OGame a 20 ans et déploie de nouvelles « Formes de vie »

En octobre, OGame fêtera son vingtième anniversaire. Pour l'occasion, le MMO de stratégie s'apprête à déployer une mise à jour d'envergure, Formes de vie, qui renouvelle l'expérience de jeu en ajoutant quatre nouvelles espèces dont les capacités peuvent être combinées.

Ogame: Formes de vie

Le 3 octobre 2002, Alexander Rösner lançait la première mouture d’OGame, un MMO de gestion / stratégie de science-fiction jouable sur navigateurs web. Presque vingt ans plus tard, le même Alexander Rösner est le patron du groupe Gameforge qui assure l’exploitation d’OGame et le jeu de stratégie est maintenant disponible en 26 langues pour « plus de 100 millions de joueurs inscrits » à travers le monde. En 20 ans, OGame a significativement évolué et à l’occasion de ce vingtième anniversaire, le MMO s’apprête à se décliner aussi sur plateformes mobiles Android et iOS et à déployer l'une des mises à jour les plus imposantes de son histoire, « Formes de vie », débloquant pour la première fois quatre nouvelles espèces dans l'univers de jeu.

OGame, un classique du MMO de stratégie sur navigateurs web

Depuis son lancement en 2002, OGame s’impose comme l’une des références du MMO de gestion / stratégie sur navigateurs. Le joueur débute son épopée en posant les bases d’une petite colonie sur une lointaine planète qu’il faudra faire prospérer, économiquement ou militairement, pour s’imposer à la tête des classements des meilleurs stratèges de la galaxie. Pour y parvenir, le joueur devra installer les infrastructures qui permettront de récolter des ressources : principalement du métal, des cristaux et du deuterium qui serviront à ériger des bâtiments toujours plus évolués, à développer de nouvelles technologies et à construire des flottes de vaisseaux spatiaux civils ou militaires, qu'il faudra alimenter en énergie.
Au fil du temps, on améliorera les structures de sa planète et ses technologies de sorte d’améliorer aussi leur rendements de production.

Ogame: Formes de vie

Au gré de sa progression, le joueur pourra commencer à explorer la galaxie. Rapidement, on pourra installer des colonies sur d’autres lunes et planètes, commencer par piller discrètement des infrastructures abandonnées pour grappiller quelques ressources, voire trouver des alliés dans la galaxie ou au contraire lancer des raids contre les planètes développées par d’autres joueurs. Car l’univers d’OGame est partagé avec de nombreux autres stratèges ayant tous des desseins spécifiques : les uns seront plutôt pacifistes et enclins à rejoindre une alliance pour œuvrer de concert à leur rayonnement dans la galaxie (qualifiés de « mineurs »), les autres seront résolument belliqueux et trouveront leurs ressources en pillant leurs voisins (les « raiders »).

On comprend aisément les enjeux stratégiques d’OGame : faut-il investir rapidement ses premières ressources pour améliorer ses mines ou ses technologies afin de produire davantage (au risque de se faire piller par le premier malandrin de passage) ou au contraire consacrer ses ressources à ériger des défenses ? Construire des satellites produisant de l’énergie solaire à bon compte mais exposés aux assauts des raiders ou des centrales plus coûteuses mais plus faciles à protéger ? Faut-il produire majoritairement des vaisseaux de transport qui assureront le transit de ressources entre ses différentes planètes afin de les mettre en sécurité ou des vaisseaux de combat ? Et plutôt des chasseurs légers et maniables, peu onéreux et qu’on pourra sacrifier sans scrupule ou des vaisseaux lourds à la puissance de frappe plus imposante mais plus chers et plus longs à fabriquer ? Chaque type de vaisseaux à son rôle à jouer, des forces et des faiblesses, jusqu’aux imposantes étoiles de la mort capables de raser des planètes entières. Et considérant que certaines technologies peuvent nécessiter des heures, voire des jours pour se débloquer (le temps s’écoule plus vite sur certains serveurs pour limiter cette attente), quand faut-il en lancer les recherches, les constructions et autres fabrications d’engin pour optimiser leur usage ?

Autant de questions auxquelles les stratèges d’OGame sont régulièrement confrontés. Les principales mécaniques du jeu sont relativement aisées à appréhender, mais riche de ses 20 ans d’exploitation et de mises à jour, le jeu se révèle très complet et en maîtriser tous les rouages demandera du temps et une certaine expérience – que les vétérans sont généralement enclins à partager au sein de la communauté de jeu.

