Zoom sur Crasher

À quelques semaines du coup d'envoi du bêta-test de Crasher, nous avons eu l'opportunité d'essayer le MOBA de Punchers Impact chez le développeur. Premier aperçu d'un jeu hybride, compétitif et coopératif, qui emprunte autant au MMO qu'au jeu de rôle.
Zoom sur Crasher

Il y a tout juste un an, fin 2009, l'éditeur Mindscape annonçait la création de Punchers Impact, un studio de développement dont la direction était confiée à Guillaume Descamps avec l'ambition de concevoir des « jeux en ligne pour gamers axés sur le team play ». Aujourd'hui, la soixantaine de salariés de Punchers Impact travaillent sur quatre projets : le MMO Horse Star, le Beat'em all Lucha Fury, un titre non encore dévoilé et Crasher, un MOBA motorisé et surarmé que nous avons eu l'opportunité de tester récemment dans les locaux du développeur. Premier aperçu d'un jeu en ligne hybride, à la fois compétitif et stratégique, qui dépote et qui s'approprie autant les codes du MMO que du jeu de rôle.

Crasher, un gameplay hybride

Depuis le succès populaire de League of Legends ou de Heroes of Newerth, le MOBA a la cote auprès des joueurs en ligne et Punchers Impact l'a manifestement bien compris. Crasher reprend donc les codes du genre : deux équipes de cinq joueurs surarmés lâchées dans une arène close avec un unique objectif, éliminer ceux d'en face au travers de divers modes de jeu plus ou moins subtils.

Crasher-_screen_02.jpg
Artwork3.jpg
Crasher_screen_07.jpg

Dans un décor très post-apocalyptique qui pourrait rappeler Mad Max, les joueurs prennent les commandes de bolides - à deux, trois ou quatre roues - et, pied au plancher, traversent de vastes étendues de déserts arides cernés de lacs de lave ou de jungles luxuriantes. Ici ou là, les ruines d'anciens temples antiques offrent tour à tour une cachette efficace pour éviter l'adversaire ou le théâtre idéal d'une embuscade. Les zones ne sont pas destructibles, mais les cartes peuvent évoluer en cours de partie pour pimenter un affrontement : là une coulée de lave, ici une porte qui s'ouvre ou se ferme stratégiquement, plus loin des explosions pourront orienter les déplacements des joueurs.

Car si Crasher peut prendre des accents de « jeu de petites voitures » (les joueurs incarnent leurs véhicules, sans avatar humain), le maître mot de Punchers Impact reste le dynamisme, alors que le MOBA affiche un gameplay hybride axé sur le team play. Comme dans un jeu de rôle, il faudra faire progresser son véhicule via des compétences (parfois unique) ou grâce à des objets. Comme dans un MMO, chaque bolide incarne un archétype particulier (une sorte de classe de personnage) qui devra tenir son rôle au sein d'un groupe pour que l'équipe l'emporte.
Lors de la démonstration à laquelle nous avons assistée, six catégories de véhicules étaient disponibles (une quinzaine est attendue pour le lancement). Toutes sont offensives et ont la capacité de prendre part activement aux combats, mais elles ont aussi chacune une spécialité qui se manifeste au travers de compétences actives et passives. On retrouve un tank qui encaisse les dégâts pour épargner ses coéquipiers plus fragiles (il peut intercepter les tirs adverses) ou un docteur capable de réparer ses alliés ou d'améliorer leurs capacités (buff). Le défenseur s'attachera à repousser l'adversaire - très utile dans le mode « conquête et défense de zones » pour projeter un véhicule ennemi dans la lave - notamment en décuplant sa taille pour augmenter les effets d'impact. Certains, comme le saboteur, préféreront rester à la périphérie de l'action et poser des pièges, truffer une zone de mines ou tendre des embuscades par exemple grâce à un élastique qui entrave les déplacements des engins de l'équipe adverse. D'autres encore se spécialiseront dans le harcèlement, pourront immobiliser les engins adverses, les éparpiller grâce à une tornade ou déclencher une pluie de météorites sur l'ennemi, voire modifier le terrain alentour en faisant jaillir un pilonne sous les roues des imprudents.

Tous devront quoiqu'il en soit compter avec leur force et leur faiblesse : celui qui privilégie la vitesse et la mobilité (grâce à des boosts de vitesse ou des capacités de sauts décuplées) perdra en blindage et donc en résistance ; le plus lourd sera forcément aussi le plus solide, mais se déplacera plus lentement et montera les côtes plus laborieusement. Comme souvent dans un jeu en ligne, dans Crasher, la force du groupe tient dans la spécialisation et la cohésion de ses membres.

Crasher, ou le jeu en équipes
Sommaire :

  • En chargement...

Que pensez-vous de Crasher ?

4 aiment, 3 pas.
Note moyenne : (8 évaluations | 0 critique)
5,0 / 10 - Moyen