Plein feu sur Dragonica

Généralement présenté comme un défouloir bon enfant, Dragonica dénote (et détonne) dans le paysage classique du MMORPG. Avec un gameplay qui emprunte aux beat'em up de nos vieilles consoles, des graphiques en 3D side-scrolling et un ton particulièrement décalé, Dragonica attise la curiosité. D'autant plus quand on découvre un titre plus riche qu'il n'y paraît de prime abord, cachant quelques options malignes et bien pensées au milieu d'hordes de monstres assaillis frénétiquement...
Plein feu sur Dragonica, quelques jours avant le lancement du bêta-test de la version européenne du jeu.

Développé par le coréen Barunson Interactive (qui signait déjà Dragon Raja), Dragonica attise les curiosités. Le jeu a été repéré de longue date par NCsoft qui entend l'intégrer à son catalogue de jeux en ligne occasionnels. IAHGames l'a déjà réservé pour une exploitation en Asie du Sud-Est et ICE Entertainment en Chine. Et Gala Networks Europe se l'est approprié pour l'Europe (le jeu y sera localisé en français, allemand et en anglais - voix incluses - et fait déjà l'objet d'une attention toute particulière).

Car au-delà du « petit jeu » aux allures de beat'em up en 3D sidescrolling, avec ses graphismes colorés et son ton décalé, Dragonica semble plus complet qu'il n'y paraît. Le PvE côtoie le PvP dans un jeu qui revendique plusieurs centaines de quêtes, des mécanismes d'artisanat ou encore la possibilité de posséder sa propre petite maison (tenue par une petite servante en costume)... Et aux côtés d'options sociales malignes visant à renforcer les liens d'une communauté, Dragonica affiche manifestement aussi un gameplay accessible et « casual », que nous a récemment présenté Julien Wera, en charge des relations presse chez Gala Networks Europe.

Dragonica en quelques mots

Les joueurs ayant connu « l'antiquité » du jeu massivement multijoueur coréen se souviennent peut-être de Dragon Raja, ce MMO en 2D déjà développé par le studio Barunson Interactive et ayant connu un certain succès en Asie et aux Etats-Unis. Dragonica en est la suite et plonge le joueur au coeur de la seconde guerre des dragons.
Le monde de Dragotaka est toujours divisé. Elga, le grand dragon maléfique (et qui fait figure de boss ultime dans Dragonica), a utilisé une sombre sorcellerie pour éveiller les hordes démoniaques envahissant l'univers. Pour contrecarrer ces plans, le Seigneur Dragon en appellera aux héros de Dragotaka... Quatre champions aux pouvoirs spécifiques (un guerrier, un mage, un voleur et un archer), choisis parmi les humains, et dont le rôle sera de former les armées qui combattront Elga.
Les quatre champions, que l'on retrouve dans le jeu sous forme de PNJ, permettront aux joueurs de choisir leur classe (guerrier, mage, voleur ou archer, donc) et de la faire évoluer au gré des spécialisation dès le niveau 20 et après avoir réalisé une série de « quêtes de classe » plus ou moins compliquées... Mais toujours dans le ton décalé de Dragonica.

Ainsi, si le guerrier apparaît d'abord comme un combattant (classique) maîtrisant notamment l'épée, en se spécialisant comme Gladiateur, il pourra tout autant manier un maillet gigantesque de plusieurs tonnes et asséner des tornades de coups frénétiques à ses adversaires sonnés ou tombés au sol à cause des tremblements de terre qu'il peut générer ou encore en appeler à un grand maître du Kung Fu pour l'aider au combat. Les adeptes d'actions en finesse (tout est relatif) préféreront peut-être la voie du Chevalier, maniant épée et bouclier et au gameplay plus défensif...
Le magicien préfère combattre à distance et s'en prendre à des hordes d'ennemis : les pluies de météorites, vents nauséabonds et le maniement du canon sont ses compétences de prédilection, même s'il est aussi capable de soigner ses alliés. En évoluant comme moine, il deviendra une classe de soutien à part entière (le moine de Dragonica prend néanmoins quelques libertés avec ses voeux cléricaux, il peut en effet s'adjoindre les services d'une infirmière coquine pour soigner, voire ressusciter ses compagnons d'armes). Les plus belliqueux opteront pour une carrière de mage et pourront déchaîner les éléments sur des monstres presque à plaindre (tempête de feu, de glace ou de neige sont son quotidien)...

Les missions de Dragonica

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de DragonSaga ?

164 aiment, 46 pas.
Note moyenne : (221 évaluations | 40 critiques)
5,8 / 10 - Assez bien

351 joliens y jouent, 815 y ont joué.