Insultes et revendications salariales diffusées via les annonces officielles de Wizard101

À l'heure de la recherche de sens au travail est de plus en plus prégnante, le mal-être de certains salariés du studio KingIsle s'est manifestement exprimé dans l'univers de Wizard101, via l'outil d'annonces officielles sur les serveurs de jeu. 

Entre « grande démission » et « quête de sens » au travail, le rapport à l’emploi connait manifestement des mutations importantes actuellement : de plus en plus de (jeunes) travailleurs revendiquent une forme d’épanouissement au travail et se montrent prêts à quitter les emplois à l’intérêt discutable. Le phénomène touche-t-il aussi l’industrie du jeu, pourtant réputée comme un milieu de passionnés ? Peut-être. On constate en tout cas une hausse du nombre de salariés de l’industrie du jeu revendiquant de meilleures conditions de travail (en se syndiquant ou en militant contre le crunch par exemple) et certains l’expriment manifestement aussi directement en jeu.

Wizard101

C’est manifestement ce qui s’est passé dans Wizard101, ce jeu en ligne coloré dans lequel de jeunes joueurs incarnent des apprentis sorciers. Vendredi soir, l’outil d’annonces in-game (permettant donc d’adresser des messages à l’ensemble d’un serveur) a manifestement été détourné de son sens premier pour diffuser in-game des messages tantôt injurieux, tantôt un brin désespérés – partagés notamment sur Reddit, via PC Gamer.
Au-delà des insultes plus ou moins inspirées, les joueurs de Wizard101 ont ainsi pu lire des messages du type « This game is shit », mais aussi en vrac des plaintes quant aux conditions de travail, au management (« The next world is my boss's asshole ») ou aux salaires trop faibles au sein du studio KingsIsle, qui assure l’exploitation de Wizard101, ou encore des messages décalés : « Bradley, venez dans mon bureau immédiatement ! », signé « le patron ».

Le studio KingsIsle ne communique pas sur l’incident, mais il a été jugé suffisamment notable pour que les serveurs soient déconnectés vendredi soir et relancés seulement le lendemain. Faut-il y voir un piratage ? Peut-être. À moins d’une campagne marketing décalée visant à faire parler du jeu ? Pourquoi pas, mais c’est peu vraisemblable au regard du vocabulaire employé dans un jeu destiné à un jeune public et qui promet d’offrir un environnement de jeu protégé. Les revendications salariales et les références à la gestion interne de KingIsle font davantage penser à un salarié désabusé, peut-être sur le départ ou souhaitant attirer l’attention sur ses conditions de travail. Signe des temps, même dans l’industrie du jeu vidéo, parfois la « passion » ne suffit manifestement plus à animer ceux qui y travaillent.

Réactions (11)

Afficher sur le forum

  • En chargement...