Zoom sur Black Prophecy

Plébiscité durant la GC 2007 avant de frôler l’annulation, Black Prophecy ressuscite aujourd’hui dans le catalogue de l’exploitant de MMO « Free to Play » Gamigo. A l’occasion de la GDC 2010, on (re)découvre ce MMO de science-fiction et d’action, fait de missions instanciées et de PvP spatial.
logo.jpg

Les aficionados du MMO avaient découvert Black Prophecy lors de la GC 2007, où ce MMO de science-fiction signé Reakktor (Neocron) avait fait sensation. Le jeu présentait des graphismes impressionnants, un gameplay dynamique et des ambitions mondiales à la fois sur PC et sur console (le jeu était notamment attendu sur XBox 360). Trois ans plus tard, après une série de difficultés financières (récemment surmontées) et la faillite du groupe 10tacle qui devait éditer le jeu, Black Prophecy s’annonce finalement dans le catalogue du portail Gamigo – le studio allemand spécialisé dans l’exploitation de MMO «Free to Play » – et sort de l’ombre dans le cadre de la GDC 2010 de San Francisco.
D’aucuns verront dans ce parcours semé d’embûches, une longue descente aux enfers vidéo ludiques et des ambitions largement revues à la baisse faute de pouvoir assumer le statut initialement envisagé. D’autres y verront peut-être plus la marque du « MMO Free to Play moderne », qui entend rivaliser avec ses homologues payants : le modèle économique ne ferait pas la qualité (ou l’absence de qualités) d’un jeu, ni la fiabilité de l’exploitant (par exemple, en 2009, alors que 10tacle faisait faillite, Gamigo voyait son chiffre d’affaires progresser de plus de 230% et ses effectifs tripler).
Alors que penser de Black Prophecy aujourd’hui et de sa résurrection ? Éléments de réponses et zoom sur les originalités de ce MMO d’action.

Fond d'écran de Noël

Des vaisseaux pour trois factions dans l’espace

bp_screenshot_003.jpg

Black Prophecy plonge le joueur 500 ans dans le futur, au XXVIe siècle, dans un monde de science-fiction imaginé par le romancier allemand Michael Marrak (on lui doit La ville de la complainte ou encore Morphogénèse pour ne citer que les ouvrages traduits en français)... Dans le MMOG, l’humanité explore donc l’espace et s’est scindée en deux grandes civilisations : d’une part les Tyi, une humanité modifiée qui ne jure que par la cybernétique pour améliorer ses capacités physiques et mentales ; et de l’autre, les Genides, des humains télépathes manipulés génétiquement pour se façonner des corps parfaits dans un régime d’inspiration féodale et militarisé.

Vaisseau rendu 3d

Tyi ou Genide, les joueurs choisiront leur camp. Et c’est ce choix de faction qui déterminera les technologies utilisables ou l’apparence des vaisseaux pilotés (s’appuyant sur une identité graphique qui s’inspire volontairement du cinéma de science-fiction sombre et oppressant des années 80 et 90, de Star Wars à Alien). Car comme dans EVE Online – sans doute l’une des références du « MMO spatial » – les joueurs de Black Prophecy n’incarnent pas un personnage humanoïde mais un vaisseau (l’incarnation de pilotes est néanmoins envisagée pour des extensions à venir), largement personnalisable.
Au gré de ses missions et explorations, le joueur pourra collecter différentes « pièces » de vaisseaux, de différents niveaux (ici un système de moteurs, là des mécanismes d’armement, des boucliers blindés ou un cockpit aux capacités spéciales). Si le joueur a le niveau et les compétences appropriés, il pourra utiliser ces pièces pour améliorer son vaisseau et remplacer son vieux moteur niveau 12, par exemple, par un système de propulsion de niveau 15 – pour peu que ses compétences technologiques lui permettent de faire fonctionner le moteur de niveau 15.
Et de la même façon que chaque module de vaisseau peut être amélioré indépendamment des autres, ces mêmes modules sont autonomes au combat : lors d’un affrontement aérien, les as du manche à balais pourront choisir de viser spécifiquement le moteur de l’adversaire pour chercher à l’immobiliser, son armement pour le rendre inoffensif et l’obliger à abandonner le combat ou toute autre composante de son vaisseau. Il faudra savoir se montrer stratège selon les circonstances.

Le gameplay de Black Prophecy

Réactions (14)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Black Prophecy ?

97 aiment, 27 pas.
Note moyenne : (124 évaluations | 5 critiques)
5,1 / 10 - Moyen