Rencontres autour de War Thunder

De passage à la VideoGame Story, nous avons eu l'occasion de rencontrer Anton Yudintsev, CEO du studio Gaijin Entertainment à l'oeuvre sur la simulation de guerre War Thunder.

Rencontre avec Anton Yudintsev, CEO de Gaijin Entertainment

La rencontre avec le responsable du studio est l'occasion de revenir sur l'histoire de War Thunder, nommé à l'origine World of Planes. Suivant l'idée de proposer des batailles de la Seconde Guerre mondiale, Gaijin Entertainment a débuté par l'aviation car on pouvait retrouver des affrontements uniquement entre avions, ce qui en faisait le point de départ idéal pour débuter le développement d'une simulation de guerre. Suite logique une fois les avions implantés, la mise à jour Ground Forces a introduit les tanks dans War Thunder, s'inscrivant dans cette idée de proposer une expérience de la guerre la plus complète possible, à fois dans les airs et sur terre.

Un seul jeu pour reproduire les batailles de la Seconde Guerre mondiale.

La difficulté est cependant de maintenir des gameplay et des dynamiques différents sur un seul et même jeu, pour conjuguer des avions et des tanks. La coopération entre amis sera donc fortement encouragée pour maintenir l'équilibre des forces. Cet équilibre sera justement remis en jeu avec l'introduction des forces navales. Si le développement autour des navires de guerre a déjà débuté au sein du studio, il n'est pas pour l'instant pas possible de communiquer sur ce sujet.

Pour l'envers du décor, environ cent vingt développeurs sont à l'oeuvre sur War Thunder, avec une équipe principale autour de laquelle va graviter des équipes dédiées aux avions, aux tanks, aux navires, à la Playstation 4, etc pour former un ensemble cohérent travaillant sur un seul et même jeu. Absent des consoles Xbox, la raison se trouve dans la politique de Microsoft n'autorisant pas le cross-play. War Thunder ne disposant pas pour l'instant d'une base de joueurs suffisante pour se lancer à l'assaut d'un marché du coup aussi ciblé, la simulation restera sur PC et Playstation 4.

War Thunder

Mettant en scène des nations, War Thunder dispose d'une communauté provenant de divers horizons, pour des joueurs finalement très chauvins. Chaque communauté va ainsi principalement monter à bord d'engins de sa nation. Le Royaume-Uni, les USA, l'URSS, l'Allemagne disposent de communautés bien installées, avec le Japon en retrait même si le dernier pays entré en jeu attire de nombreux joueurs en parallèle des japonais.

L'évocation des nations est également l'occasion d'évoquer l'équilibre des différents appareils. Au cas du T-50, on va ainsi lui opposer le Stug pour illustrer que chacun à son prédateur. Gaijin Entertainment veut concilier la réalité historique en reproduisant la physique et le comportement de chaque véhicule avec le jeu, s'appuyant sur les statistiques pour rectifier le battle rating. Il y a bien parfois des erreurs d'équilibre, l'essentiel est d'être vigilant et réactif en surveillant les statistiques. Concilier réalisme et l'intérêt ludique reste difficile, War Thunder va néanmoins faire en sorte que chaque tank ait une chance en utilisant l'artillerie comme support ou en ciblant plus particulièrement certaines parties du tank adverse plus vulnérable comme la chenille.

Pour me faire plaisir, j'ai également interrogé Anton Yudintsev sur le futur hypothétique de War Thunder, en invoquant l'ajout de l'infanterie. Face à longue liste d'ajouts encore nécessaires à la version prévue (avions, tanks et navires de guerre), sans compter à la difficulté de proposer un gameplay intéressant sans transformer les soldats en chair à canon, il n'a néanmoins pas fermé la porte à cette possibilité. De même, les développeurs ont pensé à un monde persistant qui pourrait énormément plaire aux joueurs les plus passionnés. Ils ne peuvent cependant pas mettre de coté l'accessibilité d'un jeu en ligne. War Thunder se doit de proposer assez rapidement du contenu et des parties aux joueurs, mais la possibilité d'un monde persistant reste une option, optionnelle.

Rencontre avec l'Oculus Rift

La réalité virtuelle s'immisce sur War Thunder, tout en restant relativement marginale. L'immersion sans égale passe ainsi par une vue depuis l'intérieur de l'appareil. Si l'on imagine très facilement évoluer dans le cockpit d'un chasseur, la possibilité de se retrouver à l'intérieur d'un tank disposant seulement d'une ouverture de quelques centimètres pour appréhender le jeu n'est du coup pas envisageable pour les développeurs.

L'Oculus Rift sera donc uniquement de sortie pour les pilotes d'avions tendant vers la simulation et sa vue interne, mode loin d'être le plus accessible sur War Thunder. Le casque de réalité confirme néanmoins à l'usage l'incroyable immersion dans un univers virtuel, même si la résolution doit être encore améliorée pour mieux se plonger avec réalisme dans la peau d'un pilote.

Rencontre avec Louloute, CM francophone de War Thunder

LOuLOute_
LOuLOute_

War Thunder a adopté que récemment la langue de Molière. Une community manager francophone a pour l'occasion fait son apparition dans l'espace aérien de War Thunder, que les joueurs peuvent croiser sous le pseudonyme particulièrement hostile de LOuLOute_. En provenance de l'univers des FPS, elle a été marquée à son arrivée par le calme et la maturité de la communauté de War Thunder, en parallèle d'un apprentissage accéléré des termes techniques propres à l'aviation et désormais des tanks.

Les réseaux sociaux seront le principal outil du CM pour communiquer et animer la communauté, avec par exemple une page francophone pour War Thunder sur Twitter. Du coté des attentes des joueurs francophones, elles ont longtemps porté sur l'accès à la bêta fermée de Ground Forces, désormais ouverte. Et comme de nombreuses communautés ne faisant pas partie des principales nations de War Thunder, les joueurs français attendent des appareils de leur nation pour voler à leurs couleurs.

Porte-voix de la communauté, LOuLOute_ illustre la volonté de Gaijin Entertainment de trouver sa place dans nos contrées. La localisation en français reste cependant l'oeuvre de volontaires parmi la communauté souhaitant s'investir dans le jeu, assistés par le CM de la même langue.


  • En chargement...

Que pensez-vous de War Thunder ?

54 aiment, 15 pas.
Note moyenne : (69 évaluations | 4 critiques)
5,1 / 10 - Moyen

65 joliens y jouent, 91 y ont joué.