vous engage donc à aller faire un saut dessus et voir comment votre premier mois se passe. Avec un peu de chance, vous y resterez comme moi... Longtemps !
    4 personnes ont trouvé cette critique utile.
  • 24 mars 2017
    TES Legends se présente comme une alternative intéressante (à HearthStone et aux autres jeux de cartes en général) .
    L'aspect "premier degré" et sérieux, se démarque nettement du titre de Blizzard par exemple. On aime, ou pas. L'idée de piocher dans l'univers populaire des Elder Scrolls fonctionne bien, on sourit en voyant les unités débouler, parce qu'on les connaît parfois depuis Morrowind, ou même avant.
    La séparation du board en 2, pourquoi pas ? Ca rend les parties intenses. Les règles de "prophétie" (jouer une carte pendant le tour de l'adversaire) donnent du piment.

    Le mode solo, scénarisé, où on retrouve nos bons vieux doubleurs de la licence, coule tout seul. 
    Sans être hyper originale, l'histoire se laisse suivre avec plaisir, on a bien l'impression d'un vrai mode solo.
    En ligne, je trouve des adversaires en moins de 30 secondes, la semaine, et même le matin.

    Du côté des défauts, c'est un peu comme d'habitude chez Bethesda : un manque de charisme des personnages et unités. Ca n'a jamais été leur fort. Il n'y a aucun perso culte chez Bethesda, sinon Sheogorath, admettons.
    Du coup, toutes ces unités manquent un peu de gueule, de verve, de mordant, d'inspiration. Les artworks ne sont pas tous transcendants.
    Mais on s'habitue, car les parties s'avèrent intenses.
    Les decks (50 à 70 cartes ! ) se créent avec gourmandise, comme d'habitude dans ce genre de soft.
    Cependant, on peut trimer en quêtes journalières ou en arène multi/solo pour gagner de l'or ingame.

    Legends est un jeu de cartes parmi d'autres, ok.
    A chacun ses avantages et fardeaux.

    C'est tout de même un opus intéressant, et bien ficelé, qui donne envie de s'y atteler. Il n'a rien de bâclé. La gueguerre entre Hearthstone et Legends n'est pas vraiment d'actualité : il est clair que Bethesda ne pourra rivaliser, en termes de fréquentations, et que de toutes façons, l'univers TES attire moins de monde que celui de Warcraft.
    Mais ce sont des trips, des ambiances bien différentes, et je pense qu'un joueur allergique à Blizzard pourrait bien kiffer.
    Et, je confirme, on peut même aimer les deux.
    Publié le 24 mars 2017 à 11:12, modifié le 24 mars 2017 à 22:40
  • 20 mars 2017
    1 personne sur 1 a trouvé cette critique utile.
    Surfer sur la mode a toujours été et sera toujours. C'est vendeur et l'avantage, c'est que comme l'originalité, la nouveauté est difficile à faire fleurir. Alors on pompe pour faire patienter, souvent avec succès. Vous reprenez bien un clone de FPS lambda ainsi qu'une soupe au MMORPG ?

    Là où le bas blesse, c'est lorsque les studios de développement, même français, ne sont pas foutu de retenir la leçon. Où est la passion dans un "jeu de carte" lorsque 100 % du jeu tourne autour du farming, et donc de la boutique. Car oui, le joueur moyen est devenu assisté et ce n'est plus vivable. Cependant, un jeu qui se présente casual, où l'on vous demande de passer deux ans de farm pour acquérir une certaine collection de cartes, c'est totalement exagéré, surtout lorsque ici, le jeu de carte ne se marie pas du tout au farming. 

    Jouer toujours dans un jeu où le but et de jouer deux heures par jour pour gagner une bouchée de pain - 60 kamas ostensibles par jour en faisant en tout et pour tout 11 victoires. Ce qui représente un seul booster, ce que peu de personne font puisque à aucun moment le jeu ne vous propose de tutoriel complet pour apprendre à jouer. Pas plus que les decks* de base, qui sont minables, peuvent être désenchantés pour créer de nouvelles cartes. Vous pouvez faire UNE quête par jour, au maximum cumulable de 3, choix des développeurs pour amener le joueur à la caisse, car le farming* c'est pour les tapettes. Nous, en tant que développeur nous voulons, DE L'ARGENT, ENCORE ET ENCORE. C'est ça la passion du jeu vidéo ?

    Pour finir, nous allons parler du jeu en lui-même, vous avez cinq lignes de huit cases, quatre cases alliés et quatre cases ennemis et le but, c'est de poser des créatures qui vont se matérialiser et avancer à chaque fin de tour (sauf le tour où sont invoquées les créatures) et vos créatures devront détruire les Dofus adverses. Il y en a cinq dans chaque camp, trois vrais et deux faux. Les faux, s'ils sont détruits, permettent de gagner une rangée d'invocation supplémentaire et les vrais, il suffit d'en détruire deux pour gagner.