« Formes de vie », une nouvelle mise à jour majeure

Un MMO qui prend de l’âge se doit néanmoins de renouveler régulièrement ses mécaniques de jeu pour ne pas lasser ses vétérans. À l’occasion de son vingtième anniversaire, OGame s’apprête ainsi à déployer l’une des mises à jour les plus ambitieuses de son histoire (en bêta depuis fin mai). Intitulée « Formes de vie », la mise à jour majeure rebat les cartes de l’univers d’OGame en y intégrant quatre nouvelles « formes de vie ».

Concrètement, l’univers d’OGame comptera dorénavant quatre peuples distincts, les Humains, les Roctas, les Mécas et les Kaeleshs, chacun ayant ses propres bâtiments et technologies (12 bâtiments inédits pour chaque peuple, ou 48 au total, et pour 18 nouvelles technologies, soit un total de 72 nouvelles technologies spécifiques aux peuples). L’attrait de la mise à jour repose principalement sur le fait que ces nouveaux peuples ne sont pas des factions ou des races jouables, mais plutôt l’opportunité de façonner des civilisations diversifiées profitant des compétences de chaque peuple.

Ogame: Formes de vie

Les joueurs débutent sous les traits d’Humains (disponibles pour tous les joueurs dès le début) : dans la mise à jour, les Humains sont un peuple polyvalent qui voyage à travers la galaxie, s’entend avec les autres peuples avec qui entretenir des relations commerciales. Ils sont aussi un peuple capable de découvrir d’autres formes de vie. Grâce aux technologies, on pourra donc étudier de nouvelles espèces pour pouvoir construire plus de bâtiments et profiter des capacités spécifiques de chacune d’elles.

  • Les Roctas sont ainsi des mineurs habiles capables de générer une production accrue de ressources et d’énergie, et peuvent convertir en ressources les flottes détruites lors d’attaques sur leurs planètes.
  • Les Mécas sont contrôlés par une intelligence artificielle sans émotion, animée par la volonté d’asservir les autres formes de vie pour s’approprier leurs ressources, ils se reproduisent rapidement (car fabriqués dans des usines) et peuvent accélérer la construction de vaisseaux : par nature, ce sont des raiders particulièrement efficaces.
  • Enfin, les Kaeleshs sont des explorateurs qui consacrent leur temps à voyager à travers l’univers. Ils ont donc développé des technologies améliorant l’exploration, mènent des expéditions et des recherches plus efficacement que les autres peuples et obtiennent ainsi davantage de ressources. Grâce à leurs connaissances, les Kaeleshs « créent des lunes avec une plus grande probabilité et agrandissent les lunes des planètes qu’ils peuplent ».
Ogame: Formes de vie

Assez classiquement dans les jeux de gestion, développer de nouvelles capacités peut aussi avoir un coût. Dans l’extension « Formes de vie », ce coût passe par l’ajout de la nourriture sous forme de ressources : selon le développeur, les joueurs peuvent installer des formes de vie sur leur planète pour débloquer des technologies spécifiques à leur peuple, mais il convient de prendre garde à la production alimentaire. Lorsque les formes de vie consomment trop de nourriture trop rapidement, elles commencent à mourir de faim et peuvent même s'éteindre. Il faudra donc produire ou transporter de la nourriture sur les planètes hébergeant des formes de vie. 

L’objectif des joueurs sera donc de développer des civilisations qui combinent intelligemment les compétences des différentes formes de vie afin de profiter de chacune de leurs spécialités : les arbres tech de chaque espèce peuvent être combinés librement de sorte d’améliorer par exemple la puissance de combat, la recherche ou la production. On comprend que l’ajout de ces quatre formes de vie promet d'innombrables nouvelles stratégies pour conquérir l'espace, et plus les joueurs découvrent d’espèces, plus ils auront de possibilités.

Pour mémoire, OGame est distribué en free-to-play sur navigateurs web (en attendant un portage sur plateformes mobiles iOS et Android dans le courant de l'année) : pour se lancer à la conquête de l'univers, il suffit de créer un compte sur le site officiel.


Cet article s'inscrit dans le cadre d'une campagne publicitaire commandée par Gameforge. Il a été rédigé sur proposition de l'annonceur, sans intervention sur le fond, ni sur la forme.

Réactions (25)

Afficher sur le forum

  • En chargement...