Espoirs 2015 : les MMO qu'on attend en Occident

L'année 2015 s'annonce à son tour riche en nouveaux MMO -- dont plusieurs se veulent des projets indépendants ou financés auprès des joueurs. Mais tous ou presque se veulent résolument ouverts, voire innovants. Lesquels testez-vous ?

Espoirs 2015 : les MMO qu'on attend en Occident

En Occident, l'année 2015 s'annonce riche en sorties de nouveaux MMO. Mais curieusement (ou signe des temps ?), nombre de ces jeux dans nos contrées sont des projets indépendants ou financés dans le cadre de campagnes participatives, notamment sur Kickstarter. Certains de ces projets affichent donc parfois des graphismes peu avenants (voire franchement repoussants) ou soulèvent de vraies questions quant leur qualité technique (voire leur jouabilité), mais tous promettent des mécaniques de gameplay résolument ouvertes, voire innovantes, et replaçant le joueur au coeur du gameplay.
Mais lesquels de ces mécaniques vous séduisent suffisamment pour passer outre les graphismes ou quelques dysfonctionnements ?

Albion Online (Sandbox Interactive)

1272926_215977988572995_557373723_o.jpg

Développé par le studio berlinois Sandbox Interactive, Albion Online se veut un MMO ouvert dont les serveurs sont accessibles sur toutes plateformes (PC, Mac et Linux, mais aussi mobiles Android et iOS), distribué en free-to-play. En termes de gameplay, le jeu repose sur des mécaniques résolument sandbox : dans un univers massif, les joueurs s'organisent en guilde et progressent sans classe ni niveau (les compétences sont progressivement débloquées et dépendent de l'équipement), fondent leur villages, les défendent et font vivre eux-mêmes l'économie in-game (tous les objets sont fabriqués par les joueurs). Le jeu se dévoile déjà ponctuellement dans le cadre d'alpha-tests de plus ou moins longue durée.

Camelot Unchained (City State Entertainment)

Screenshot Premier week-end Pré-alpha

Parfois considéré comme la suite spirituelle de Dark Age of Camelot, Camelot Unchained (du même Mark Jacobs) appuie son gameplay sur des guerres de royaumes à grande échelle et des affrontements entre joueurs. Financé grâce à des campagnes de levées de fonds auprès des joueurs (notamment sur KickStarter, puis sur le site officiel) en vue d'une monétisation via un abonnement mensuel, le MMO s'adresse ouvertement à un public de niche, hardcore : le jeu prétend rompre avec les canons du theme park (très peu de PvE), entend encourager les joueurs à prendre des risques et revendique un haut niveau de difficulté qui serait aujourd'hui oublié des MMO actuels.

EverQuest Next (Sony Online)

image2.jpg

Suite spirituelle des deux premiers EverQuest, EverQuest Next entend drastiquement faire évoluer le genre massivement multijoueur notamment grâce aux technologies d'intelligence artificielle du studio Storybricks : elles promettent un monde vivant, réellement dynamique et évolutif au gré des choix des joueurs -- la faune s'adapte aux comportements personnels et collectifs des joueurs et des autres PNJs, les animations d'envergure peuvent changer radicalement l'orientation d'un serveur (le développeur promet une « vie de conséquences », des personnages qui réagissent et s'adaptent aux événements ou aux objets, afin d'éviter les contenus répétitifs). En termes de gameplay, EverQuest Next s'appuie sur un système de « multiclasses » à débloquer et associées à des « mots clefs » afin de développer des synergies avec les compétences des autres joueurs.
EverQuest Next ne sera peut-être pas pleinement lancé en 2015, mais le MMORPG se veut la priorité de Sony Online cette année. On peut raisonnablement espérer un alpha, voire un bêta-test courant 2015.

H1Z1 (Sony Online)

h1z1_screens_028.jpg

Les jeux de survie sont populaires et le studio Sony Online entend adapter le genre dans un format massivement multijoueur. H1Z1 nous plonge donc au coeur des États-Unis dans un futur proche, alors que le monde est frappé par une pandémie changeant l'humanité en zombies... Grâce au moteur Forgelight (déjà éprouvé dans PlanetSide 2), le jeu promet un (très) vaste univers ouvert et persistant susceptible d'accueillir quelque 2000 joueurs par serveurs (que certains joueurs pourront personnaliser ou non).
Le gameplay de H1Z1 repose uniquement sur l'interaction des joueurs invités à s'associer (pour fabriquer des campements, mutualiser des ressources) ou s'opposer (pour piller les ressources ou véhicules d'autres clans) afin d'augmenter leur chance de survie dans un monde hostile.

Life is Feudal

Un monde massif à explorer

Porté par une toute petite équipe de développeurs, Life of Feudal plonge le joueur dans un monde médiéval plutôt sombre et (relativement) réaliste. Le gameplay se veut très ouvert : l'univers de jeu est construit sans instance, peut être totalement terraformé (on peut aplanir un terrain pour y ériger une cabane ou creuser un tunnel -- si l'on est prêt à y consacrer de très nombreuses heures de jeu), la progression repose sur l'utilisation de compétences, les mécanismes PvP sont sans restriction (pas ou peu de zones sûres, full loot) et le système d'artisanat se veut riche et nécessaire (les joueurs doivent cuisiner et se nourrir, fabriquer eux-mêmes leur équipement, etc.).

