Espoirs 2015 : jeux en ligne et quasi MMO

Les MMO prennent des formes de plus en plus diverses, parfois en prenant quelques libertés avec les canons du genre. Ces « quasi-MMO » sont néanmoins de plus en plus nombreux et de plus en plus populaires. Mais lesquels testerez-vous en 2015 ?

Espoirs 2015 : jeux en ligne et quasi MMO

C'est une évidence, la scène « MMO » évolue drastiquement, faisant cohabiter des jeux massivement multijoueurs purs et durs et des jeux en ligne qui empruntent certains pans de leur gameplay aux MMO (mais aussi aux MOBA, aux shooters, aux jeux de stratégie) mais en en récusant le qualificatif ou des titres se voulant des MMO mais dont le contenu rompt avec les canons du genre (parce qu'ils sont un tantinet moins persistants ou revendiquent parfois la possibilité de jouer seul, sans réelles interactions avec les autres joueurs).
Aujourd'hui, les frontières du MMO sont de plus en plus floues, les « MMO-light » et autres « quasi-MMO » sont de plus en plus nombreux, permettent aussi de s'amuser (différemment) et occupent une place croissante à la fois dans l'industrie du jeu en ligne et le temps de jeu des joueurs. Mais lesquels de ces titres hybrides à venir piquent votre curiosité ? Lesquels souhaitez-vous tester ? Petite sélection non exhaustive.

EVE Valkyrie (CCP Games)

Dogfight

Considéré peu ou prou comme un projet expérimental, EVE Valkyrie était dévoilé pour la première fois dans le cadre du Fanfest 2013 du studio CCP. Le jeu s'appuie sur l'univers d'Eve Online mais revendique un gameplay bien plus dynamique reposant sur des combats spatiaux multijoueurs (où chaque a un rôle à jouer dans une escouade, offensif, défensif ou de support). La principale originalité du titre tient néanmoins à sa volonté d'immersion : EVE Valkyrie est jouable avec un casque 3D (l'Oculus Rift et le Project Morpheus), permettant d'évoluer dans un monde à 360°.

Gigantic (Motiga)

Capture d'écran de Gigantic

On dit le petit monde des MOBA très encombré et particulièrement concurrentiel. C'est sans doute vrai tant il est dominé par deux ténors (League of Legends et Dota 2) en plus d'une cohorte de titres prétendant leur ravir leur trône (en vain jusqu'à présent). Pour autant, certains n'hésitent pas à investir le secteur... et en semble en mesure de séduire les joueurs. Gigantic pourrait être l'un d'eux. Outre une patte graphique originale et une équipe particulièrement expériemntée, le jeu se veut un vrai MOBA (deux équipes de joueurs s'opposent pour le contrôle d'une map), mais supprime la notion de bases pour la remplacer par une créature colossale dans chaque équipe, qu'il faudra tantôt protéger, tantôt utiliser au combat. De quoi bousculer le monde bien structuré du MOBA ?

Heroes of the Storm (Blizzard)

Mode observateur (alpha)

Développé par Blizzard et mettant en scène les principaux héros des grandes licences du studio, Heroes of the Storm lorgne du côté des MOBA sans pour autant en revendiquer le qualificatif. Car là où les MOBA sont souvent un brin difficiles d'accès (très punitifs avec les nouveaux joueurs, nécessitant un gros investissement pour évoluer à haut niveau), HotS se veut plus accessible grâce à des objectifs intermédiaires à remplir ou des cartes qui pimentent le gameplay. Quelques atouts qui pourraient chambouler la scène bien établie des MOBA.

Hex: Shards of Fate (Cryptozoic)

Game_Screen_1.jpg

Longtemps resté l'apanage de WotC, les jeux (en ligne) de cartes à collectionner connaissent aujourd'hui un regain d'intérêt de la part des joueurs (et des développeurs), notamment depuis le succès commercial d'HearthStone. D'autres prétendent aussi s'arroger une place dans le secteur et Hex: Shards of Fate entend y parvenir en appliquant des mécaniques de MMO à son gameplay de TCG. En plus d'accumuler des cartes et composer des decks stratégiques, Hex promet (à termes) des affrontements entre joueurs mais aussi des campagnes solos ou encore des donjons à explorer, le tout, cartes en main.

