Le MMO sur consoles

Avatar de MMO
Débarquement
dust514_001.jpg

De l’autre côté du spectre vidéo ludique, on annonce aussi l’avènement du MMO sur consoles. Alors, les consoles de salon accueilleront-elles enfin de vrais MMO en 2010 ? Peut-être. Si de modestes tentatives ont déjà été menées ces dernières années, le genre séduit manifestement et aujourd’hui plusieurs grands acteurs historiques de l’industrie du MMO se lancent dans l’aventure des consoles.
Le monde virtuel de la PS3, Home, a passé le cap des 10 millions d’inscrits en 2009. Sur la même plateforme, MAG, le jeu de tirs en ligne de Zipper Interactive réunissant 256 joueurs sur des cartes instanciées, a attiré près d’un million de joueurs pendant une semaine de bêta-test. Dans les mois et années à venir, on pense également à Sony Online Entertainment qui annonce pas moins de quatre MMO sur PS3 (FreeRealms, DC Universe Online, The Agency et un quatrième titre non encore dévoilé) ou à Square-Enix dont le Final Fantasy XIV est présenté comme un MMO d'abord pour console et accessoirement disponible aussi sur PC. De son côté, en 2009, CCP a dévoilé ses plans pour Dust 514, son MMO d’action destiné aux consoles, couplé à Eve Online (sur PC). Même approche pour Jeff Strain qui a quitté ArenaNet pour fonder Unded Labs et développer un MMO de Zombies en privilégiant les plateformes de salons. On se rappelle également des annonces du studio Turbine qui affirme de longue date avoir un projet sur console (considérée comme « la plateforme supérieure des MMO »), dont on attend qu'il soit dévoilé en 2010. On note aussi que Blizzard, qui a longtemps indiqué ne pas être intéressé par l’univers des consoles, fait volte-face fin 2009 et se dit « attentif » aux atouts de ces plateformes (pour son prochain MMO ?). En vrac, on se souvient par ailleurs des accords entre Sony et NCsoft en vue de développer des MMO sur PS3, ou encore des promesses de portages d’Age of Conan (Funcom) ou Champions Online (Cryptic Studios) sur XBox 360.

4a1a5d2c794c5.jpg
Un lalafell

Au-delà des déclarations d'intention, plusieurs indices rendent les annonces convaincantes. Le principal obstacle au développement de MMO sur console reposait sur la difficulté à trouver un modèle économique viable (les joueurs sur console étant peu enclins à payer un abonnement mensuel). Le salut vient manifestement des micro-transactions qui se développent sur console notamment via les DLC. En s’inspirant des modèles « Free to Play » sur PC, les développeurs de titres (solo) sur consoles ont sans doute ouvert la voie de leur plateforme aux développeurs de jeux massivement multijoueurs. Et ils ne devraient pas se priver de l’investir : les consoles drainent des millions de joueurs en Occident et le marché du MMO sur PS3 et XBox 360 est estimé à quelque 2,3 milliards de dollars.

Et le développement du MMO sur console est d’autant plus cohérent qu’on constate des similitudes croissantes entre le gameplay des jeux consoles et celui des MMO, de plus en plus scénarisés dans des univers (parfois faussement) ouverts.

Un contenu de plus en plus scénarisé

Les développeurs de MMO ont longtemps réfuté le fait de concevoir des « jeux ». Ils imaginaient des « univers » ouverts et offrant aux joueurs la possibilité de s’ébattre librement et durablement. Force est de constater que cette approche « sand box » parait moins populaire aujourd’hui chez les créateurs de MMO qui lui préfèrent un contenu plus linéaire.
Et pour cause, l’offre de MMO devenant pléthorique, les joueurs passent volontiers d’un titre à l’autre et de plus en plus, on consomme les MMO comme on consommait les jeux solos, pour un temps donné et sans forcément prendre le temps d’y nouer des contacts durables (on s’installe dans un monde virtuel pour quelques mois, sans l’intention de s’y établir, en attendant son prochain univers). Les MMO s’adaptent à cette nouvelle forme de consommation « à durée limitée », tant dans la forme que dans le fond.

Précédent
Un contenu de plus en plus scénarisé

Réactions (15)


  • En chargement...