GDC 2015 - Le free-to-play rapporte davantage sur consoles que sur PC

Tous les exploitants de jeux en ligne le constatent : les modèles free-to-play rapportent davantage sur consoles que sur PC (parfois jusqu'à deux fois plus). Mais les joueurs sur console seraient aussi bien plus agressifs, au point de pousser leurs camarades vers la sortie.

Chaque année, le « free-to-play » (en tant que modèle économique et de distribution auprès des joueurs) est l'une des thématiques incontournables abordées durant la GDC. L'édition 2015 se tient cette semaine à San Francisco et n'échappe pas à la règle : les représentants de Sony, Wargaming, Daybreak Game Company et Gaijin Entertainment sont réunies pour évoquer le « free-to-play sur consoles » dans le cadre d'une conférence et il en ressort que les joueurs consoles sont bien plus prompts à dépenser que leurs homologues sur PC.

GDC 2015 - Le free-to-play rapporte davantage sur consoles que sur PC
news_1-45_com.jpg

D'après Sarah Thomson (Sony Computer Entertainment America), le free-to-play sur PlayStation devrait représenter une part « vraiment très importante » du chiffre d'affaires du groupe japonais « dans les trois à cinq ans » à venir. La tendance est déjà là chez Gaijin Entertainment (War Thunder) dont 18% du chiffre d'affaires est réalisé sur PlayStation 4, chez Daybreak Games qui constate que les joueur PlayStation de DC Universe Online dépensent en moyenne deux fois plus que les joueurs PC du MMO de super héros ou encore chez Wargaming (World of Tanks) qui enregistre une tendance similaire (les joueurs de World of Tanks dépensent davantage sur la console de Microsoft que les joueurs PC).
Et le résultat vaut tant pour le passage à l'acte (la propension à dépenser) que dans les montants des dépenses.
On comprend d'autant mieux l'empressement des développeurs de jeux (PC) à sortir leur titre aussi sur consoles.

Mais comment expliquer cette différence de comportement ? Selon les professionnels participants à la table ronde, l'écosystème sur console serait plus favorable aux dépenses, mieux implanté depuis plus longtemps sur les plateformes de salon. Les joueurs consoles auraient ainsi davantage conscience du coût réel des contenus digitaux et seraient donc plus enclins à les payer. Et ils seraient en outre davantage soucieux de progresser plus vite, quitte à y mettre le prix -- la démographie des joueurs (généralement plus jeunes sur console) n'est pas évoquée ici, mais on imagine qu'elle pourrait aussi être un facteur explicatif.
Les consoles sont-elles alors le nouvel Eldorado des producteurs de jeux free-to-play ? Peut-être, mais les plateformes de salon ne sont pas pour autant la panacée. Les producteurs se heurtent à une difficulté de taille : les « comportements toxiques » des joueurs en ligne. Un « problème quotidien », qui impose une atmosphère délétère sur les serveurs de jeu, mais qui plombe aussi les résultats financiers : les comportements des joueurs devient l'une des principales raisons de désengagement des joueurs (ils renoncent à se connecter à cause de l'ambiance méphitique qui règne in-game). Et pour ce problème spécifique, les exploitants de jeu n'ont pas encore trouvé de solution.

Réactions (80)


Que pensez-vous de Daybreak Game Company ?

20 aiment, 16 pas.
Note moyenne : (36 évaluations)
3,4 / 10 - Mauvais