No Man's Sky (Hello Game)

14990514602_00e0bcddcb_o.jpg

Développé discrètement par le (petit) studio (indépendant) britannique Hello Game, No Man's Sky s'est imposé comme l'une des surprises de l'E3 2014, notamment grâce à la technologie sur laquelle le jeu repose. No Man's Sky se veut un jeu d'exploration, et revendique ainsi sur un univers quasi illimité, généré de façon procédurale. Le joueur explore la galaxie colossale aux commandes d'un vaisseau, découvre et cartographie une multitude de planètes ayant toutes un écosystème et une faune spécifique. No Man's Sky se veut un jeu multijoueur, mais tellement vaste que le développeur doute que les joueurs se croisent souvent.

Overwatch (Blizzard)

King's Row

Annoncé à la surprise (presque) générale dans le cadre de la BlizzCon 2014, Overwatch se veut la prochaine super-production de Blizzard (après l'annulation du projet Titan) -- et c'est sans doute suffisant, en soi, pour attirer l'attention. Overwatch prend la forme d'un shooter multijoueur, reposant sur l'affrontement de deux équipes de joueurs, composées de héros emblématiques aux capacités originales. Le jeu revendique un gameplay mêlant action et stratégie.

Shadow Realms (Bioware)

shadow.jpg

Sans doute représentatif de l'évolution du jeu en ligne (ou du quasi MMO), le Shadow Realms de Bioware s'inspire des classiques du jeu de rôle sur table. Le jeu nous plonge dans notre univers contemporain, mais hanté de créatures de cauchemars issues de l'imaginaire horrifique. Outre son atmosphère, le jeu entend se démarquer par son gameplay : quatre joueurs coopèrent pour progresser dans des donjons qui auront été façonnés par un cinquième protagoniste endossant le rôle de shadow lord, sorte de maître de jeu machiavélique contrôlant les monstres de son domaine et cherchant à dresser des obstacles devant le groupe d'aventuriers. Quand le jeu en ligne imbrique un contenu coopératif et compétitif dans un même gameplay.

Shroud of the Avatar (Portalarium)

SotA_R11_Player_Screenshot8.jpg

De prime abord, Shroud of the Avatar intrigue du fait de son créateur, Richard Garriott, l'un des pères occidentaux du MMO. Ensuite, le jeu suscite une vraie curiosité du fait de sa forme hybride : SotA se veut d'abord un RPG de la vieille école, avec une histoire à vivre, qui puise son inspiration dans les premiers Ultima (du même Richard Garriott), mais y adjoint des mécaniques de MMO sandbox (un monde relativement ouvert, un système de housing non instancié, des mécaniques de PvP très présentes)... Le jeu est déjà disponible en accès anticipé et attendu au cours du premier semestre 2015.

The Division (Ubisoft)

TD_screen_GC_enemytagging_20140813_10amCET_1407886698.jpg

Déjà repoussé plusieurs fois mais manifestement très ambitieux (au moins sur un plan technologique et narratif), The Division se classe dans la droite ligne de ces « jeux de rôle multijoueurs en monde ouvert ». Dans un futur proche, l'humanité est décimée par une pandémie et en proie au chaos. Le joueur incarne un membre de la Division devant restaurer l'ordre et l'autorité, notamment en identifiant les causes de l'apocalypse. Le jeu suscite au moins un peu de curiosité pour sa volonté de réalisme (graphique) et sa dimension politique (narrative).

Trove (Trion Worlds)

TROVE_POSE_Dracolyte_04.jpg

Dans la droite ligne de Minecraft, les projets en ligne permettant aux joueurs de laisser leur créativité s'exprimer ont manifestement la cote. Trove, réalisé par le studio Trion Worlds, est l'un d'eux, et permet à la fois de façonner l'univers de jeu, de l'explorer, d'y affronter la faune (des monstres cubiques) ou encore de remplir des quêtes plus ou moins épiques... le tout en s'appuyant surtout sur un ton totalement décalé -- un barbare attaquant avec des bonbons rivalise avec un ninja armé de lasers, entre autres.

Précédent
Espoirs 2015 : les MMO venus d'Asie

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.