Zoom sur Neverwinter

La série des Neverwinter (en 1991, 2002 et 2006) a souvent été pionnière en matière de jeu en ligne, empruntant ses mécanismes aux jeux de rôle sur table, invitant des maîtres de jeux à imaginer des histoires pour les faire jouer à ses aventuriers. En 2013, le Neverwinter de Cryptic reprend ce principe, immerge le joueur au coeur de Faerûne et intègre un éditeur de scénarios pleinement intégré à l'univers officiel du MMO d'action.

Si la licence Neverwinter, qui plonge le joueur au coeur de l'univers de Donjons et Dragons, n'est peut-être pas la plus connue du grand public, elle peut néanmoins se vanter d'une longue histoire vidéo ludique, faisant toujours figure de pionnière en matière de jeu en ligne.

Zoom sur Neverwinter

Dès 1991, NeverWinter servait de décors à ce que d'aucuns considèrent aujourd'hui comme l'un des tout premiers « MMORPG » grand public, développé à l'époque par le studio Stormfront en collaboration avec le fournisseur d'accès AOL. Fort de graphismes pixellisés et en 3D isométrique, le jeu comptera quelque 100 000 adeptes américains entre 1991 et 1997 sur des serveurs pouvant chacun accueillir une cinquantaine d'aventuriers. Modestement, les bases du MMO étaient posées. Quelques années plus tard, en 2002, le studio Bioware, qui avait déjà ressuscité le jeu de rôle sur PC avec la série des Baldur's Gate, ressortait la licence des cartons avec Neverwinter Nights et ses extension et Obsdian fera de même en 2006 avec Neverwinter Nights 2. À leur tour, ces nouveaux deux opus marqueront l'histoire vidéo ludique, notamment en complétant leurs campagnes scénarisées (l'une des spécialités de Bioware) d'un éditeur de contenu invitant les joueurs à créer leur propre scénario et les partager en ligne. L'éditeur n'était pas très simple à prendre en main (il fallait au moins maîtriser des rudiments de code) et les scénarios complexes à partager (les héberger pour les faire jouer pouvaient s'avérer un véritable casse-tête), mais le jeu vidéo adaptait néanmoins les grands principes du jeu de rôle sur table (un maître de jeu imaginant une histoire et des joueurs pour la vivre).

nw_charactercustomization2_012413_09.jpg

C'est donc avec un certain enthousiasme qu'on accueillait l'officialisation du développement d'un nouveau Neverwinter en 2010, confié à Cryptic Studios alors dans le giron d'Atari (en charge des adaptations vidéo ludiques des licences Donjons et Dragons). On connait la suite : du fait de difficultés financières, Atari devra vendre Cryptic au groupe Beijing Perfect World et le développement du « MMO coopératif » Neverwinter semblait compromis. L'acquéreur chinois relancera néanmoins la conception du jeu, fort d'une ambition nouvelle plus massive et plus communautaire, intégrant une dimension d'action au gameplay.
Le jeu qu'on attendait initialement en 2011 sera plusieurs fois retardé, mais se dévoile néanmoins depuis déjà quelques mois dans le cadre de la plupart des salons vidéo ludiques occidentaux (l'été dernier à Cologne dans le cadre de la Gamescom, puis aux Etats-Unis durant la PAX Prime en septembre 2012 ou encore pour la première fois en France durant la Paris Games Week où nous avions rencontré Nic van't Schip, product manager européen du jeu) et Neverwinter s'annonce finalement aujourd'hui en bêta-test en ce début d'année 2013, en plus d'afficher quelques originalités de gameplay.

Neverwinter se met à table

nw_charactercustomization2_012413_04.jpg

Au-delà des démos jouables testées ici ou là (mettant notamment en scène la mission du pirate Black Dagger), on commence aujourd'hui à mieux appréhender le contenu de ce nouveau Neverwinter, mais aussi ses enjeux et ses ambitions.
Car le MMO d'action développé par le studio Cryptic et édité par Perfect World évoque forcément un double héritage : d'abord il fait évidemment référence à l'univers de Donjons et Dragons et aux jeux de rôles sur tables (dont il reprendre les règles et les codes). Et ensuite, il se revendique pleinement dans la continuité des premiers NeverWinter Nights (les deux opus estampillés Bioware puis Obsdian), dont il s'approprie le concept de « jeu avec éditeur » dont les joueurs façonnent le contenu au gré de leur créativité, mais remis au goût du jour.

Un serveur unique pour les héberger tous

Réactions (81)


Que pensez-vous de Neverwinter ?

148 aiment, 73 pas.
Note moyenne : (239 évaluations | 33 critiques)
5,8 / 10 - Assez bien
Evaluation détaillée de Neverwinter
(104 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

170 joliens y jouent, 345 y ont joué.