Aperçu du MMORTS Prime World

Le groupe Nival profite de l'E3 2011 pour dévoiler Prime World, titre empruntant aux MMO et aux MOBA, mêlant à la fois un gameplay stratégique et social, s'adressant aux hardcore gamers et aux joueurs occasionnels et imaginé pour les joueurs et les joueuses.

On connaissait le groupe Nival pour avoir développé Allods Online. On retrouve le studio russe à Los Angeles, à l'occasion de l'E3 2011, alors qu'il dévoile les grandes lignes de son prochain projet, Prime World. Le jeu intrigue par son gameplay hybride (mêlant MOBA, jeu de stratégie en temps réel, jeu de gestion et jeux social sur Facebook), qui ambitionne de réconcilier les joueurs les plus acharnés aux joueurs occasionnels.

Prime World plonge le joueur dans un univers fantastique (généré par le moteur Unity 3D, qui permet de lancer le jeu partiellement depuis un simple navigateur Web), où cohabite deux grandes factions. La première, l'Imperium (présentée lors de la démonstration de l'E3), articule sa civilisation sur le développement technologique et présente des allures steampunk, alors que l'autre se focalise sur l'harmonie avec la nature et se compose de peuples féeriques (à l'esthétique asiatique).
Mais l'une comme l'autre est en quête de « Prime » (d'où le titre, le Monde de Prime), une mystérieuse ressource qui sert à la fois de monnaie et est utilisée autant pour alimenter les machines de l'Imperium que pour nourrir les esprits de la nature. C'est grâce aux Primes qu'il est possible d'ériger les structures de son campement, que l'on acquière les compétences spéciales de ses unités ou des armes et autres capacités bonus. On comprend rapidement l'enjeu stratégique que représente cette ressource.

Le gameplay de Prime World

En terme de gameplay, Prime World affiche des influences diverses. Le jeu revendique une filiation directe avec les MOBA (dans la droite ligne de DotA). Des groupes de joueurs forment des équipes et se lance dans la bataille afin de conquérir des territoires adverses ou de détruire une base ennemie. Chaque joueur incarne un héros ayant des capacités propres, offensives ou défensives, et doit trouver sa place au sein d'un groupe. Nival présente par exemple le Chevaucheur de Crapaud, une unité de soutien composée d'un combattant au corps à corps chevauchant un crapaud géant. Elle dispose de capacités d'attaques (efficace contre les bâtiments adverses) mais s'avère aussi très stratégique : la langue du crapaud peut happer les unités ennemies (permettant de les achever facilement) ou d'invoquer un allié en cas de difficultés.

Les joueurs devront faire preuve de stratégie et utiliser au mieux les compétences des uns et des autres pour espérer l'emporter. Les victoires sur le champ de batailles détermineront ensuite les conquêtes de territoires, qui changent d'apparence selon la faction qui l'occupe (une ambiance occidentale pour l'Imperium, asiatique pour la faction adverse).

Des joueurs et des joueuses

Pour autant, l'une des originalités du titre repose sur le mélange des genres. Parallèlement au gameplay stratégique et compétitif, Prime World se veut aussi un jeu social jouable sur Facebook, accessible aux joueurs occasionnels (que Nival destine plus précisément aux joueuses).
Avec une approche qu'on qualifiera pudiquement d'atypique, Nival appuie son jeu sur une répartition sexuelle des tâches (« c'est comme aller au cinéma : on peut y aller seul pour voir un film, mais quand on est un garçon, y aller avec une fille apporte une vraie plus-value »). Dans Prime World, les joueurs peuvent donc évidemment jouer seul (voire former des groupes au gré des rencontres), mais le jeu octroie aussi une « prime » aux joueurs jouant en couple : le joueur (par définition plutôt hardcore selon Nival) prend en charge les phases de jeu d'action et stratégique quand la joueuse (en charge du contenu social) assure les soins et le support de son binôme en jouant sur Facebook ou en participant à des mini-jeux et casse-tête. Et pour enfoncer le clou, selon le CEO Sergey Orlovskiy, lorsqu'un joueur lambda sera confronté à un « couple », il comprendra la toute puissance du binôme. Bigre.

À chacun ensuite de déterminer si cette répartition des rôles est seulement sexiste ou si au contraire, elle ajoute une vraie profondeur au jeu, inspirée du meilleur du jeu social et du jeu pour core gamers. On jugera sur pièce fin 2011, lors du lancement européen du bêta-test privé du jeu.

Les MMO de l'E3 2011
Sommaire :

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Prime World ?

0 aime, 1 pas.
Note moyenne : (1 évaluation | 0 critique)
4,7 / 10 - Moyen

1 jolien y joue, 4 y ont joué.