Blizzard et Valve déboutés face à uCool (pour l'instant)

Le studio uCool signe le jeu mobile Heroes Charge dont le contenu (les personnages) s'inspirerait des licences de Blizzard et Valve. Le duo demandait donc la fermeture du jeu devant les tribunaux, uCool la contestait et vient d'obtenir raison.

On se souvient de cette affaire plutôt complexe : le studio taiwanais Lilith Games signe le jeu mobile DOTA Legends (qu'on connait en Occident sous le titre Soul Clash), dont le contenu s'inspire manifestement des créations et licence de Blizzard et de Valve, issues respectivement de l'univers Warcraft et de Dota 2. Blizzard et Valve engageaient donc des poursuites contre Lilith Games, mais aussi contre le studio californien uCool, lui-même exploitant du jeu Heroes Charge qui apparait comme un clone de DOTA Legends et valant donc au studio américain d'être aussi poursuivi par Lilith Games -- on évoquait l'affaire plus en détails par ici.

Blizzard et Valve déboutés face à uCool (pour l'instant)

Sous le coup des poursuites de Blizzard et Valve réclamant une injection de fermeture des deux jeux litigieux (DOTA Legends et Heroes Clash), le studio uCool contrattaquait, estimant non fondé l'injonction des deux géants du jeu en ligne. Et les juges de Californie viennent de donner raison au petit studio, sur la base de deux principaux arguments.
uCool évoquait d'abord le manque de précision de la demande de Blizzard et Valve : le duo reprochait notamment à uCool la « copie de dizaines de personnages », mais sans préciser quels personnages de l'un s'inspireraient de quels personnages de l'autre (le fait qu'Heroes Charge soit un jeu en 2D complique en outre l'identification de similitudes entre ses personnages et ceux de l'univers de Warcaft, notamment). Des accusations trop vagues qui ne permettraient pas à uCool d'en discuter précisément le fondement et privant donc le studio de sa capacité à se défendre équitablement. Ensuite, uCool entend également discuter du caractère « protégeable » des contenus qui auraient été copiés : pour bénéficier du régime du copyright, un personnage doit être suffisamment distinctif (faire montre de suffisamment d'originalités pour le démarquer de personnages lambda). Selon la jurisprudence Towle, les juges américains retiennent trois principaux critères : l'apparence physique du personnage, des éléments suffisamment distinctifs pour qu'il soit reconnaissable dans les différentes productions où il apparait et enfin avoir des éléments d'expression uniques. Dans leur requête, Blizzard et Valve se contentent d'évoquer les noms des personnages concernés, leurs armes ou leurs compétences, ce que le juge considère comme insuffisamment distinctifs pour qu'ils bénéficient des principes du copyright américain.

Autant de raisons qui poussent le juge rejeter la requête de Blizzard et Valve réclamant la fermeture définitive de Heroes Charge... mais seulement temporairement. Le juge autorise en effet le duo à présenter de nouveau sa requête ultérieurement, cette fois dument précisée et complétée. Et on imagine qu'alors, le verdict pourrait être différent.

Réactions (45)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Blizzard Entertainment ?

77 aiment, 47 pas.
Note moyenne : (127 évaluations)
5,7 / 10 - Assez bien