Funcom publie des résultats en berne mais réduit ses pertes

Funcom publie les comptes de son premier trimestre 2015 : le studio norvégien accuse toujours des pertes, mais réduites grâce à des mesures d'économies et malgré un chiffre d'affaires en berne. Pour l'avenir, le groupe se focalise sur des titres modestes.

Funcom publie des résultats en berne mais réduit ses pertes

Comme chaque trimestre, Funcom publie le résultat de ses activités pour le trimestre écoulé (clos le 31 mars dernier) et le studio norvégien accuse à nouveau des pertes, mais s'attèle à les réduire.
On le sait, Funcom tire actuellement l'essentiel de son chiffre d'affaires de ses MMO phare (The Secret World et Age of Conan). Au cours des trois premier mois de l'année, Funcom a ainsi généré un chiffre d'affaires de 2,77 millions de dollars, légèrement en deçà du trimestre précédent (2,9 millions) et du même trimestre l'année dernière (3,8 millions). Une pente descendante régulière depuis plusieurs trimestres, mais que le studio explique par l'érosion normale d'un jeu en exploitation.
Pour autant, on se souvient que le studio s'est restructuré fin 2014 et les mesures d'économies commencent à porter leurs fruits. Si Funcom accuse toujours des pertes (144 000 dollars sur le trimestre), elles sont réduites au regard des trimestres précédents (le studio perdait 659 000 dollars à la même période l'année dernière).

lego_minifigures_online_11.jpg

Mais Funcom entend surtout regarder vers l'avenir. Depuis la semaine dernière, Rui Manuel Monteiro Casais (ancien directeur technique du studio) assure la gestion de Funcom au poste de CEO. Il y aura notamment pour mission de poursuivre la transition du studio qui se recentre sur le développement de projets plus modestes dont LEGO Minifigures Online est le premier exemple. En attendant que d'autres titres suivent exploitant notamment le moteur DreamWorld (maintenant compatible avec toutes les plateformes ou presque, incluant les mobiles), le studio fera évoluer le modèle économique de LEGO Minifigures dès cet été (qui renonce au free-to-play et lui préfère une commercialisation buy-to-play jugée plus adaptée au public cible du jeu) en attendant un lancement sur tablettes iOS et Android. Une stratégie qui doit permettre au groupe norvégien de renouer avec les bénéfices afin de réduire sa dette, mais qui pourrait évoluer en fonction des évolutions du marché (dixit Rui Casais).
On comprend quoiqu'il en soit qu'on peut manifestement attendre plusieurs nouveaux titres « modestes » de la part de Funcom dans les mois et à années à venir. Et on sera sans doute curieux d'en étudier l'impact sur les comptes trimestriels du groupe norvégiens.

Réactions (26)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Funcom ?

38 aiment, 13 pas.
Note moyenne : (51 évaluations)
6,9 / 10 - Bien