Pirates of the Burning Sea : Quêtes et commerce

Les plus audacieux pourront tenter d'aborder les navires adverses afin d'en prendre possession en affrontant directement l'équipage. Le vaisseau pourra alors être capturé et éventuellement restitué contre rançon.

Sur terre et combat à l'épée

Au-delà des voyages et combats en haute mer, les joueurs de PotBS font régulièrement escale dans l'un des 80 ports du jeu. Certains font figure de grandes cités, fortifiées et richement décorées. Les autres n'ont de port que le nom et ne sont constituées que de quelques baraques de planches où l'on trouve la pire engeance des Caraïbes. Mais tous ou presque offre leur lot de rencontres et de missions.


Vera Cruze


A terre


Duel à l'épée


Abordage

On pourra souvent y apprendre de nouvelles techniques de combat à l'épée (très académiques pour certaines, plus malhonnêtes pour d'autres - on est pirate ou on ne l'est pas). Le jeu annonce quelque 80 animations de combat... et le combat est déroutant.
Dans Pirates of the Burning Sea, il ne s'agit pas cliquer sur bouton et d'attendre que le personnage attaque. La plupart des actions de combats à l'épée doivent être commandés au moment propice, entre initiative (assauts offensifs) et équilibre du personnage (servant à assurer ses mouvements défensifs) pour déstabiliser l'adversaire. Car si l'initiative permet de surprendre et toucher l'adversaire pour lui infliger des dommages corporels, l'équilibre d'un personnage détermine sa capacité à anticiper et esquiver les assauts adverses. Le déséquilibrer pourra augmenter les chances de porter l'estocade, mais oblige le plus souvent à s'exposer aux passes ennemies.

A l'inverse de nombreux autres MMORPG, dans Pirates of the Burning Sea, les combats ne reposent donc pas uniquement sur la puissance des personnages ou de leur équipement, mais bien (dans une certaine mesure) sur l'intelligence tactique du bretteur.

Quêtes, négoce et artisanat

Mais sur terre, dans les ports, on trouvera surtout de nombreux PNJ ayant tous ou presque besoin d'aide (PotBS annonce plus d'un millier de quêtes par nation à son lancement). Les militaires inviteront le joueur à affronter des pirates (les déloger d'un fort abandonné par exemple). Les marchands chercheront à s'associer les services de négociants disposant d'entrepôts au quatre coins des Caraïbes prêts à transporter leurs marchandises... et à braver les pirates.
Si les combats navals s'inscrivent dans le gameplay le plus « spectaculaire » de PotBS, son système économique, laissé quasi-intégralement aux mains des joueurs, offre là encore une certaine complexité qui en fait sa richesse.


Hôtel des ventes


Hôtel des ventes

La plupart des grands ports compte des « chambres de commerces » où chaque joueur peut vendre ou acheter des marchandises dans un hôtel des ventes... et apprendre les arcanes du négoce du XVIIIe siècle. Accessible dès les premiers niveaux et peu importe le métier choisi, une quête en forme de tutorial permet de découvrir les bases de l'économie de Pirates of the Burning Sea. Il conviendra de trouver des partenaires commerciaux recherchant des associés (vous, en l'occurrence) susceptibles de monter un réseau de distribution au coeur des Caraïbes.

Le commerce est accessible à tous les métiers du jeu. Les commerçants ont l'avantage de pouvoirs... commercer plus ou moins aisément avec les marchands des Nations ennemies. L'argent n'a pas de nationalité, pour peu que les négociants affichent une réputation acceptable auprès des ressortissants d'autres pays.
Les officiers de marines peuvent également commercer, mais sont persona non grata dans les ports ennemis. Dès lors, ils pourront tenter d'attaquer et piller les cargaisons des vaisseaux ennemis pour remplir leurs propres cales.

Avec quelque 200 doublons pour démarrer (vite gagnés dans le cadre du tutorial), les commerçants pourront acquérir un premier entrepôt dans un port à choisir scrupuleusement. Chaque ville a en effet ses propres particularités : certaines ont été construites à proximité de gisements de minerais, de forêts ou encore de cultures de canne à sucre. Autant de matières premières utiles aux artisans et propices au commerce (et qui autoriseront surtout à construire des bâtiments supplémentaires comme des mines, des usines ou des scieries pour alimenter des entrepôts ou construire des produits manufacturés). Pour autant, les villes les plus riches sont aussi les plus convoitées et les plus sujettes aux agressions. Une ville passant aux mains d'une puissance étrangère voit le montant de ses taxes augmenter considérablement (de 5% dans un port de sa Nation à 20%, voire 40% dans des ports étrangers). Le commerce en est handicapé d'autant. Une petite ville aux ressources modestes mais politiquement stable peut présenter certains atouts, notamment lorsque le joueur envisage l'acquisition de son premier entrepôt.
Par certains aspects, la gestion économique de PotBS fait penser à quelques jeux de stratégie célèbres. La gestion des ressources et leur protection y tiennent une place non négligeable. Etudier la carte du monde permettra de faire des choix judicieux : les ressources de chaque cité et leur activité politique y sont mentionnées en temps réel.

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Pirates of the Burning Sea ?

152 aiment, 28 pas.
Note moyenne : (198 évaluations | 25 critiques)
5,6 / 10 - Assez bien
Evaluation détaillée de Pirates of the Burning Sea
(42 évaluations détaillées)

Evaluer ce jeu

139 joliens y jouent, 513 y ont joué.