Le Nom Réel, du débat à la fronde communautaire

Le Nom Réel, du débat à la fronde communautaire

Quelles que soient les (bonnes ou mauvaises) motivations de Blizzard, cette décision du développeur fait aujourd'hui débat. Non seulement les joueurs semblent très largement hostiles à l'idée de voir leur identité dévoilée (on comptabilise quelque 50 000 contributions en moins de 48 heures sur l'ensemble des forums officiels, plusieurs milliers de sujets modérés et presque autant de comptes suspendus pour avoir tenus des propos jugés trop virulents par l'équipe de modération de Blizzard), mais la mesure trouve aussi un large écho dans la presse généraliste (la BBC, RTL Info en Belgique ou encore les colonnes du Monde en France, tous contactés par des joueurs, consacrent des articles à la déferlante communautaire). De même dans la presse spécialisée qui titre avec plus ou moins d'esprit (« Real ID, Real Bad Idea », « On a trouvé le prochain "WOW killer" : le Real ID », etc.) et plus encore chez les rédacteurs de blogs, notamment américains quand bien même la protection de la vie privée n'est pas un principe fondamental majeur Outre-atlantique (Church of Pangoria, qui relaie l'actualité des MMO, a par exemple décidé de ne plus suivre World of Warcraft et a supprimé toute référence au MMORPG de Blizzard dans ses colonnes).

Du débat à la fronde communautaire

Et on comprend plutôt la fronde, à plus d'un titre. Les uns ne comprennent pas que l'anonymat garanti depuis près de six ans soit brusquement levé. Les autres disent n'avoir aucune envie de découvrir par hasard un voisin, un collègue ou un client parmi les membres de sa guilde ou de son groupe. Plus largement, on s'inquiète légitimement des risques de piratages des Noms Réels (un script aurait déjà été découvert permettant à des add-on de collecter les identités des joueurs) ou de la possible indexation de ces identités par les moteurs de recherches, cataloguant les uns ou les autres pour des années dans la grande famille des « geeks » férus de MMORPG.
La mesure est d'autant moins comprise qu'elle s'applique à un univers traditionnellement emprunt d'imaginaire, se dissociant drastiquement de la réalité quotidienne. Pour beaucoup, le « Nom Réel » consiste à importer dans l'univers de jeu, des tensions réelles - stigmatisations ethniques, religieuses ou encore sexuelles - qui n'ont normalement pas cours dans un univers fantastique. Pour Randy Farmer, « architecte des mondes virtuels » ayant fait ses armes sur le MUD Habitat dès le milieu des années 80 et coauteur du livre Building Web Reputation Systems (Construire des systèmes de réputations en ligne), le « Nom Réel » offrira simplement plus d'informations aux harceleurs, fera fuir les meilleurs joueurs et plongera les joueurs occasionnels moins attentifs dans l'embarras (car ils verront leur identité dévoilée, souvent par manque d'attention).

La citadelle de la Couronne de glace
ss119-hires.jpg

D'autant qu'au-delà des principes de respects de vie privée, les enjeux peuvent parfois prendre des proportions qu'on imagine difficilement. On se souvient de ce joueur chinois ayant pourchassé, hors du jeu, un membre de sa guilde (qui lui avait subtilisé une arme virtuelle pour la revendre) et l'assassiner à coups de sabre ou son homologue français, jeune joueur de Cambrais âgé de 20 ans, ayant passé six mois à traquer l'un de ses adversaires de Counter-Strike, pour finalement le retrouver, sonner à sa porte et le poignarder avec un couteau de cuisine.
Peut-être moins sanglant mais tout aussi dramatique, à force de collectes d'informations personnelles dans Habbo Hotel, en 2004, un britannique de 36 ans avait réussi à localiser une jeune joueuse de 13 ans rencontrée en ligne avant qu'il ne soit arrêté par les autorités locales. Et des cas similaires sont constatés... dans World of Warcraft. A titre d'exemple, en 2007, un canadien de 20 ans utilisait le MMORPG de Blizzard pour harceler une lycéenne de 16 ans, collecter des informations la concernant pour finalement l'attendre à la sortie de son école (le jeune homme sera arrêté, signalé par le proviseur de l'école).

Et plus encore, pour les salariés de Blizzard eux-mêmes. La première victime officielle du « Nom Réel » n'est autre que Bashiok, chargé de communauté des forums Diablo III, qui a souhaité « montrer l'exemple » en dévoilant son identité réelle sur les forums. Il aura fallu quelques minutes pour que ses coordonnées et celles de ses proches soient trouvées et divulguées sur la plateforme de Blizzard. Dans la foulée, en signe de protestation, on constate l'ouverture de blogs spécialisés dans la collecte et la diffusion d'informations personnelles sur les employés de Blizzard (et tout y passe : identité personnelle mais aussi celle des proches, photos à l'appui et avec leurs activités professionnelles, leurs adresses, leurs loisirs, voire leurs états d'âme, sur la base d'informations publiées par les intéressés mais aussi par des tiers - être proche d'un salarié de Blizzard rend manifestement prolixe et loquace).
Raison pour laquelle, jusqu'à présent, les chargés de communauté de Blizzard (comme dans de nombreux autres studios de développement ou d'exploitation de MMO, comme le rappelle Sanya Weathers sur son blog) n'étaient pas autorisés à divulguer d'informations personnelles les concernant sur les forums officiels - on se souvient par exemple de Gandraor, French Online Community Representative, rappelé à l'ordre quand il avait dévoilé son nom aux joueurs de World of Warcraft.

Précédent
Le Nom Réel, un revirement radical

Réactions (1002)


Ce fil de réactions a été coupé. Il n'est plus possible de réagir.

Que pensez-vous de Blizzard Entertainment ?

77 aiment, 47 pas.
Note moyenne : (127 évaluations)
5,7 / 10 - Assez bien