Quand les chrétiens conservateurs analysent le jeu en ligne

Insolite. A l'approche de Noël, les guides d'achats se multiplient. Chez les chrétiens conservateurs américains aussi, qui publient leur « black-list » des jeux à ne pas acheter.

Insolite. A l'approche des fêtes (notamment consuméristes) de fin d'année, nombre sont les organismes à publier leurs guides d'achats et autres conseils pour trouver le cadeau idéal à déposer sous le sapin.
Le Thimoty Plan, qui se définit aux Etats-Unis comme la « firme d'investissement des chrétiens conservateurs », n'échappe pas à la règle et vient de publier sa « black-list » des jeux vidéo à ne PAS acheter (qui pourrait presque faire sourire si elle n'était pas édictée aussi doctement que sérieusement). Et cette année, World of Warcraft, Age of Conan ou Hellgate: London sont à proscrire.

Pour établir sa liste, le Timothy Plan note chaque titre sur la base de nombreux critères comme la présence ou non de contenus violents ou sexuels, de propos grossiers, faisant référence à l'alcool ou aux drogues, aux risques addictifs des jeux. Le groupe conservateur va plus loin dénonçant les contenus gay et lesbiens, ou encore démoniaques auxquels le joueur pourrait être confronté.

Si le Timothy Plan s'arrête longuement sur des jeux comme GTA IV, Fallout 3 ou Manhunt 2, le rapport dénonce notamment la « violence intense » et le contenu « gore » d'Age of Conan, la présence de femmes à moitié nues, les propos orduriers ou encore le caractère hautement addictif du MMORPG. « Le joueur est entraîné dans des quêtes sans fin, et perd beaucoup de temps et d'argent dans le processus ».
World of Warcraft n'est pas en reste : le Thimoty Plan y voit des allusions sexuelles, du sang, de la violence et des propos jugés « légers » (« vous croiserez régulièrement le terme "d*mn" », nous dit-on). WoW est surtout dénoncé pour ses références régulières à l'alcool (« le personnage pouvant même être ivre ») et son caractère « extrêmement addictif ». Idem pour Hellgate: London, qui écope d'une mauvaise note, notamment pour son contenu démoniaque...
On passe sur la note de Mass Effect, signé pourtant par le très sage Bioware, à cause de son contenu lesbien ou les références au « contenu homosexuel » de plusieurs FPS... ou des Sims 2.

Si la démarche du Timothy Plan est sans doute respectable, force est de constater qu'à l'exception de Little Big Planet (qui écope quand même de deux mauvais points), peu de titres sortent manifestement du lot. La « black-list » détaillée est quoiqu'il en soit disponible en pdf et en anglais à cette adresse. Joyeux Noël quand même. ô.O

Réactions (54)


  • En chargement...