Quand Blizzard envisageait un « Diablo Junior » sur Game Boy

En novembre dernier, Blizzard annonçait Diablo Immortal sur plateformes mobiles pour élargir l'audience de la licence. Mais dès le début des années 2000, quelques développeurs de Blizzard North imaginaient une stratégie similaire.

En novembre dernier dans le cadre de la BlizzCon 2018, Blizzard annonçait le développement de Diablo Immortal sur plateformes mobiles et le studio suscitait l’ire d’une partie des joueurs attendant un vrai Diablo IV et considérant que la licence Diablo n’a pas sa place sur mobile. Pour autant, ce n’est manifestement pas la première fois que Blizzard envisage d’élargir le public de sa licence. C’est ce qu’on retient des indiscrétions rapportées par Variety et datant du début des années 2000.

diablo.png

À l’époque, Diablo II vient d’être lancé par Blizzard North (en juin 2000) et connait un succès imposant auprès des joueurs. L’essentiel de l’équipe de développement s’attèle de nouveaux projets (comme souvent après s’être consacré à une licence pendant des années), d'autres sont chargés de la première extension du jeu, mais quelques membres de cette équipe d'origine, emmenés par le programmeur Johnathan Morin, restent fidèle à l’univers Diablo et imaginent le développement d’un « Diablo Junior » (ils sont alors trois ou quatre à travailler sur le projet).
En 2002, Diablo est considéré comme une licence mature, destinée à un public adulte. À la même époque, Pokémon suscite un engouement fort chez les plus jeunes joueurs et Johnathan Morin imagine donc un jeu reposant sur l’univers de Diablo, mais dans lequel il faudrait traquer et capturer des monstres – sur le modèle de Pokémon. Une double approche qui doit permettre de séduire un autre public que celui qui apprécie déjà la licence Diablo. Et il s’attèle donc au développement du projet grâce à un dev kit de Game Boy (les premiers projets de Blizzard North étaient destinés aux consoles de l’époque et à l'époque, le jeu mobile n'existait pas), avec donc l’ambition d’élargir l’audience de la licence Diablo.

On connait ensuite l’histoire de Blizzard North : en 2003, David Brevik, Max Schaefer et Erich Schaefer quittent le studio, qui est absorbé par « Blizzard South » (qui deviendra le Blizzard Entertainment qu’on connait, dans le giron de Vivendi). Et Blizzard South saborde ce Diablo Junior, apparemment pour des raisons financières : selon Matthew Householder, alors producteur chez Blizzard North et également interrogé par Variety, le succès commercial de Diablo II était attribué à Battle.net (la dimension online et multijoueur du jeu). Or un titre sur Game Boy aurait nécessairement été un jeu offline, donc jugé moins facile à monétiser, supposant en outre un partage de revenu avec Nintendo (jamais contacté au cours des premiers mois d’ébauche de Diablo Junior). En outre, à l’époque, Blizzard South ne jure que par le jeu PC et se montre apparemment peu enclin à miser sur le jeu console, a fortiori sur une console portable. Diablo Junior est donc sèchement abandonné – selon Matthew Householder, peut-être aussi parce que Blizzard South (alors baptisé « l’Oeil de Sauron » par Blizzard North) n’a jamais été informé que ce projet avait été initié.
Avec le recul, Johnathan Morin considère qu’à l’époque, « Blizzard n’a pas souhaité sortir de sa zone de confort » en cherchant à proposer Diablo à un autre public que sa cible originale. Un constat qui lui fait dire aussi, après l’annonce de Diablo Immortal en novembre dernier (précisément pour élargir l’audience de la licence), qu’avec Diablo Junior, il était sans doute « en avance sur son temps ». Reste à déterminer si les joueurs réserveront un meilleur accueil à Diablo Immortal que Blizzard South à Diablo Junior. 

Réactions (34)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Blizzard Entertainment ?

88 aiment, 72 pas.
Note moyenne : (164 évaluations)
3,1 / 10 - Mauvais