RuneScape : liberté, convivialité, accessibilité

Aujourd'hui, après huit ans d'exploitation, RuneScape représente une multitude de quêtes et volume de textes de quelque deux millions de mots (environ dix fois plus qu'un jeu de rôle solo traditionnel) décrivant un univers dense... En tout cas, suffisamment riche pour inspirer des romans publiés en Grande-Bretagne et occuper les joueurs durant « environ 2000 heures pour tout explorer » (dixit l'équipe d'animation francophone du jeu).

Maître mot : Liberté

Et si l'équipe de développement s'octroie une totale liberté créatrice dans l'évolution de l'univers ou dans ses mises à jour bimensuelles (aux allures d'événements et animations faisant régulièrement progresser l'histoire du monde), RuneScape se veut tout aussi libre pour le joueur.

Point de carcans, de classes ou de métiers imposés au personnage : les compétences du personnages progressent au gré de leur utilisation, toutes sont utiles à des degrés différents et toutes sont accessibles sans restriction d'évolution (seules quelques compétences spécifiques sont réservées aux joueurs ayant souscrit l'abonnement payant du jeu). Le personnage a besoin d'une épée pour partir affronter l'engeance de RuneScape ? Il doit d'abord collecter les minerais nécessaires, fondre ses alliages et forger son arme chez le forgeron le plus proche. Le personnage est blessé suite à un affrontement délicat ? Il regagnera de l'énergie en mangeant... mais pas n'importe quoi (les personnages ont manifestement le palais délicat et la nourriture crue leur sied peu). Le pain sera réalisé à l'aide d'eau et de farine, cuit chez un boulanger. Les poissons et autres crevettes pêchés dans la rivière la plus proche devront être grillés, sur un feu allumé à l'aide d'un briquet après avoir ramassé du bois...
A l'évidence, RuneScape ne peut pas compter sur le dynamisme de son gameplay. Les affrontements sont incroyablement lents et fastidieux, relativement peu stratégiques et vite rébarbatif. Mais l'intérêt est sans doute ailleurs.

Communauté, convivialité, accessibilité

Tout comme La Quatrième Prophétie en France à la même époque - avec les mêmes graphismes repoussants mais dans un jeu qui rappelle des souvenirs émus à l'ensemble des joueurs ayant rejoint cette communauté -, RuneScape entend aussi séduire par son ambiance. Pour l'équipe de développement du Web-based MMO, « on se connecte à RuneScape comme à un réseau social, notamment pour y retrouver ses amis et passer un bon moment ensemble ». Outre l'exploration, la richesse ou la diversité du contenu, RuneScape mise manifestement sur sa communauté.

Mais cette communauté rime certainement ici aussi avec convivialité (pour le contenu) et accessibilité (sur un plan plus technique) pour former les trois grands piliers du « casual MMO ». Un terme souvent jugé flou, mais qui prend tout son sens quand on décortique la signification anglaise du propos.
De prime abord, le terme « casual » peut d'abord se traduire littéralement, désignant ces jeux « occasionnels » auxquels on joue ponctuellement et qui ne nécessitent pas forcément une grande assiduité ou un investissement en temps démesuré (à mille lieux du traditionnel MMORPG, obligeant à tenir un rythme de progression élevé pour rester au niveau de ses compagnons d'armes, d'être présent à heure fixe pour assurer la protection d'un bastion ou participer à un raid de guilde)... A un second degré, le terme anglais « casual » s'appréhende aussi dans un sens impliquant cette notion de convivialité, de confort. Appliqué au jeu vidéo, le « casual game » désigne ce titre accueillant, voire simple, plutôt facile à prendre en main et surtout parfaitement accessible.

Précédent
Web-based MMO, Casual MMO
Sommaire :
  1. RuneScape, ou le Web-based MMO
  2. RuneScape : liberté, convivialité, accessibilité
  3. Web-based MMO, Casual MMO
  4. Le jeu rejoint le Web

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de RuneScape ?

54 aiment, 17 pas.
Note moyenne : (78 évaluations | 7 critiques)
5,1 / 10 - Moyen

47 joliens y jouent, 147 y ont joué.