38 Studios et Big Huge Games fermeraient leurs portes, leurs effectifs sont licenciés

On l'évoque depuis plusieurs semaines, 38 Studios connait des difficultés financières et l'intégralité de ses effectifs aurait été licenciée hier. L'industrie se mobilise pour reclasser les licenciés alors que la licence de Copernicus reviendrait à l'Etat de Rhodes Island.

On l'évoque depuis déjà quelques semaines : le groupe 38 Studios (le développeur de Kingdoms of Amalur et du Project Copernicus) connait de sévères difficultés financières. Depuis le début du mois, le studio était dans l'incapacité de rembourser les traites du prêt de 75 millions de dollars octroyé par l'Etat de Rhodes Island et les salariés du groupe n'étaient plus payés (selon un témoignage anonyme envoyé à Kotaku, les salaires habituellement versés tous les 15 jours ne sont plus payés depuis le 30 avril dernier et les assurances maladies des salariés ont été résiliées dans la foulée - sans informer les concernés). Dans la foulée, le studio Big Huge Games (racheté par 38 Studios en 2009) serait définitivement fermé.

Hier, un courrier électronique lapidaire (que Gamasutra s'est procuré) aurait par ailleurs été envoyé aux 379 salariés du studio leur signifiant leur licenciement immédiat.

« La Société connait un revers économique. Pour éviter des pertes supplémentaires, la Société a estimé qu'un licenciement de la totalité des salariés est absolument nécessaire. Ces licenciements ne sont ni volontaires, ni disciplinaires.
C'est votre notification officielle de licenciement, prenant effet aujourd'hui, jeudi 24 mai 2012. »

À en croire les autorités de l'Etat de Rhodes Island, la raison des difficultés financières du groupe tiendrait aux ventes insuffisantes de Kingdoms of Amalur. Selon les chiffres constatés par organismes tiers, le jeu de rôle se serait vendu à 330 000 exemplaires en un mois aux Etats-Unis (Curt Schilling, fondateur de 38 Studios, revendiquait 1,2 millions de ventes en 90 jours dans le monde), mais il aurait fallu écouler trois millions de copies du titre pour le rentabiliser.
Alors que Curt Schilling est présenté comme le « Bernard Madoff du jeu vidéo » par la presse de Rhodes Island (ayant dépensé sans compter des fonds publics pour produire un jeu trop peu vendu), RA Salvator (auteur et consultant du studio) précise néanmoins que « seuls 49 des 75 millions du prêts ont été versés par l'Etat de Rhodes Island et que 38 Studios a généré pour 20 millions de dollars de retombées financières pour la région », laissant entendre qu'avec plus de flexibilité, 38 Studios aurait pu être sauvé.

Quoiqu'il en soit, aujourd'hui, l'industrie vidéo ludique se mobilise notamment sur les réseaux sociaux pour offrir des emplois aux salariés licenciés : à ce jour, 84 studios ont répondu présents (entre autres Irrational Games, Bungie, Activision, Klei Entertainment, Rockstar, etc.), se disant en phase de recrutement.
Et si l'on comprend que le développement du MMO Copernicus est interrompu, la licence devrait échoir à... l'Etat de Rhodes Island. Selon les estimations, elle vaudrait environ 1,2 millions de dollars et pourrait donc être revendue à un repreneur.

Merci à Sadzeih pour nous avoir signalé ces infos.

Réactions (32)


  • En chargement...

Que pensez-vous de 38 Studios ?

2 aiment, 2 pas.
Note moyenne : (4 évaluations)
5,2 / 10 - Moyen