Dragonica, un Casual MMO voire un peu plus

Autres astuces malignes, initialement envisagée avant d'être (provisoirement ?) retirée afin d'éviter qu'elle soit mal exploitée par des joueurs mal intentionnés : le niveau ne doit pas être un obstacle entre les amis qui se retrouvent en jeu. Un personnage de haut niveau pourrait ainsi par exemple déguiser un acolyte novice (de bas niveau) et l'emmener en mission avec lui. Déguisé en inoffensif ourson, le personnage de bas niveau pourrait découvrir en toute sécurité des régions normalement trop dangereuses pour lui, mais sans participer directement à l'action. Le jeune joueur pourrait ainsi explorer l'univers, sans combattre mais en participant néanmoins aux exploits de ses coéquipiers...
Que l'option soit finalement retenue ou non, elle souligne néanmoins l'attention portée par le développeur aux options communautaires du jeu.

Même esprit communautaire avec les Hall de Guildes. Les guildes pourront disposer de leur propre quartier général, qui évoluera en fonction des hauts-faits réalisés par les membres émérites de l'organisation.
Les plus indépendants ne sont pas en reste, puisqu'ils pourront acquérir leur propre maison et la décorer à leur goût. Mieux, une petite servante en uniforme prendra soin de la bâtisse en l'absence du héros (et tant pis pour les féministes). Même esprit en matière de commerce : chaque joueur peut ouvrir sa boutique dans les villes de Dragotaka, afin d'y écouler sa production (issu de l'artisanat, notamment). L'échoppe sera ouverte automatiquement pour répondre aux clients, que le joueur soit ou non présent.

Autant d'options qui enrichissent Dragonica et en font un jeu hybride. Car de prime abord, Dragonica fait figure de véritable « Casual MMO » auquel on peut jouer ponctuellement et rapidement. Et manifestement, le coeur du jeu a été développé dans cette optique. Dragonica se veut accessible, immédiatement amusant et facile à prendre en main (même quand - comme votre serviteur - on a deux mains gauches coiffées de moufles). Les joueurs trouveront toujours « quelque chose » à faire, que ce soit seul ou en groupe, que ce soit en PvE ou en PvP et se heurteront toujours à un certain challenge dans leurs actions (continuer à progresser ou s'attaquer aux exploits des autres joueurs).
Pour autant et même si Dragonica repose essentiellement sur du « bashing » (le joueur est là pour éliminer des monstres ou d'autres joueurs à la chaîne - le jeu assume manifestement pleinement son esprit défouloir, récompensant même les records de tueries), le titre de Barunson Interactive surprend aussi par ses petites options, souvent ingénieuses et bien pensées. Au point qu'on envisage aisément de consacrer (à son corps défendant !) plus de temps à Dragonica qu'à un traditionnel « Casual MMO ».

Attendu en version définitive francophone et gratuite « avant l'été 2009 », le bêta-test de Dragonica s'annonce dans les semaines à venir (avec des serveurs accessibles en alternance). En attendant, les inscriptions au bêta-test fermé sont toujours ouvertes sur le site officiel. Les personnages du bêta-test ouvert devraient en outre être conservés pour la version finale du jeu.

Dragonica : une dimension brutale et sociale

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de DragonSaga ?

164 aiment, 46 pas.
Note moyenne : (221 évaluations | 40 critiques)
5,8 / 10 - Assez bien

351 joliens y jouent, 815 y ont joué.