Original mais complexe

7/10
After Protocol est un des rares MMORTS à présenter en version MMO la base d'un bon nombre de jeux de stratégie : construire sa base, ses unités et réduire en cendres les possessions de l'ennemi. Cependant, il bénéficie d'une richesse qui se trouve être en même temps un de ses principaux défauts : les débuts se feront à tâtons, surtout pour le système de design qui est tout simplement indispensable et difficile à appréhender.

En premier point, le pilier central de votre développement, c'est à dire la recherche, vous prendra énormément de votre temps : les structures de base sont très peu efficaces, il faudra rapidement les re-designer (c'est à dire refaire un prototype avec les éléments de base) ; pour vos unités, il faudra mettre au point chacun des composants, les construire et les assembler (moteur, radar, bouclier, armes, structure, armure... ) avec un coût en crédits mais aussi en minéraux. Il en va de même pour mettre au point de bâtiments plus avancés, capable de tirer sur des unités hostiles, par exemple. Tout cela passera par le laboratoire, et devra être équilibré en conséquence, ce qui n'est pas chose facile.

En second lieu, l'économie demeure assez simple à prendre en main : les crédits peuvent être gagnés en construisant des colonies prévues à cet effet avec la possibilité de gagner des revenus commerciaux grâce aux autres joueurs ; pour les minéraux, au début il faudra extraire à l'aide de mines (qui est un procédé lent et relativement couteux) qui deviendront vite obsolètes au profits des transport (qui peuvent récolter de manière instantanée et gratuite). Pour les coûts d’entretien, ils restent assez bas, maintenir des réserves importantes est très largement accessible (voire risible ? ) mise à part pour les stations spatiales qui ne seront pas en mesure de générer un bilan positif.

Dernièrement, le plus intéressant : les combats. After Protocol possède un assez large éventail d'unités (3 types de chasseurs, 5 types d'escortes, 2 types de vaisseaux capitaux) ayant aussi plusieurs variantes. Cela dit, l'utilité et la maniabilité de chaque types est assez inéquitable, les corvettes sont de loin les vaisseaux les plus polyvalent et très largement utilisés, même si les autres modèles peuvent avoir une certaine utilité du moment que l'équipement fournit est respectable (mise à par les BattleCruisers qui sont très mal équilibrés). La palette d'armes, en revanche est assez restrictive, avec 5 types (pulse, beam, projectile, missile et bombes) on ne pourra se cantonner qu'à un type spécifique pour un vaisseau : le pulse sera l'arme la plus choisie pour les chasseurs et les escortes légères ; tandis que le beam sera la seule arme intéressante pour les escortes lourdes et les vaisseaux capitaux ; les projectiles peuvent être d'une utilité assez limitée pour les petits vaisseaux car ils ont un potentiel de dégâts moins important alors qu'en revanche ils sèmeront la mort montés sur des bâtiments ; les missiles ont une cadence de tire qui force à les utiliser en hit'n'run mais n'offrent pas une bonne base de dommages malgré tout ; les bombes sont exclusives aux frégates et ne servent qu'au bombardement orbital.

Pour éclaircir un peu les choses, voilà ce que je retiens de positif :
- de la vraie stratégie spatiale version MMO
- une richesse appréciable
- une assez bonne flexibilité
- pas mal d'options stratégiques

Néanmoins, on note quelques défauts :
- une énorme complexité à surmonter en plus d'un temps d'adaptation assez long
- quelques problèmes d'équilibrage
- des graphismes très modestes
- assez punitif

Au final, le bilan que j'en tire est assez positif, les batailles sont intéressantes à mener, il y a pas mal de tactiques possibles à appliquer malgré une bonne quantité de patience et de persévérance en prérequis. Le manque d'équilibrage peut se faire ressentir mais je le conseille vivement même si After Protocol est assez exigeant.
4 personnes ont trouvé cette critique utile. Et vous ?

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de After Protocol ?

3 aiment, 1 pas.
Note moyenne : (4 évaluations | 1 critique)
5,1 / 10 - Moyen

2 joliens y jouent, 3 y ont joué.