Le free-to-play, principal facteur de croissance d'Ubisoft

Le free-to-play et les microtransactions ont la cote auprès des joueurs, mais aussi auprès des éditeurs de jeux. Ubisoft y voit son principal facteur de croissance et des opportunités à décliner aussi dans ses jeux payants, vendus en boîtes.

Le free-to-play, principal facteur de croissance d'Ubisoft

C'est évidemment l'un des tendances fortes du moment en matière de modèle économique et Ubisoft n'échappe pas à la règle : vendredi dernier dans le cadre d'un point stratégique rapporté par VentureBeat, Alain Martinez, directeur financier du groupe français, réaffirmait auprès des investisseurs que le « free-to-play est actuellement le principal facteur de croissance d'Ubisoft ».
Et de donner quelques exemples significatifs : en 2012, le jeu « gratuit » a rapporté 20 millions d'euros au groupe ; en 2013, le chiffre devrait atteindre entre 50 et 60 millions d'euros. Dans le même ordre d'idée, Stéphanie Perotti (en charge de la branche « online » d'Ubisoft) précisait que le seul The Settlers Online, l'une des premières tentatives d'Ubisoft sur le marché du Web MMO free-to-play, a plus rapporté en quatre ans d'exploitation free-to-play que l'ensemble de la licence (des jeux solos sur PC) en neuf ans.

Mais au-delà des chiffres et anecdotes, l'atout du free-to-play selon Ubisoft tient à sa flexibilité. Non seulement la gratuité permet un effet d'appel auprès de masses de joueurs, non seulement le modèle permet de s'adapter et répondre à la demande des joueurs, mais « ils ont surtout la possibilité de dépenser plus dans un jeu gratuit [que dans un jeu à 60$ dont on n'achète que la boîte] ».
Et Ubisoft va plus loin : les titres free-to-play du groupe trouveront leur place sur les consoles next-gen à venir (le second grand levier de croissance du groupe) que ce soit celles de Nintendo, Microsoft ou Sony et s'avèrent déjà « riches d'enseignements, même pour les jeux vendus en boîtes ». « Dans le futur, avec des jeux comme Watch_Dogs [un jeu essentiellement solo, mais s'appuyant sur un monde largement ouvert], nous pourrions y trouver de nombreuses opportunités en matière de microtransaction, apprises du modèle free-to-play ; la prochaine génération [de jeux] offrira de plus en plus de possibilités de contenus à acheter à l'unité et ça augmentera d'autant la rentabilité de nos titres ». Plus concrètement, on comprend que les microtransactions trouve(ro)nt aussi pleinement leur place dans les jeux (solos) vendus au détail, en boîtes, que ce soit sur console ou PC.

Réactions (28)


  • En chargement...

Que pensez-vous de Ubisoft Entertainment ?

19 aiment, 17 pas.
Note moyenne : (36 évaluations)
5,0 / 10 - Moyen