De plus en plus de joueurs mobiles, mais qui ne dépensent pas

Le marché du jeu mobile compte de plus en plus d'adeptes (déjà deux fois plus que de joueurs de MMO free-to-play). Mais ces mêmes jeux mobiles s'avèrent complexes à monétiser et le marché est déjà très concurrentiel.

De plus en plus de joueurs mobiles, mais qui ne dépensent pas

Que ce soit en Asie ou en Occident, le jeu mobile est traditionnellement considéré comme particulièrement porteur (et en forte croissance) au sein de l'industrie vidéo ludique. Au point que certains imaginent déjà le jeu mobile supplanter son homologue sur console de salon. On ne préjugera évidemment pas de l'avenir, mais si le jeu sur mobile compte effectivement de plus en plus d'adeptes, ils dépensent manifestement infiniment moins que les joueurs sur PC ou consoles et le contenu ludique sur tablettes et smartphones s'avèrent difficiles à monétiser. C'est la conclusion de l'étude menée par l'institut Interpret.

Ainsi, si 48 millions d'américains jouent aujourd'hui sur leurs plateformes mobiles (« plus du double des 23 millions de joueurs de MMO free-to-play sur PC »), leurs « dépenses moyennes sont bien moindre que chez leurs homologues sur PC ou consoles ».
Selon l'institut, les joueurs américains dépenseraient mensuellement et en moyenne 0,92$ pour acheter des jeux sur mobiles, auxquels s'ajoute une dépense de 0,79$ de contenus additionnels (des objets virtuels). Pis, ils ne seraient que 47% à avoir accepté de payer un jeu sur mobile au cours du semestre et seulement 21% à fréquenter les boutiques in-game. En comparaison, les joueurs de MMO free-to-play dépensent chaque mois 3,25$ (plus du double) alors que les joueurs de MMO payants (financés par la vente de boîtes et/ou d'abonnements éventuellement complétés d'une boutique), y consacrent un budget mensuel de 4,25$ en moyenne.
Mais les Américains les plus dépensiers seraient encore les joueurs sur consoles (achetant des jeux et des packs de contenus additionnels - et ils sont 75% à avoir concrétisé un achat au cours des six derniers mois), dépensant en moyenne quelque 10,40$ par mois. Et même si le chiffre doit être nuancé par « une base de joueurs console relativement réduite », ce marché représente « un net avantage pour les développeurs au regard du profil financiers de ces joueurs ».

Et l'institut Interpret de conclure : « le marché du jeu mobile apparait comme un très grand pot de gâteaux, mais le col de ce pot est très étroit, les gâteaux sont tout petits et de nombreuses mains essaient de les attraper ». Le jeu mobile est certes en forte croissance, permet de concevoir des jeux à moindre coûts, mais s'avère complexe à rentabiliser. Les plateformes traditionnelles (PC, consoles) ont peut-être encore quelques beaux jou(eu)rs devant elles.

Réactions (10)


  • En chargement...