RuneScape, ou le Web-based MMO

Faisant parfois figure de MMO archaïque avec ses graphismes désuets et un gameplay peu dynamique, RuneScape a néanmoins su séduire des millions de joueurs depuis son lancement en 2001. Plus actif que jamais aujourd'hui alors que les « blockbusters » massivement multijoueurs peinent à fidéliser leurs abonnés, RuneScape mise sur la simplicité, la convivialité et l'accessibilité. Avec quelques années d'avance, le MMO britannique avait su anticiper la tendance actuelle portant les Web-games et Casual MMO sur le devant de la scène. Zoom sur un MMO atypique (et précurseur ?).

RuneScape fait figure d'OVNI dans le petit monde du MMORPG... tout en affichant des allures de « success story ».
Développé par Andrew Gower d'abord comme un passe-temps et sous forme de MUD à la fin des années 1990 (le jeu s'appelait alors DeviousMUD), le Web-based MMORPG a rencontré un succès hors du commun au fil des ans. Après huit ans d'exploitation (la première version de RuneScape est jouable depuis janvier 2001), le jeu massivement multijoueur des frères Gower revendique aujourd'hui plus de 150 millions de comptes créés depuis son lancement, cinq millions de joueurs actifs et un million d'abonnés payants. Le « petit MMO amateur » conçu en Java dans la maison familiale est maintenant exploité par le studio Jagex Software et ses trois bureaux de Cambridge et de Londres, qui font travailler quelque 400 personnes en Grande-Bretagne...dont une toute récente équipe francophone depuis décembre 2008.

Outre sa version originale anglaise, suivie d'une version allemande disponible depuis deux ans et en attendant une version en portugais brésilien « courant 2009 », RuneScape s'est ouvert aux joueurs francophones le 11 décembre dernier. Récemment, l'équipe de développement de ce « Web-based MMO » a fait escale à Paris pour présenter ce titre atypique, au gameplay lent et incroyablement laid de prime abord, mais particulièrement ouvert, riche de contenus et d'interactions communautaires quand on y regarde de plus près... Et qui préfigure peut-être aussi une nouvelle sorte de MMO, jouables depuis un simple navigateur Internet et sans installation, misant sur une totale accessibilité et la proximité avec les joueurs.

Sacré RuneScape

RuneScape fait presque figure de malentendu. Le jeu était le projet d'une personne seule, reposant sur une technologie et des graphismes improbables, lancé sans la moindre stratégie commerciale et distribué gratuitement auprès des joueurs... Et pourtant, RuneScape a su séduire des milliers, puis des millions joueurs au fil des années. Sans doute notamment parce que la première version du jeu, dès janvier 2001, pouvait déjà compter sur un contenu riche inspiré de DeviousMUD, la première expérience vidéo ludique du créateur Andrew Gower. Le bouche-à-oreille, couplé à la totale accessibilité du titre, a ensuite initié le succès du Web-based MMO auprès des joueurs.

A l'évidence, selon l'équipe de développement, l'héritage de l'antique MUD a largement contribué à façonner le contenu (débridé) de RuneScape. Bien loin du formatage de la production vidéo ludique traditionnelle, les équipes de développement du MMORPG revendiquent une totale liberté de ton.
Dans un univers médiéval fantastique très « Mython Python », à l'humour « so british », RuneScape fait cohabiter chevaliers et pirates, aux côtés de vampires ou de hordes de singes. On y explore des châteaux forts du Moyen-Âge ou les épaves sous-marines d'anciens galions des mers du Sud regorgeant de trésors... que ce soit au large d'une île tropicale peuplée des singes (les développeurs de RuneScape « aiment les singes ») ou d'un morceau de banquise colonisée par des pingouins (les développeurs « aiment aussi les pingouins »).

RuneScape : liberté, convivialité, accessibilité

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de RuneScape ?

54 aiment, 17 pas.
Note moyenne : (78 évaluations | 7 critiques)
5,1 / 10 - Moyen

47 joliens y jouent, 147 y ont joué.