La réalité virtuelle pour soulager la douleur physique

La réalité virtuelle plus efficace que les antidouleurs médicamenteux ? C'est ce que tendent à démontrer les études de DeepstreamVR, spécialisé dans les applications thérapeutiques de la réalité virtuelle.

Il est fréquent que les technologies initialement imaginées pour le jeu vidéo trouvent des applications dans d'autres secteurs d'activité et c'est d'autant plus vrai pour la réalité virtuelle -- déjà accaparée par les professionnels de l'industrie automobile ou immobilière, par l'armée ou l'éducation mais aussi par l'industrie médicale. Nombre de psychologues utilisent ainsi de longue date la réalité virtuelle pour soigner certaines phobies (afin de désensibiliser les patients) et la dépression ou encore des syndromes post-traumatiques chez d'anciens militaires.
Manifestement, la réalité virtuelle présenterait également des effets bénéfiques dans le traitement des douleurs chroniques physiques.

La réalité virtuelle pour soulager la douleur physique

En lieu et place de traitements médicamenteux, les hôpitaux utilisent déjà parfois le jeu vidéo ou la projection de films pour détendre les patients souffrant de douleurs chroniques. La réalité virtuelle, du fait de ses capacités d'immersion accrues, présenterait néanmoins une meilleure efficacité.
Le studio californien DeepstreamVR s'est ainsi spécialisé dans la réalisation d'application en réalité virtuelle visant à apaiser la douleur physique des patients. Son jeu COOL! invite ainsi l'utilisateur à déambuler dans un univers onirique, en compagnie d'une loutre et à son rythme. Si le studio prêche évidemment pour sa paroisse, les études menées en Californie tendent à démontrer que les effets de la réalité virtuelle couplée à des doses réduites de médicaments antidouleurs (mesurés avec des biosenseurs associés au programme) présentent une meilleure efficacité que les antidouleurs seuls à dose normale, limitant ainsi les risques de dépendance médicamenteuse et de dépression. Plus surprenant encore, les effets du traitement sont constatés immédiatement alors que le patient évolue dans l'univers en réalité virtuelle, mais perdurent aussi jusqu'à 48 heures après la séance.
On ignore si les utilisateurs de casques 3D s'exposent à des risques d'accoutumance, mais la réalité virtuelle semble d'ores et déjà trouver durablement sa place dans l'industrie médicale : à en croire Goldman Sachs qui s'intéresse à l'économie de la réalité virtuelle, ses applications médicales pourraient peser jusqu'à 5,1 milliards de dollars d'ici 2025.


  • En chargement...