Découverte de la Paris Games Week 2018

Si les années précédentes, les alentours de la Porte de Versailles s'habillaient de publicités de jeux vidéo à l'approche des vacances de la Toussaint, ce n'est pas le cas cette année. Malgré cette apparente sobriété, la Paris Games Week est belle et bien lancée. Est-ce que l'intérieur du salon est aussi morne que l'extérieur ? Nous allons le voir ensemble.

Est-il encore besoin de présenter la Paris Games Week ? Si pour vous la réponse est oui, je vous renvoi à l'article de l'année dernière. Autrement, n'hésitez pas à également y jeter un oeil pour vous remémorer l'édition précédente.

Maintenant que vous avez évidemment tous relu l'article de l'année dernière, vous vous rappelez que la nouveauté du salon de 2017 était l'initiative "Women in games", proposant via un espace dédié et des conférences de communication sur l'expérience des femmes dans l'industrie du jeu vidéo. Pour l'édition 2018, qui ouvre officiellement ses portes aujourd'hui après une soirée d'avant-première hier soir, la nouveauté est qu'il n'y a pas vraiment de nouveautés -- si ce n'est de mettre (un peu) en avant « l'accessibilité », c'est-à-dire le jeu vidéo conçu pour être accessible aux joueurs en situation de handicap, malvoyants ou à mobilité réduite.

Peu de nouveautés. Peu de publicités. On pourrait croire que le salon se dépérit.

Playstation Games Week

Si Playstation reste LE stand autour duquel tout le salon orbite. Il faut malheureusement reconnaître que la société a perdu de sa superbe à l'occasion de cette nouvelle édition du salon. Si l'année dernière, Sony avait profité de sa conférence pré-PGW pour faire une annonce inédite et que le stand présentaient de nombreux jeux exclusifs à venir, on ne peut que rester sur sa faim cette année.

On était un peu spoilés avec la conférence pré-E3 de Playstation qui avait eu lieu en juin : les jeux qui étaient systématiquement présentés depuis X années n'étaient plus là car ces Arlésiennes étaient enfin sorties. Ce qui signifie que les jeux étaient présentables l'année dernière mais n'étaient plus pertinents cette année. Et, là où le bat blesse, c'est qu'il n'y a plus grand-chose pour prendre la relève à présent.

Au point qu'il n'y a pas eu de conférence pré-PGW cette année et que le stand de Playstation repose sur Days Gone (récemment repoussé de février à avril pour éviter une période chargée en sorties), Spider-Man (sorti le mois dernier) mais également Black Ops 4 et FIFA 19.

Découverte de la Paris Games Week 2018
Stand Playstation

On note au passage que ni Activision-Blizzard ni Electronic Arts n'ont réellement fait le déplacement cette année -- si ce n'est sur les stands des consoliers. Si on peut le comprendre pour le premier qui organise sa BlizzCon 2018 une semaine plus tard, c'est plus surprenant pour le second qui est pourtant un acteur majeur.

La Battle Royale des Battles Royales

Pour compenser, on accueille deux nouveaux venus : Playerunknown's Battlegrounds (PUBG pour les intimes) et Fortnite.

Si PUBG était déjà présent l'année dernière, c'était au sein du stand XBox, dans le cadre de l'exclusivité console acquise par Microsoft. L'oisillon a depuis déployé ses ailes et pris son envole. Et si on le pensait déjà mort, il est bien présent à cette PGW 2018 avec son propre stand. Un des plus gros du salon qui plus est puisqu'il accueille jusqu'à 100 joueurs pour se faire une petite Battle Royale rien qu'entre nous.

Stand PUBG

Forcément, Fortnite est présent également pour la première fois et avec un stand encore plus gros. Et si PUBG met en avant son gameplay à travers son stand, Fortnite met plutôt en avant son état d'esprit. Ainsi, le jeu est un peu mis de côté dans un stand aux allures de parc d'attraction avec diverses activités ludiques (dont un taureau mécanique) où laisser parler la folie... et aussi un peu la compétition.

Stand Fortnite

Dans JeuxOnline, il y a Online

Mais dans PGW, il n'y a pas MMO, sinon ça s'appellerait PMMOGW, PGMMOW ou que sait-je encore.

Et, comme son nom l'indique assez bien, le MMO à la PGW, c'est pas ça. D'une part car il n'y a plus beaucoup de MMO en préparation (et aucun chez les gens venus présenter des jeux). D'autre part car pour la première fois, horreur, Final Fantasy 14 n'était pas présent sur le stand de Square Enix. À croire que faire jouer à Kingdom Hearts 3, Life is Strange 2, Shadow of the Tomb Raider et montrer Just Cause 4 pourrait toucher plus de monde que FF14.

Ainsi la présence du MMO sur le salon se résume à un stand ArenaNet dédié à Guild Wars 2. Malheureusement, pas d'image du jeu sur ce stand, uniquement la possibilité de se prendre en photo avec la réplique grandeur nature du chacal, une des montures du jeu, et possibilité de gagner des récompenses en publiant ensuite sa photo.

Stand ArenaNet

Je ne suis pas sûr d'être intéressé

Comme tu as tenu jusque là, je te donne quelques infos intéressantes : il y a des jeux qui peuvent mériter le déplacement pour les essayer.

Pour les amateurs de jeux Nintendo (histoire de commencer par le premier stand qu'on découvre en arrivant sur le salon), il est possible de s'essayer aux démos de Super Smash Bros Ultimate ou de Pokémon : Let's Go Pikachu / Evoli. Bien sûr, on peut au passage (re)découvrir leurs principaux autres jeux comme Super Mario Party, Mario Tennis Aces, Splatoon 2, etc. Et aussi mettre la main sur d'autres jeux à venir sur Switch, indés (Unruly Heroes, etc) ou non (Travis Strikes Again, Diablo 3, etc.).

