Un jeu qui laisse des trâces

8/10
Life is Feudal, aka LiF, est un triptyque de jeux ayant un univers et un moteur graphique commun. Composé d’un survival appelé «  Your Own  » , d’un jeu de gestion/city builder baptisé «  Forest Village  » et d’un MMORPG dont l’appellation n’est pas encore connue, et qui pour le moment s’appellera donc simplement «  MMO  »

Cette licence et ces jeux sont développés par, ou avec, un petit studio indépendant russo-ukrainien : Bitbox Ltd.

On parlera ici plus particulièrement du MMO mais à peu près tout ce qui sera dit est aussi valable pour le survival de 64 joueurs.

Life si Feudal est un MMORPG basé sur une approche ultra-réaliste de ce qu'était la vie au Moyen Age. L’histoire se passe dans une contrée fictive aux alentours de l’an 1000. Jadis, un personnage appelé l’Empereur a réussi à unifier les différentes tribus, mais les anciens dieux ne tardèrent pas à revenir et même la nature semble alors se liguer contre les hommes.
Le joueur incarne un personnage ayant fui un continent ravagé par la famine, la guerre et les maladies, suivant les traces d’autres aventuriers, qu’on appelait jadis «  les fous  » traversant l’océan vers une terre promise de légendes.

Évidemment, le voyage ne se passe pas vraiment comme prévu, et notre avatar se retrouve donc seul, naufragé sur une plage, avec pour seules possessions des guenilles et quelques cookies...

A la faveur du Dormeur (le dieu de ce jeu) , vous devez trouver votre place dans ce nouveau monde.

Le décor étant planté, parlons du jeu en lui-même.

Rare sont les jeux qui méritent réellement le terme de «  Sandbox  » qui, au fil des années, est devenu une appellation fourre-tout dans laquelle on classe des jeux ayant vaguement une économie libre et pas ou peu de quêtes...

LiF, lui, au contraire, mérite clairement ce titre. L’économie du jeu est entièrement basée sur les joueurs, il n’y a aucune sorte de PnJ, les seuls êtres vivants qui ne sont pas des joueurs sont des animaux sauvages qui servent bien sûr de matière première.

Le monde ouvert n’est pas un leurre, jamais aucun jeu de ce type n’a permis une telle liberté, tout est modelable, du terrain qu’on peut monter, descendre, aplanir, creuser en galeries, aux arbres en passant par tout un tas d’autres éléments, pratiquement toutes les fantaisies sont possibles. Du village de huttes en bois à l’immense citadelle de pierres de granite tentaculaire, absolument tout est faisable. C’est une question de temps, de nombre et de volonté.

De l’ermite, chasseur solitaire qui troque ses prises contre des biens, au RoI qui règne sur des terres sans fin et d’immenses armées, vous êtes l’architecte de votre destinée.

Le jeu bénéficie d’une logique pratiquement sans faille, absolument tout ce qui est réalisable dans ce jeu, l’est d’une manière pratiquement naturelle et la réponse logique à la question existentielle récurrente  « comment on fait pour... » , trouvera souvent une réponse tout aussi logique et naturelle que «  comme tu ferais en vrai  » ...

LiF est de ces jeux où évaluer ses ambitions est primordial, il est ouvert à tous et à tous les types de joueurs, mais pas pour y faire tout et n’importe quoi. Dans LiF, faire des choix implique, à la manière de EVE, qu'une fois une carrière lancée, changer prendra du temps.
 
Les combats jouissent du même souci de réalisme au point qu’ils peuvent, parfois, en duel paraitre lents, mais passer en format «  bataille  » , cette sensation s’évanouie complément, et le plaisir de se battre «  à l’ancienne  » reprend vite le dessus. Là encore, les choix de carrières sont nombreux et à peu près tout l’arsenal médiéval est présent.

Dans LiF, il n'y a aucune forme de magie, toujours par souci de réalisme, la seule concession qui sera faite au background sera un téléporteur de retour automatique à sa maison, basé sur l'alignement spirituel auprès du Dormeur. Un être classé "bon" aura plus de facilité à en obtenir les faveurs... 

On finira par parler des décors, et des jeux de lumières absolument somptueux. On sera moins emballés par les personnages, et leur manque de personnalisation, bien qu’ils demeurent tout à fait corrects.

Si on devait retenir quelques points négatifs, je dirais que l’interface date d’un autre âge, que l’immense liberté du terrain peut également créer des «  glitches  » parfois pénibles. On ajoutera aussi que le côté «  ultra-hardcore  » du jeu peut parfois vous donner envie de passer le premier objet préhensible à portée, à travers l’écran du PC... (une mort égale la perte totale de tout ce qu'on a sur soi, plus des perte de compétences, parfois chèrement acquises...) et de nombreux bugs parfois assez étranges (mais le jeu est toujours en alpha) . Les animations des personnages sont parfois assez rigides, mais les développeurs ont déjà prévenu que ces animations seraient sans doute améliorées dans un futur plus ou moins proche.

En conclusion, LiF fait partie de ces expériences de jeu qui laissent des traces, parfois douloureuses. Il n’est donc pas étonnant à l’instar d’autres jeux comme Eve Online que les gens qui s’y sont trouvés une place ne puissent pas le quitter. On comprendra aussi que des joueurs moins investis, moins acharnés, soient partis en courant... tout le monde aura un avis sur LiF, mais personne ne sera indifférent.
3 personnes ont trouvé cette critique utile. Et vous ?

Réactions


Personne n'a encore réagi. Soyez le premier.

Que pensez-vous de Life is Feudal: MMO ?

38 aiment, 11 pas.
Note moyenne : (54 évaluations | 0 critique)
7,0 / 10 - Très prometteur