Le jeu vidéo « déconseillé aux moins de 18 ans » désormais éligible au crédit d'impôt

Aujourd'hui, l'âge moyen du joueur français est de 35 ans et les développeurs imaginent des jeux en adéquation avec la sensibilité de ce public. L'Assemblée prend acte de cette maturité et vote l'éligibilité du crédit d'impôt aux jeux PEGI 18+.

Le jeu vidéo « déconseillé aux moins de 18 ans » désormais éligible au crédit d'impôt

L'industrie mondiale du jeu vidéo est particulièrement dynamique (surtout à l'heure où l'industrie lance une nouvelle génération de consoles), facteur de croissance et créatrice d'emplois. À tel point que de nombreux pays développent une fiscalité attractive et multiplient les aides pour attirer les géants du secteur sur leur territoire (les politiques fiscales de l'Irlande ou du Canada, par exemple, sont particulièrement agressives en la matière, et ont déjà séduit Ubisoft ou Ankama, entre autres).
En France, les aides aux secteurs prennent essentiellement la forme d'un crédit d'impôt, permettant aux studios hexagonaux d'obtenir des réductions d'imposition au prorata des coûts de conception de jeux contribuant au développement de la création française et européenne.

Logiquement, ce crédit d'impôt est soumis à conditions, mais l'Assemblée nationale vient d'assouplir conditions d'éligibilité, afin de soutenir l'industrie vidéo ludique locale. Par exemple, le crédit d'impôt n'était ouvert qu'aux seuls jeux dont le coût de développement était supérieur à 150 000 euros. Le seuil est réduit à 100 000 euros et permettra donc à des projets plus nombreux (et aussi plus modestes) de profiter de la mesure d'aide.
Mais sans doute plus notable encore, les jeux déconseillés aux joueurs de moins 18 ans par la classification PEGI étaient exclus du dispositif. Un amendement voté hier à l'Assemblée (et dont on conseille la lecture) lève cette restriction. Et le vote est sans doute notable au regard des arguments évoqués.

Les députés reconnaissent que « loin des clichés en la matière, l'âge moyen du joueur est désormais de 35 ans » et que « les messages véhiculés par les jeux s'adressant clairement à ce public sont donc en phase avec [la] maturité [du joueur] ». Et de poursuivre : « La réforme proposée vise ainsi à souligner que certains de ces jeux possèdent une dimension créative, artistique et culturelle indéniable » en plus d'être « très demandés à l'international, et nécessitant le plus d'emplois ». En d'autres termes, les jeux « PEGI 18+ » (d'Assassin's Creed 4 à Warframe en passant par Watch_Dogs ou GTA V) ne sont plus considérés comme des titres ultraviolents ou pornographiques, mais comme des produits culturels s'adressant à la principale population de joueurs français : des adultes matures et jouant à des titres en phase avec leur sensibilité.
Si l'amendement du député Bloche doit encore passer le vote du Sénat, puis en deuxième lecture à l'Assemblée, il semblerait qu'une majorité de parlementaires aient conscience que le jeu vidéo aujourd'hui n'est plus celui d'il y a une vingtaine d'années. Et c'est sans doute significatif.

Réactions (27)


  • En chargement...