Le gold farming au secours des pays en voie de développement

L'économie grise des MMO (gold farming, power leveling, etc.) générerait trois milliards de dollars par an. Une manne susceptible de soutenir l'économie des pays en voie de développement. Dixit la Banque mondiale.
Converting the Virtual Economy into Development Potential

La Banque Mondiale s'est notamment fixée pour objectif de lutter contre la pauvreté dans le monde. Dernière proposition en date pour atteindre l'objectif : développer les « services tiers en marge des jeux en ligne » (comme le gold farming ou le power leveling) dans les pays en voie de développement afin de soutenir l'économie locale.
Vili Lehdonvirta et Mirko Ernkvist, les deux auteurs du long rapport défendant le principe, partent d'un constat simple : en 2009, « l'économie grise » des MMO, « visant à proposer des services vidéo ludiques à des millions de joueurs riches intéressés par les jeux en ligne comme World of Warcraft mais n'ayant pas le temps (ou la patience) de s'y investir eux-mêmes », a généré un chiffre d'affaires de trois milliards de dollars et été la principale source de revenu de « 100 000 jeunes travailleurs sans qualification en Chine et au Vietnam ».

Selon les auteurs, « certaines des populations les plus pauvres de la planète sont déjà connectées aux réseaux numériques » et pourraient donc profiter des mannes de l'économie numérique « pour soutenir les économies locales des pays en voie de développement et accélérer le développement d'infrastructures numériques dans des régions du monde comme l'Afrique ou le Sud-est asiatique ». Le gold farming comme moteur de croissance, donc.

Et si le rapport semble faire l'impasse sur les conditions de travail souvent déplorables de ces « travailleurs numériques », les deux auteurs soulignent néanmoins que certains de ces services « peuvent détériorer l'expérience des autres utilisateurs ». « Par exemple, la collecte de ressources et la vente de monnaies virtuelles dans les jeux en ligne ou les clics de masse sur les pages Facebook de sociétés sont susceptibles de générer un environnement déloyal où les joueurs honnêtes ou l'opinion des utilisateurs perdent de leur valeur ».
Gageons que la mesure laissera les joueurs un brin dubitatifs, mais chacun pourra se forger son idée en parcourant les 75 pages du rapport (en anglais) disponible à cette adresse.

Réactions (54)


  • En chargement...
Ce fil de réactions a été coupé. Il n'est plus possible de réagir.