    Pour finir, je dirais que je suis... scandalisé car notre beau pays qu'est la France ne vaut pas mieux au final que les géants coréens ou américains, même politique, même absence de passion et enfin même silence concernant les plaintes des joueurs.

    Point positif : 

    - Un jeu beau, on reconnait là la patte d'Ankama concernant ses animations et son humour ainsi que son univers coloré.
    - Une très bonne fluidité, un jeu stable et très peu, voire aucun bug.
    - La transition jeu de carte/jeu de plateau qui pourrait bien signer là l'évolution du CCG classique.


    Point négatif :  

    - Progression du joueur qui refuse de payer trop longue et frustrante. Vous enchaînerez les défaites et vous ne vous amuserez pas du tout, dû au fait qu'il n'y a pas de système d'élo* ou de système qui fait que vous tomberez sur un joueur qui a le même ratio de victoires/défaites que vous.
    - Absence totale de tutoriel, d'astuce de jeu, et même de campagne. Il y a bien de mode Donjons mais il es...PAYANT avec des kamas (l'argent du jeu) et en cas de défaite, vous récupérez trois kamas sur 15, ce qui est ridicule donc encore une fois, on vous incite à aller à la boutique.
    - Absolument aucune stratégie n'est présente, la seule chose que vous allez faire c'est choisir les bonnes créatures pour survivre et atteindre les Dofus adverses. Vous ne déplacez pas vous-même vos créatures, même Faëria qui est un gros Pay to Win est plus stratégique dans sa façon d'aborder la transition jeu de carte/jeu de plateau. De plus, il est quasiment impossible de détruire une créature qui est déjà à votre Dofus.
    - Un simple jeu de baleine* (voir ci-dessous si vous ne comprenez pas le terme) . Là pour financer Dofus 3, un plagiat de Scrolls qui a bidé quatre ans avant, mais la différence ici, c'est que dans Scrolls, vous déplaciez vous-même vos créatures, et les parties étaient plus longue ET il y avait un mode contre l'IA*, donc nous pouvons très bien faire de bons jeux payants sans avoir besoin de faire cracher les prolos.


    Lexique : 

    Baleine = Personne dépensant son argent à tire larigot. 
    Elo = Un système permettant, dans les jeux de stratégie de tomber sur un adversaire de votre niveau, il est le plus souvent basé sur le ratio victoire/défaite ou en raccourcis V/D
    IA = Intelligence artificielle, qui peut servir dans une campagne ou des missions solo pour s'entraîner, apprendre à jouer, et surtout gagner des récompenses dans ce contexte là.
    Farming = Action, qui consiste à répéter en boucle une action ou une série d'actions rébarbatives. Exemple ici : Les duels
    Deck = Réserve de cartes minimum pour pouvoir jouer, peut être aussi appelé,  bibliothèque
    1 personne a trouvé cette critique utile.
  • 8 mars 2017
    Je joue à ArcheAge depuis la bêta, et je voudrai bien vous donner envie d'y retourner.
    A ceux qui sont déçus, je dirai que la richesse du jeu se découvre peu à peu. De prime abord, il semble facile et même plutôt simpliste.
    Si vous vous arrêtez là... bien sûr, autant jouer à n'importe quoi d'autre, vous serez déçus par celui là comme par tous les autres.
    Le jeu est beau et profond, mais il se mérite.

    Il commence par une phase de levelling (ben oui, comme tous les jeux) , puis vient la complexité... la richesse de l'exploration, les combats, une économie crédible, la liberté tant sur l'eau que sur la terre ou sous l'eau.
    Et c'est bien cette liberté qui pose des problèmes aux joueurs habitués à la facilité dirigiste des systèmes quêtes / donjons / stuff.
    Mais là est la richesse, là est la vie, et c'est ce qui rend ce jeu attachant.
    Choisissez bien votre serveur, histoire de ne pas trop vous faire pourrir la vie (chaque serveur a sa personnalité) , et imprimez votre marque autant par vos actions que par le choix que vous ferez des joueurs auxquels vous allez  (forcément) vous associer pour défendre votre territoire ou conquérir celui des autres.

    Un dernier "détail" : l'abonnement vous facilite les choses en vous libérant de la nécessité d'avoir les yeux fixés sur vos points de labeur... mais cet abonnement n'est même pas obligatoire puisque vous arriverez aux même résultats en F2P sans cash-shop. Vous mettrez plus de temps, c'est tout.

    A bientôt IG.
  • Afficher les critiques suivantes