Rencontre avec l'équipe européenne de gPotato

En septembre 2007 à l'occasion du Festival du Jeu Vidéo, tout juste quelques semaines après le lancement de la version francophone de Flyff: Fly for Fun, nous avions rencontré quelques membres de l'équipe de Gala Networks Europe (GNE), gérant le portail européen gPotato.
Six mois plus tard, tout juste quelques semaines après le lancement de Rappelz, second titre massivement multijoueur et gratuit du portail, nous avons pu à nouveau interroger Julien Wera, chargé des relations publiques de GNE. Il fait un premier bilan des mois écoulés, nous en apprend un peu plus sur les activités et projets de ce spécialiste du MMO « F2P » (pour « free to play », c'est-à-dire jouable gratuitement) et plus largement nous permet de faire le point la santé du jeu en ligne gratuit en Europe.

Si traditionnellement le « MMOF2P » est culturellement très implanté en Asie (la gratuité y est le modèle économique dominant du jeu en ligne), le MMO gratuit n'a pas toujours bonne presse en occident. L'intérêt et la qualité de ces titres gratuits sont parfois jugés en deçà de leurs homologues payants par les joueurs européens.
Pour autant, Gala Networks Europe s'est fixé pour objectif de « redorer l'image du MMOF2P en occident » et annonce des chiffres dont bien des éditeurs de MMORPG payants se contenteraient. Le jeu gratuit modifie le « paysage vidéo ludique » à travers le monde et l'Europe n'échappe manifestement pas à la règle.

Le portail gPotato, une fréquentation croissante

A en croire Julien Wera, le portail gPotato européen a enregistré la création de quelque 500 000 comptes depuis son lancement au cours de l'été 2007 et revendique aujourd'hui 150 000 joueurs actifs, c'est-à-dire ayant fréquenté l'un des titres du portail au moins une fois durant les 30 derniers jours (à raison de 100 000 joueurs actifs pour Flyff: Fly For Fun lancé en français fin août 2007, et 50 000 de mieux pour Rappelz disponible depuis mi février 2008).
Et toujours selon le chargé de relation presse de Gala Networks Europe, la population des jeux de gPotato croit régulièrement mais repose sur « une base fixe de joueurs de haut niveau, souvent créateurs de guildes », fidèles « depuis les bêta-tests des MMOG » du portail européen.


Kentauros


Flyff: Fly for Fun

Fort de ces chiffres, le portail gPotato revendique une position de leader en nombre de joueurs sur le marché du « MMO F2P » en Europe, devant GameTribe ou les titres gratuits édités par Codemasters.
Par rapport à la concurrence, gPotato explique son avance par une politique éditoriale claire dans le choix et « la qualité des titres proposés sur le portail, mais aussi par leur localisation ». La version francophone de Rappelz, par exemple, répondait « à une véritable attente des joueurs » et se révélait complémentaire de l'offre existante de GNE : le titre se veut plus adulte que Flyff, offrant plus de contenu, des compétences plus nombreuses permettant la mise en oeuvre de tactiques plus complexes. Le MMO s'adresse à un public différent et était surtout déjà un succès commercial ailleurs dans le monde, aux Etats-Unis ou au Japon depuis l'été 2007 mais aussi en Chine.

Quoiqu'il en soit, selon Julien Wera, « Flyff est aujourd'hui le F2P le plus joué en France »... même si l'affirmation peut être discutée au regard de certains jeux massivement multijoueurs également disponibles (partiellement) gratuitement et en français, comme DOFUS (accueillant manifestement une population plus nombreuses encore). Et Rappelz suit manifestement sa trace. Un mois tout juste après son lancement, deux nouveaux serveurs font leur apparition sur la plateforme gPotato (baptisés Kentauros pour le francophone et Bastet pour le germanophone) afin d'accueillir les joueurs.

Une création deserveur qui se veut manifestement aussi une réponse à certains problèmes techniques rencontrés par les joueurs (notamment des problème de latence dans le jeu). Julien Wera se veut rassurant : certains des problèmes rencontrés par les joueurs ont été identifiés suite au lancement de Rappelz et corrigés. Et plus largement, il affirme que « l'équipe gPotato reste à l'écoute des joueurs qui remontent leurs difficultés techniques afin d'en assurer la résolution »...

La boutique, ou la viabilité du modèle « Free-to-play »

Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Webzen West ?

0 aime, 0 pas.