Richard Garriott entendu dans le cadre de son procès contre NCsoft

En quittant NCsoft fin 2008, Richard Garriott estime avoir perdu 47 millions de dollars. Il réclame réparation devant les tribunaux américains.
Richard Garriott entendu dans le cadre de son procès contre NCsoft

On s'en souvient, en novembre 2008, suite à l'échec commercial de Tabula Rasa, Richard Garriott (alors producteur du MMO de science-fiction) quittait son emploi chez l'éditeur NCsoft. Quelques mois plus tard, on apprenait que Garriott engageait des poursuites contre son ancien employeur et lui réclamait plusieurs millions de dollars de dommages et intérêts.
Hier, Richard Garriott était entendu par les juridictions texanes en charge de l'affaire, dont on comprend mieux les enjeux.

A en croire Richard Garriott, il aurait été licencié par NCsoft quand l'ancien employeur affirme au contraire que Garriott aurait démissionné de son propre chef. La distinction a son importance car une démission obligeait Richard Garriott à vendre ses 10 millions de dollars actions du groupe dans les 90 jours suivant son départ alors qu'un licenciement lui accordait un délai de 10 ans pour s'exécuter.
Or, Richard Garriott a quitté NCsoft alors que le cours de l'action était au plus bas (notamment à cause de l'échec commercial de Tabula Rasa). Quelques mois plus tard, la valeur des actions NCsoft grimpait en flèche avec le lancement coréen d'Aion. A en croire Richard Garriott, cette vente prématurée lui aurait coûtée 27 millions de dollars (d'autant que son licenciement lui aurait été signifié alors qu'il rentrait tout juste d'un séjour dans l'espace - on le sait passionné par les voyages spatiaux - et était encore en quarantaine dans une base russe).

Si Richard Garriott concède que les mots « licenciements » ou « viré » n'ont pas été expressément prononcés, il considère que son renvoi était « une évidence » dans le contexte de la vague de licenciements menée par NCsoft à l'époque. De son côté, Kim Chung, CEO des bureaux américains de NCsoft, a nié le licenciement devant les juges.

Réactions (102)