« Le sport électronique aurait sa place aux Jeux Olympiques »

Le e-sport aurait-il légitimement sa place aux Jeux Olympiques ? Rob Pardo répond par l'affirmative au regard des prouesses des joueurs professionnels, mais aussi du fait de popularité croissante de ces disciplines auprès des spectateurs.

« Le sport électronique aurait sa place aux Jeux Olympiques »

On ne peut nier l'engouement croissant actuel pour les jeux en ligne compétitifs et le sport électronique en général : on compte de plus en plus de pratiquants (League of Legends serait le jeu en ligne le plus joué au monde), mais aussi de plus en plus de spectateurs suivant parfois assidument les tournois vidéo ludiques.
L'avenir dira s'il s'agit d'une passade ou d'un phénomène durable, mais Rob Pardo choisit clairement son camp. Longtemps resté l'une des figures de Blizzard avant son départ du studio en juillet dernier, et après avoir signé quelques jeux emblématiques de la scène e-sportive (que ce soit StarCraft ou HearthStone), il estime aujourd'hui dans un entretien accordé à la BBC que le sport électronique pourrait trouver sa place parmi les disciplines des Jeux Olympiques (à la fois au regard de l'audience croissante des tournois et des prouesses des joueurs professionnels), considérant que le jeu vidéo a fait évoluer la définition qu'on avait d'un sport.

« Il me semble qu'on peut considérer le sport électronique comme une discipline nécessitant de vraies qualités personnelles et que les joueurs professionnels ont des réflexes incroyables et sont capables de prendre des décisions en un éclair. Prenez leur nombre d'actions par minutes... il est clairement au-delà des 300.
Mais en effet, tout commence avec la façon dont on définit ce qu'est un sport.
Si vous voulez définir un sport comme étant une activité nécessitant un gros investissement physique, il est effectivement difficile d'admettre que les jeux vidéo peuvent être un sport. Mais dans le même temps, quand je regarde certains des sports qui sont déjà des disciplines olympiques [et d'évoquer le curling, plus tard sur Twitter pour préciser sa pensée], il y a sans doute de quoi s'interroger sur la définition. »
SK Telecom T1

Au-delà même de la définition de ce qu'est un sport, on sait que le Comité International Olympique (le tout puissant CIO) a plafonné le nombre de sports pouvant intégrer les Jeux Olympiques, compliquant donc une éventuelle intégration des sports électroniques parmi les disciplines olympiques. D'autant plus que le CIO exclue par principe les « disciplines de l'esprit » de ses compétitions -- quand bien même les Échecs sont reconnus comme une discipline sportive, ils n'intègrent pas les Jeux, car considérés comme trop cérébraux et pas assez physiques pour les JO.
Mais on sait tout autant que les Jeux Olympiques sont aussi une industrie brassant des budgets colossaux. Au regard de la notoriété croissante du sport électronique, des sommes toujours plus importantes investies dans les compétitions, et du public toujours plus nombreux, le CIO pourrait-il infléchir sa position ? Peut-être. Pour Rob Pardo, l'audience toujours croissante de l'e-sport est la clef, d'autant qu'en matière de jeu, « vous pouvez faire ce que vous voulez avec les graphismes par exemple, ou pour rendre l'expérience plus enthousiasmante et compétitives ». Faire en sorte que les compétitions de jeux deviennent de vrais spectacles, donc. Un argument susceptible de porter ses fruits à l'avenir ?

Réactions (55)


  • En chargement...