Pour PEGI aussi, les loot boxes ne sont pas des jeux d'argent – mais les joueurs se mobilisent

Aux États-Unis, l'ESRB indiquait récemment ne pas considérer que les loot boxes relèvent du régime des jeux d'argent et PEGI adopte la même position. Les joueurs (britanniques) se mobilisent néanmoins et saisissent le parlement anglais de la question.

Pour PEGI aussi, les loot boxes ne sont pas des jeux d'argent – mais les joueurs se mobilisent

On se faisait l'écho récemment des interrogations des joueurs sur le système de loot boxes : le mécanisme qui sous-tend ces coffres virtuels que l'on peut acheter dans les boutiques de jeux en ligne contre espèces sonnantes et trébuchantes et dont le contenu est aléatoire (une babiole ou un objet rare, selon la « chance » de l'acheteur), doit-il être assimilé à celui des jeux d'argent (une mise dans l'espoir d'un gros lot) ? Sollicité sur la question, l'ESRB, en charge de la classification des jeux vidéo aux Etats-Unis, répondait par la négative : les loot boxes ne relèvent pas du régime des jeux d'argent.

L'avis de PEGI : incompétent pour se prononcer au fond

L'autorité américaine a rendu son avis et l'expliquait, et dans la foulée, PEGI fait de même. Et l'organisme en charge de la classification des jeux en Europe partage le même avis que son homologue outre-Atlantique, mais pour des raisons différentes expliquées à WCCFTech.

« En bref, notre approche est similaire à celle de l'ESRB (et je pense qu'il en est de même pour tous les organismes de classification, incluant l'USK en Allemagne). La principale raison en est que nous ne pouvons pas définir arbitrairement ce qui relève du jeu d'argent.
Cette définition est de la responsabilité des commissions nationales en charge des jeux d'argent. Notre descripteur relatif aux jeux d'argent est attribué aux jeux qui simulent ou enseignent l'usage des jeux d'argent, tel qu'ils apparaissent dans la réalité, dans les casinos, les champs de courses, etc. Si une commission des jeux d'argent établit que les loot boxes sont une forme de jeu d'argent, alors nous ajusterons nos critères en conséquence. »

Et manifestement, certains joueurs (britanniques) ont pris les commentaires de PEGI au pied de la lettre, en initiant une pétition sur le site du parlement britannique qui permet aux ressortissants locaux d'attirer l'attention de leurs représentants sur des sujets de société -- ici, sur le régime juridique applicable aux loot boxes de jeux en ligne.
La pétition, qui compte à cette heure plus de 11 000 signatures, souligne notamment que le système de loot boxes n'est pas considéré aujourd'hui comme un jeu d'argent au regard de la loi, mais qu'il en reprend néanmoins les principaux ressorts psychologiques, s'avère addictif, peut impliquer des dépenses en argent réel et vise les mineurs et les adultes vulnérables.

Le parlement britannique saisi de la question

En conséquence, Daniel Zeichner, député travailliste de Cambridge, s'est saisi de la problématique et a donc soumis deux questions écrites à la secrétaire d'État britannique en charge du numérique, de la culture, des médias et du sport afin de déterminer d'abord ce qu'elle « prévoit de mettre en oeuvre pour contribuer à protéger les adultes vulnérables et les mineurs contre les jeux d'argent illégaux, ainsi que contre les jeux d'argent et de hasard et les loot boxes dans les jeux vidéo » ; et ensuite, d'une part, « quelle évaluation fait le gouvernement de l'efficacité des protections accrues en vigueur dans l'Île de Man contre les jeux de hasard et d'argent illégaux, et contre ceux présents dans les jeux vidéo et les loot boxes », et d'autre part quelles discussions la secrétaire d'Etat « elle-t-a tenues avec ses collègues du Cabinet sur l'adoption de telles mesures de protections au Royaume-Uni » ?
En d'autres termes, le député attend une réponse du gouvernement britannique quant au fait ou non de considérer les loot boxes comme des jeux de hasard et d'argent et le cas échéant, s'il convient d'appliquer sur l'ensemble territoire britannique les dispositions en vigueur dans l'Île de Man, le seul territoire britannique à ce jour qui définit expressément les objets virtuels (de jeux vidéo) comme ayant une valeur pécuniaire dans sa loi sur les jeux d'argent, et qui permettrait d'appliquer la législation sur les jeux d'argent aux pratiques en vigueur dans certaines boutiques de jeux en ligne.
On sera donc curieux de découvrir les réponses du gouvernement britannique aux deux questions du député Daniel Zeichner, en principe au cours des prochaines semaines.

Réactions (61)


  • En chargement...