Pathfinder Online (Goblinworks)

PFO_Player_Housing_BaseCamp.jpg

Inspiré du jeu de rôle du même nom et développé par une équipe ayant fait ses armes chez CCP Games, Pathfinder Online promet, sur le papier, un monde totalement confié aux joueurs : construction de campements, qui pourront devenir des cités, voire des empires, des mécanismes d'organisation politique, très peu de PNJ et un système économique encourageant les interactions entre les joueurs, entre autres.
Actuellement en alpha-test et attendu en version commerciale d'ici deux à trois ans, Pathfinder Online est d'ores et déjà jouable via un accès anticipé (vendu très cher), malgré un état technique encore très précaire. Le modèle économique interroge.

Skyforge (Team Allods, Obsidian)

20140519121520a0dsfw8so0z6u509.jpg

Développé en Russie par la Team Allods (déjà l'origine d'Allods Online) secondé par le studio Obsidian Entertainment, Skyforge nous plonge dans un monde mêlant fantasy et science-fiction. Le jeu promet de nombreuses classes jouables, certaines très originales et qu'on débloque au gré du jeu, ou encore un gameplay PvE et PvP dynamique et spectaculaire notamment fait de combinaisons d'attaques.
Dans Skyforge, le joueur aspire surtout à l'immortalité, voire à la divinité (intégrant un gameplay mêlant gestion et stratégie) : on pourra fonder son ordre religieux, recruter des fidèles prêchant la bonne parole à travers le monde et oeuvrant pour l'aura du joueur, érigeant des temples qui permettront de débloquer des pouvoirs (divins) de haut niveau.

Star Citizen (Cloud Imperium Games Corporation)

Module FPS

À bien des égards, la simulation spatiale Star Citizen de Chris Roberts (le papa des Wing Commander) fait figure d'OVNI dans le paysage vidéo ludique online actuel -- et pas uniquement du fait de son univers de science-fiction. Le jeu se démarque d'abord par son mode de financement participatif : sur la base d'une simple campagne KickStarter ensuite largement prolongée sur le site officiel, le studio Cloud Imperium Games Corporation a réussi à lever plus de 68 millions de dollars auprès des joueurs (un record). Le jeu se distingue aussi par son ambition : du fait de son financement, des nouveaux « modules » et fonctionnalités sont régulièrement ajoutés (promis) à la version de base : le MMO se complète donc d'une campagne solo, de serveurs personnalisés, d'un mode FPS, de mode de combats spatiaux, etc. À terme, Star Citizen doit ainsi permettre aux joueurs d'explorer la galaxie, de fonder des empires galactiques, de s'improviser pilote, commerçant ou contrebandiers, naviguant au milieu de dizaines de systèmes originaux... L'enjeu de 2015 sera sans de répondre aux attentes (colossales) des joueurs.
Si l'on n'attend sans doute pas l'intégralité de Star Citizen en 2015, plusieurs nouveaux modules jouables doivent néanmoins être progressivement lancés cette année.

The Repopulation (Above and Beyond Technologies)

Combat 3

Si The Repopulation apparait comme un projet plutôt modeste, d'aucuns y voient le digne successeur de feu Star Wars Galaxies. Dans un univers de science-fiction où l'humanité est au bord de l'extension, le joueur (un simple colon) est plongé au coeur d'un gameplay ouvert reposant sur l'interaction des joueurs ou des quêtes générées de façon dynamique. Il faudra survivre dans un monde dangereux, rejoindre l'une des deux grandes factions jouables ou fonder la sienne et tenter d'y trouver sa place comme combattant par exemple, ou en tant que diplomate pacifiste, commerçant ou artisan capable d'ériger des cités... On pourra explorer le monde en véhciule ou en dressant des créatures, tout en participant à des événements majeurs pouvant changer la face du monde.

Warhammer 40 000 - Eternal Crusade (Behaviour Interactive)

WH40KEC_InGameCapture_Sept2014_01.jpg

Inspiré de la licence Warhammer 40k, Eternal Crusade plonge le joueur dans un monde en guerre. Après avoir choisi sa faction (les Space Marines, les Chaos Space Marines, les Eldars ou les Orks -- cette dernière faction est jouable en free-to-play), le joueur intègre une escouade et se lance à l'assaut de champs de batailles qui se veulent réellement massifs, géré de façon procédurale pour renouveler d'expérience de jeu, afin de conquérir des planètes entières. Le jeu promet un système de hiérarchie militaire stricte (au gré des combats, le joueur gagne des grades et prend le commandement d'autres joueurs toujours plus nombreux), permettant de définir des stratégies globales ambitieuses.

Espoirs 2015 : les MMO venus d'Asie

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.