Stand Nintendo - Super Smash Bros Ultimate
Stand Nintendo - Pokémon Let's Go

Sur le stand XBox, on pourra découvrir Ori and The Will of the Wisps et Devil May Cry 5 (dont les versions Ultra Collector ne devraient pas quitter l'archipel japonais).

Stand XBox

Chez Ubisoft, c'est The Division 2 qui est accessible le temps d'une démo. Probablement moins excitant, Starlink : Battle for Atlas est également présent. Si on n'a pas été refroidi par les DLC physiques, on le sera probablement en découvrant l'affichage expliquant que Norman participe au doublage du jeu.

Stand Ubisoft - Démo The Division 2

Du côté de Bandai Namco, si on s'est déjà essayé à SoulCalibur VI, il est possible de découvrir Jump Force, le jeu de combat (prévu pour le 15 février) mettant en scène les héros de la revue japonaise de manga Jump, ou encore Man of Medan, un jeu d'aventure horrifique.

Stand Bandai Namco

KOCH Media, petit mais costaud, frappe un grand coup en proposant de jouer à Metro Exodus.

Stand Koch Media - Metro Exodus

Dans un coin, on pourra trouver un stand avec d'un côté Warner Bros Games avec Hitman 2 et LEGO DC Super Villains, et de l'autre THQ Nordic avec Darksiders 3 et Generation Zero (jeu dont je n'avais jamais entendu parler, qui n'est clairement pas fini, mais qui a son potentiel).

Stands Warner Bros Games et THQ Nordic

Puis, égal à eux même, il y a Focus Home Interactive. Comme s'ils n'avaient strictement rien d'autre à nous raconter, ils se contentent de présenter la nouvelle édition de Farming Simulator. Je trouve ça un peu insultant pour le reste de leur catalogue.

Stand Focus Home Entertainment

Et à côté ?

À côté, c'est le classique : hardware, esport, merchandising, nourriture... et surtout pédagogique.

Si les marques et revendeurs hardware sont de plus en plus présents sur le salon, ma petite déception est de voir que Shadow n'était pas présent cette année. J'attendais avec impatience cette occasion pour découvrir l'impact des nouveaux tarifs des RTX 2000 sur le service de location de PC de jeu distants.

Dans les disparitions, on pourra également noter les opticiens -- néanmoins représenté par l'Asnav qui propose toujours de faire passer des tests de vue aux gamers dans le Hall 2. Après l'édition de l'année dernière et certains communiqués pour la PGW, on pouvait s'attendre à retrouver des opticiens sur le salon multipliant les solutions pour lutter contre la lumière bleue. C'est donc une surprise de constater que seul Gunnar est présent.

Pédago

Comme évoqué précédemment, la dimension pédagogique se développe encore plus au sein de la PGW 2018. Le stand Made In France est déplacé du second au premier pavillon, permettant de réaliser un pavillon 2 essentiellement tourné vers le pédagogique. On y trouve les informations sur les écoles et formations dédiées au jeu vidéo, des ateliers d'initiation au développement de jeux pour les plus jeunes, le fameux stand Women in Games mais surtout les espaces de la Paris Games Week Junior.

Stand Made in France - Extérieur

Ces espaces proposent de jouer à de nombreux jeux tous publics mais également de rencontrer le collectif PédaGoJeux qui explique aux parents les tenants et aboutissants de la pratique du jeu vidéo par les enfants. On y trouve également un stand de l'UCPA, proposant des activités sportives (à défaut de e-sportives) pour les enfants.

En conclusion

Au fil des années, on commence à connaitre le positionnement de la Paris Games Week : peu d'annonces ou d'exclusivités, mais la possibilité pour les visiteurs du salon d'essayer des jeux, parfois quelques mois avant leur sortie (et les périodes de Noël, importantes commercialement). Selon les organisateurs de la Paris Games Week 2018, le salon propose ainsi quand même cette année 41 jeux attendus avant la fin de l'année et 16 titres qui devraient sortir l'année prochaine.

Pour autant, l'édition 2018 ne sera probablement pas la meilleure édition de la Paris Games Week. Entre le manque de pub et des stands un peu moins attrayants du fait d'un calendrier moins propice et de certains acteurs manquants, on sera curieux de découvrir si ces facteurs auront des conséquences sur la fréquentation du salon.

Cependant, si on a l'occasion d'y aller (on a des entrées, on ne sait pas quoi faire en cette période de vacances scolaires ou autres raisons), il y a des jeux intéressants à découvrir et on ne perdra pas forcément son temps.

Stand Made in France - Intérieur

A côté de ce soucis de contenu, il faut relever l'organisation du salon qui me semble être la meilleure depuis sa création. Le stand Made in France, destiné à mettre en avant les productions françaises, est enfin dans une position lui offrant de la visibilité (pavillon 1, devant l'accès aux autres pavillons) et avec un peu de place pour les exposants qui s'y trouve. Les stands de merchandising et de nourriture sont mis aux fond, laissant les meilleurs places pour le jeu.

Dans cette lignée, la partie pédagogique profite d'un peu plus de place avec un pavillon quasiment dédié, situé entre le pavillon principal et celui dédié à l'esport, donc profitant des flux allant de l'un à l'autre.

Bref, si cette édition ne se présente pas sous les meilleurs hospices, on peut constater qu'ils ont appris des éditions précédentes et espérer qu'ils conservent ces bonnes résolutions pour les futures éditions.

Stand Feed

Réactions (20)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Paris Games Week 2018 ?

1 aime, 2 pas.
Note moyenne : (3 évaluations | 0 critique)
4,7 / 10 - Moyen